Clôture Paris : le CAC 40 se fixe sur les 5.000 points

Clôture Paris : le CAC 40 se fixe sur les 5.000 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 février 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC 40 a finalement reperdu du terrain ce lundi, après quatre séances consécutives de rebond, terminant sa course en baisse de 0,38%, sur les 5.000 points, pénalisé notamment par les valeurs bancaires et automobiles. Outre-Atlantique, Wall Street hésite aussi en ce début de semaine, avant une nouvelle vague de publications trimestrielles (Alphabet dès ce soir), et malgré le nouveau ton accommodant de la Fed, les créations de postes US solides dévoilées vendredi dernier et les nouvelles discussions, a priori constructives, sur le front commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Donald Trump devrait d'ailleurs évoquer le sujet lors de son discours sur l'état de l'Union demain soir à Washington...

ECO ET DEVISES

Parmi les éléments positifs, le Président américain Donald Trump s'est donc montré optimiste, en cette période de trêve de la guerre commerciale, dans la conclusion ultime d'un accord avec Pékin. Trump a également vanté les bons chiffres de l'emploi, et prévenu qu'un nouveau shutdown n'était pas exclu selon l'évolution des négociations budgétaires... Les marchés retiendront sans doute surtout les propos du leader de la Maison Blanche relatifs aux discussions commerciales avec Pékin. Trump estime en effet qu'il y aurait "une bonne chance" qu'un deal soit scellé avec la Chine avant la fin de la trêve. "Nous avons infligé des tarifs (prélèvements) massifs à la Chine. La Chine paie le prix fort et cela affecte son économie de manière très importante", a confié Trump sur CBS News, espérant "un accord juste". "Nous avons une bonne chance de conclure un accord", a résumé Trump.

Contrairement à l'indice manufacturier annoncé la semaine dernière, l'indice PMI chinois des services n'a pas démérité. Il est ainsi resté robuste en janvier 2019 selon l'étude Caixin/Markit des directeurs d'achats. Il se monte à 53,6 au mois de janvier, toujours en franche expansion, contre 53,9 en décembre 2018. L'indicateur traduit un ralentissement extrêmement marginal de l'expansion en comparaison du mois antérieur. La composante des affaires nouvelles s'est élevée à 52,6, contre 52,3 en décembre. L'indice composite d'activité, regroupant industrie manufacturière et services, a régressé à 50,9 contre 52,2 un mois plus tôt, pâtissant évidemment du fort ralentissement de l'industrie (indice manufacturier au plus bas de près de trois ans) sur fond d'affrontement commercial avec Washington. Cet indicateur des services est donc assez rassurant, alors que les marchés avaient redouté ces dernières semaines un profond ralentissement économique global.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, les commandes industrielles du mois de novembre sont ressorties en retrait de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,2% et une évolution négative de 2,1% pour le mois antérieur.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1429$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 54$ et le Brent s'affiche à 62,1$.

VALEURS EN HAUSSE

* Dassault Systemes monte de 2,2%, de retour sur les 112$.

* Kering monte encore de 1% pour sa cinquième séance consécutive dans le vert.

* Sanofi gagne 0,9%. Le Comité des médicaments à usage humain de l'Agence européenne des médicaments (CHMP, Committee for Medicinal Products for Human Use) a délivré un avis favorable à Praluent (alirocumab) et recommandé une nouvelle indication en complément de la correction d'autres facteurs de risque. Praluent doit être utilisé en complément d'une dose de statine maximale tolérée ou peut être utilisé seul chez les patients intolérants ou inappropriés pour un traitement par statine.

* Sur le CAC40, Sodexo gagne aussi 0,8% avec Pernod Ricard (+0,3%).

* Euronext (+0,5%) se dit ainsi déterminé à acquérir la Bourse d'Oslo et reste attaché à un dialogue constructif et continu avec les actionnaires, le conseil d'administration et la direction d'Oslo Børs VPS ainsi qu'avec l'écosystème norvégien au sens large. Les actionnaires de référence d'Euronext ont également confirmé leur soutien conjoint à Euronext pour cette opération. Euronext évaluera les options disponibles pour ajuster son offre et communiquera le cas échéant. Euronext est fermement convaincu des avantages que son rapprochement avec Oslo Børs VPS apporterait à toutes les parties prenantes norvégiennes.

VALEURS EN BAISSE

* Gensight plonge d'environ 21,7% après des résultats contrastés de l'étude clinique de Phase III RESCUE, qui évalue la sécurité et l'efficacité d'une seule injection intra-vitréenne de GS010 (rAAV2/2-ND4) chez 39 patients atteints de neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) induite par la mutation 11778-ND4, et chez qui la perte d'acuité visuelle a débuté moins de 6 mois avant le traitement.

* Vallourec perd 7,1%, victime d'une note d'analyste. Kepler Cheuvreux a dégradé sa recommandation de 'conserver' à 'alléger'.

* Société Générale recule encore de 2,8% pour sa troisième séance consécutive de correction. BNP Paribas (-1,9%) et la Société Générale seront sur le pont cette semaine avec la publication de leurs résultats trimestriels et annuels. Des comptes qui seront passés au peigne fin par des investisseurs nerveux après les avertissements de Natixis en décembre, puis de la SocGen à la mi-janvier. Crédit Agricole cède aussi 2%.

* Valeo recule aussi de 2,7% avec PSA Groupe (-1,5%) ou encore Renault (-2%).

* Bouygues perd 0,8%. Barclays a réitéré son opinion "pondération en ligne" avec un objectif de cours minoré de 40 à 39 euros.

* EssilorLuxottica cède 0,7%. HSBC reste à "conserver" mais a réduit son objectif de 128 à 125 euros.

* LafargeHolcim (-0,2%) a annoncé les finalisations de deux nouvelles acquisitions, l'une, américaine, au Colorado, et l'autre allemande. LafargeHolcim a acquis vendredi Transit Mix Concrete, fournisseur américain majeur de matériaux de construction dans le Colorado et filiale de Continental Materials Corporation. L'acquisition renforcera la position de LafargeHolcim sur le marché dynamique des matériaux de construction aux États-Unis. Dans le cadre de la transaction, LafargeHolcim acquiert les sept sites de production de béton prêt à l'emploi de Transit et une carrière de sable. Transit Mix compte plus de 180 employés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.