Clôture Paris : le CAC grimpe sur les 6.100 pts

Clôture Paris : le CAC grimpe sur les 6.100 pts
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mardi 06 avril 2021 à 18h00

L'indice phare parisien confirme ses bonnes dispositions ce mardi, après une pause pascale de quatre jours. Le CAC s'accorde encore 0,47% à 6.131 pts. La place parisienne retrouve même ses niveaux de l'été 2007. Le marché reste porté par des indicateurs économiques encourageants laissant espérer une reprise économique durable.

L'indice phare parisien confirme ses bonnes dispositions ce mardi, après une pause pascale de quatre jours. Le CAC s'accorde encore 0,47% à 6.131 pts. La place parisienne retrouve même ses niveaux de l'été 2007. Le marché reste porté par des indicateurs économiques encourageants laissant espérer une reprise économique durable.

La cote américaine hésite ce mardi, après les sommets de la veille. Le Nasdaq grappille 0,3%, le S&P 500 avance de 0,1%, mais le DJIA rend 0,1%. Le baril de brut WTI remonte de 2,4% à 60$. L'once d'or prend 1% à 1.745$. L'indice dollar régresse de 0,6% face à un panier de devises de référence. L'euro avance de 0,3% face au biller vert. Le bitcoin cède 2% sur 24 heures vers les 57.700$ sur Bitfinex. Du côté des rendements obligataires, le '10 ans' américain se traite à 1,67% et le 30 ans à 2,33%, ce qui confirme une relative accalmie.

Le rapport JOLTS du Département américain au Travail publié ce jour fait ressortir 7,37 millions d'ouvertures de postes au mois de février, bien plus que prévu puisque le consensus tablait sur 6,85 millions. Pour le mois antérieur, ces ouvertures de postes ont été révisées en hausse à 7,1 millions, contre 6,92 millions précédemment estimé.

Ailleurs dans le monde, les dépenses des ménages au Japon ont déçu, en baisse prononcée de 6,6% au mois de février. En Chine, l'indice PMI Markit/Caixin des services pour le mois de mars est ressorti à 54,3 contre 52,2 de consensus. Le taux de chômage italien du mois de février s'est établi à 10,2%, contre 9,2% de consensus. L'indice Sentix de confiance des investisseurs en Europe a dépassé les attentes à 13,1 en avril, contre 7 de consensus.

Les marchés restent toutefois soutenus par les espoirs de reprise économique, avec les soutiens budgétaires et monétaires. Rappelons, parmi les derniers indicateurs américains, que les chiffres de l'emploi ont très positivement surpris, alors que l'ISM non-manufacturier est ressorti record.

Sur le secteur financier, les répercussions de l'affaire Archegos se font encore sentir, suite à une mise à jour de Credit Suisse qui anticipe au premier trimestre une perte avant imposition d'environ 900 millions de francs suisses comprenant une charge de 4,4 milliards de francs suisses liée aux liquidations concernant le fonds américain Archegos Capital Management. La banque suisse va couper son dividende et fait état de plusieurs départs à haut niveau.

Concernant la crise sanitaire, les Etats-Unis poursuivent à grande vitesse le déploiement des vaccins avec l'objectif d'atteindre 200 millions d'inoculations en 100 jours d'administration Biden. En Europe, ce déploiement est nettement plus poussif, la faute étant surtout attribuée à AstraZeneca. L'épidémie effectue par ailleurs de nouvelles poussées au Brésil, en Inde, et même au Japon ou en Corée du Sud.

Le bilan de l'épidémie dépasse désormais les trois millions de morts dans le monde, selon un décompte Reuters, avec une nouvelle accélération des décès, notamment au Brésil et en Inde. L'Université Johns Hopkins recense pour sa part 2,86 millions de décès officiels au niveau mondial. Les autorités sanitaires mettent en cause des variants plus virulents et la lassitude de la population face aux restrictions. Selon Reuters, le nombre de décès dans le monde a mis un an pour atteindre les deux millions et ensuite trois mois pour franchir les trois millions.

Le Brésil est actuellement le premier pays au monde pour le nombre moyen quotidien de nouveaux décès et représente un décès sur quatre dans le monde chaque jour, selon Reuters. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu la gravité de la situation locale. L'Inde a pour sa part signalé hier une augmentation record des infections, devenant le deuxième pays après les États-Unis à afficher plus de 100.000 nouveaux cas en une journée.

Le continent européen compte le nombre total de décès le plus élevé, près de 1,1 million. Le Royaume-Uni, la Russie, la France, l'Italie et l'Allemagne représentant environ 60% du total.

Les États-Unis comptent le plus grand nombre de décès, plus de 555.000 désormais, et représentent 19% de tous les décès imputés au virus dans le monde. Les cas ont augmenté au cours des trois dernières semaines, mais les autorités jugent que l'accélération de la campagne de vaccination pourrait ralentir le rythme des décès. Un tiers de la population américaine a reçu au moins une injection.

Plus de 673 millions de personnes dans le monde ont déjà reçu une dose de vaccin, selon les derniers chiffres de Bloomberg. L'OMS exhorte les pays à fournir davantage de doses de vaccins aux pays les plus pauvres, afin d'atteindre les objectifs de vaccination des plus vulnérables.

Une conférence de presse de l'Agence européenne des médicaments (EMA) est programmée cette semaine pour faire le point sur les cas de thrombose veineuse cérébrale signalés après l'administration du vaccin contre le covid d'AstraZeneca. Le comité d'évaluation des risques pharmaceutiques de l'agence n'a pas encore rendu ses conclusions sur l'examen en cours du vaccin du laboratoire anglo-suédois et prévoit de tenir un point de presse dès que l'examen sera finalisé.

A propos du vaste nouveau plan de relance de l'administration Biden, les débats se poursuivent au sujet de la contrepartie fiscale et budgétaire. Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor, voudrait même instaurer un taux minimum mondial d'imposition des sociétés. Dans le même temps, les démocrates préparent leur plan de taxation des grandes multinationales.

Valeurs en hausse

Atari (+16,7%) annonce que Wade J.Rosen, actuellement président du Conseil d'administration, prend le poste de directeur général à compter de ce jour. La société annonce également la création de 2 divisions, Atari Gaming et Atari Blockchain. Frédéric Chesnais, actuel Directeur général, sera en charge de l'activité de Licences et d'Atari Blockchain.

Cibox se distingue en hausse de 12,3%. Elior avance de 5,8% et Elis de 3,8%.

JCDecaux (+3%) est porté ce mardi par une note de Goldman Sachs qui a revalorisé le dossier de 18,2 à 21,3 euros tout en restant 'neutre'. Le marché est assez partagé sur le groupe puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 3 analystes sont à l''achat', 12 à 'neutre' et 3 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 19,03 euros.

AB Science (+3%) et l'Université de Chicago annoncent la signature d'un accord de licence exclusif pour mener des recherches sur la prévention et le traitement des humains infectés par des nidovirus, coronavirus et picornavirus. Cette collaboration fait suite à la découverte par l'Université de Chicago que le masitinib inhibe la principale protéase (3CLpro) nécessaire au cycle de réplication du virus SRAS-CoV-2.

Cogra (+1,1%). Au 3ème trimestre 2020/2021, Cogra a généré un très bon niveau d'activité avec un chiffre d'affaires de 8,3 millions d'euros en hausse trimestrielle de +29 % en dépit d'un hiver relativement clément. Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2020/2021, le chiffre d'affaires s'élève à 23,7 millions d'euros pour une croissance de +7% par rapport à la même période de l'exercice précédent.

Air France-KLM (+1,6%). Bruxelles et Bercy ont enfin trouvé un compromis au sujet de la recapitalisation d'Air France. Après des mois de négociations, la Commission européenne a approuvé le projet de la France d'accorder jusqu'à 4 milliards d'euros pour la recapitalisation d'Air France, à travers sa holding. La mesure a été autorisée en vertu de l'encadrement temporaire des aides d'État. Dans le détail, la recapitalisation par la France, qui fait partie de la première étape du plan de recapitalisation du groupe, prévoit la conversion du prêt d'État de 3 milliards d'euros déjà accordé par l'Etat en un instrument de capital hybride ; et une injection de capital par l'État, par la souscription de nouvelles actions dans le cadre d'une augmentation du capital social ouverte aux actionnaires existants et au marché, dans la limite d'un milliard d'euros en fonction de l'ampleur de cette opération.

Suez (+0,3%) propose à nouveau à Veolia de rencontrer son PDG dans les tout prochains jours. "Une offre équitable suppose notamment de reconnaître la valeur de Suez", écrit cette dernière dont le Conseil d'administration a indiqué le 26 février que la cible de Veolia vaut "significativement plus que le prix d'offre de 18 Euros par action coupon attaché proposé par Veolia, qui est resté inchangé depuis la transaction avec Engie le 5 octobre 2020, et l'a réitéré le 21 mars 2021". Par ailleurs, Suez annonce un accord de cession avec Cleanaway des activités Recyclage et Valorisation en Australie sous réserve du résultat des négociations avec Veolia. Et pour terminer, l'autorité des marchés financiers (AMF) a infligé un revers à Suez en jugeant que sa riposte visant à contrecarrer l'offre de rachat de son rival ne respecte pas les règles applicables aux offres publiques.

Veolia (stable) "invite (...) les dirigeants de Suez à désactiver dès à présent la fondation et à saisir l'opportunité d'une discussion raisonnable permettant enfin le dénouement positif de la situation", a déclaré Veolia dans un communiqué publié lundi.

Valeurs en baisse

Pixium (-8,5%). Second Sight a notifié à la société sa décision de rompre unilatéralement le protocole d'accord qui devait déboucher sur un rapprochement des deux entreprises, bien que celui-ci ne prévoit aucunement une telle faculté de résiliation unilatérale. Pixium a pris acte de cette décision et entend explorer toutes les voies de droit ouvertes (et notamment toute procédure judiciaire, y compris auprès des autorités boursières compétentes) afin d'assurer la préservation de ses droits et d'obtenir la réparation de son entier préjudice.

Carbios (-3,8%) annonce la signature, en date du 18 mars, d'un accord non-exclusif et non-engageant sous la forme d'une Lettre d'Intention avec la société Equipolymers, leader européen de la production de PET, qui pourrait héberger l'Unité sur son site situé à Schkopau. Equipolymers est une filiale de EQUATE Petrochemical. L'objectif de cet Accord est d'associer la technologie de biorecyclage de Carbios et le savoir-faire d'Equipolymers, producteur de PET disposant d'un savoir-faire en R&D dans le domaine du recyclage chimique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.