Clôture Paris : le CAC en retrait sur les 5.000 pts

Clôture Paris : le CAC en retrait sur les 5.000 pts
Traders sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le vendredi 28 août 2020 à 18h00

Le CAC 40 termine la journée sur une note légèrement négative, en retrait de 0,26% ce vendredi à 5.003 pts. La bourse de Paris ne partage toujours pas l'optimisme des marchés américains, qui s'affichent aujourd'hui au plus haut, tirés par les valeurs technologiques. Le baril de brut WTI et le Brent avancent de 0,2% et 0,6%, à respectivement 43,1$ et 45,8$. L'once d'or gagne 2,4% à 1.979$. Hier, les marchés avaient réagi de manière mitigée aux annonces du patron de la Fed. Sur le marché des changes, l'indice dollar perd 0,7% face à un panier de devises. L'euro se traite à 1,1902$ (+0,7%).

L'Insee a annoncé ce vendredi une baisse de 13,8% du produit intérieur brut (PIB) de la France au 2ème trimestre, niveau inchangé par rapport à l'estimation précédente... Les opérateurs ont aussi pris connaissance ce jour d'un recul de l'inflation en août. Selon les données provisoires de l'Insee, l'inflation annuelle atteindrait seulement 0,2% sur le mois après +0,8% en juillet.

Au Japon, Shinzo Abe vient de présenter sa démission. Le Premier ministre japonais, dont le mandat court jusqu'en septembre 2021, lutte depuis plusieurs années contre une colite ulcéreuse, une maladie chronique. Lundi, il a dépassé le record du plus long mandat consécutif détenu par son grand-oncle Eisaku Sato, il y a un demi-siècle. Shinzo Abe restera à son poste jusqu'à ce qu'un successeur soit désigné.

Wall Street progresse timidement ce vendredi à la mi-journée, le DJIA prenant 0,3% et le S&P500 0,2%. Le Nasdaq gagne 0,5% vers les 11.700 pts. S&P et Nasdaq pourraient donc bien terminer la semaine au plus haut historique.

Notons que Donald Trump a déclaré que son administration imposerait - s'il était réélu - des taxes à toutes les entreprises qui quitteraient les Etats-Unis pour créer des emplois à l'étranger. "Nous allons nous assurer que nos entreprises et nos emplois restent dans notre pays, comme j'ai commencé à le faire", a lancé Trump depuis la Maison blanche, après avoir accepté sa nomination comme candidat du Parti républicain.

Selon le rapport gouvernemental du jour, les revenus personnels des ménages américains pour le mois de juillet ont augmenté de 0,4% en comparaison du mois antérieur, contre -0,2% de consensus. Les dépenses personnelles de consommation se sont appréciées de 1,9% en juillet, par rapport au mois précédent, contre +1,5% de consensus... La balance du commerce de biens pour le mois de juillet, également révélée à l'instant, est ressortie déficitaire de 79,3 milliards de dollars, contre -73 milliards de consensus et -71 milliards pour la lecture révisée du mois antérieur.

L'indice manufacturier PMI de Chicago du mois d'août 2020 est ressorti à 51,2, contre un consensus de 51,8 et un niveau de 51,9 pour sa lecture du mois précédent.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan pour le mois d'août 2020 est ressorti à 74,1, contre un consensus de 72,8 et un niveau de 72,8, également, pour la lecture préliminaire.

Les opérateurs surveillaient hier le discours de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, pour le symposium virtuel organisé par la Fed de Kansas City en remplacement de la réunion des banquiers centraux de Jackson Hole. La Banque visera désormais 2% d'inflation moyenne. La nouvelle stratégie de la Fed passe par une forme flexible d'objectif moyen d'inflation. La Banque sera grandement concentrée sur la promotion d'un fort marché de l'emploi. La Fed n'hésitera pas à agir si l'inflation augmente au-dessus de niveaux correspondant à son objectif.

Ainsi, Powell a tracé les grands axes du nouveau cadre de politique monétaire, après deux ans de réflexion et d'échanges. Dans sa nouvelle stratégie, la Banque entend placer l'emploi avant l'inflation. Le Comité de politique monétaire de la Banque (FOMC) juge par ailleurs que les risques à la baisse sur l'emploi et l'inflation se sont accrus. Le Comité est ainsi prêt à utiliser tous les instruments à sa disposition pour atteindre son double objectif d'emploi maximum et de stabilité des prix.

La Fed visera un taux moyen d'inflation de 2% sur la durée, et compensera les périodes de faible inflation par une inflation de plus de 2% durant un certain temps. La banque centrale américaine entend ramener les USA au plein emploi et favoriser la remontée de l'inflation. Powell soulignait hier "les bienfaits d'un marché du travail fort, particulièrement pour beaucoup de membres des catégories à revenus bas ou modérés", alors que le marché du travail peut être, selon lui, "durablement soutenu sans provoquer une augmentation indésirable de l'inflation".

La nouvelle stratégie monétaire de la Fed devrait la conduire à conserver des taux très bas et quasiment nuls de manière durable. C'est du moins ce qu'anticipent bon nombre d'opérateurs, sans que Powell n'ait été explicite sur le sujet.

Les incertitudes persistent concernant la situation sanitaire mondiale, même si le nouveau coronavirus montre quelques signes d'essoufflement dans certaines régions. Selon l'Université Johns Hopkins, 24,5 millions de cas ont été confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont 5,87 millions aux USA, 3,76 millions au Brésil et 3,39 millions en Inde, où la situation est assez alarmante ces derniers jours. Le virus a fait 832.608 morts dans le monde, dont 180.901 aux Etats-Unis et 118.649 au Brésil. L'Inde a recensé 77.266 nouveaux cas en 24 heures, un record sur une journée, pour 1.057 morts (61.529 depuis l'émergence du virus).

La France a recensé 6.111 cas supplémentaires de contamination au nouveau coronavirus en l'espace de 24 heures, un niveau dépassé seulement une fois depuis le début de l'épidémie, a annoncé jeudi Santé Publique France (SPF). Il s'agit du nombre le plus élevé depuis les 7.578 cas signalés le 30 mars, au paroxysme de la crise. L'agence avait fait état mercredi de 5.429 cas en plus. Le total des contaminations en France s'établit désormais à 259.698. Le nombre d'hospitalisations liées à l'épidémie recule en revanche à 4.535, contre 4.600 mardi, et le nombre de cas graves en réanimation diminue aussi à 381 contre 410 deux jours auparavant.

Dans un communiqué publié vendredi, Santé Publique France décrit une "progression exponentielle de la transmission du virus du SARS-COV-2", avec un bond (+58% la semaine dernière). Cette hausse est "plus rapide chez sujets jeunes adultes".

Valeurs en hausse

Les bancaires se démarquent sur le CAC 40, avec des hausses supérieures à 3% ce soir pour Société Générale (+3,1%), BNP Paribas (+3,6%) et Crédit Agricole (+3,3%).

Onxeo grimpe de 4,1% après la publication de l'étude à dose croissante de phase 1 d'AsiDNA dans des tumeurs solides avancées.

Valeurs en baisse

Alstom (-0,5%). Le Credit Suisse a revalorisé Alstom de 37 à 52 euros mais reste 'neutre' sur la valeur. Le courtier préfère Alstom à Knorr-Bremse dans l'espace ferroviaire en raison de la forte visibilité de son carnet de commandes et de sa trajectoire d'amélioration des marges à moyen terme.

STMicroelectroncs cède 1,1%, comme Publicis et LVMH. Danone rend 1,8% et L'Oréal 1,2%.

Sanofi (-1,3%) lance aujourd'hui l'offre publique d'achat en vue de l'acquisition de la totalité des actions ordinaires en circulation de Principia Biopharma au prix de 100 dollars l'action en numéraire, sans intérêt et net de toute retenue fiscale obligatoire.

X-FAB décroche de 14,7%. Le fondeur a dévoilé des résultats assez contrastés avec des revenus dans le bas de fourchette de ses prévisions mais une marge d'EBITDA nettement supérieure à ses attentes.

Plastivaloire (-1,6%) a bien sûr souffert au troisième trimestre 2019-2020 (avril-juin) de l'impact de la crise. Le chiffre d'affaires ressort ainsi à 93,9 ME, réduit de moitié sur un an. Cette évolution est quand même légèrement meilleure que l'anticipation réalisée au mois de juin. Sur 9 mois, le recul du chiffre d'affaires est limité à -15,8% (-17,1% en organique).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.