Clôture Paris : le CAC progresse timidement vers les 5.000 pts

Clôture Paris : le CAC progresse timidement vers les 5.000 pts
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le vendredi 19 juin 2020 à 18h00

La place parisienne s'offre finalement une modeste progression en clôture ce vendredi, l'indice CAC 40 s'accordant 0,42% à 4.979 pts au terme d'une semaine assez mouvementée. L'indice phare parisien efface toutefois la majeure partie de ses gains de séance, alors que l'Organisation mondiale de la santé a prévenu en fin de journée d'une accélération de la pandémie de coronavirus. L'OMS ajoute que le monde entre dans une phase dangereuse avec les déconfinements et levées de restrictions.

Wall Street est également orienté en légère hausse à mi-parcours ce vendredi, le S&P500 remontant de 0,4% et le Nasdaq de 0,7%. Un relatif optimisme prévaut donc, malgré les inquiétudes concernant la possible deuxième vague épidémique. Le baril de brut WTI gagne 2,6% vers les 40$, alors que le Brent de la mer du Nord s'adjuge 2,1% à 42,4$. L'once d'or progresse de 1,5% à 1.756$.

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a indiqué pourtant aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE que la zone euro se dirigeait vers une chute de 13% de son PIB au deuxième trimestre, a appris Reuters de plusieurs sources européennes. Elle a ajouté que la zone euro pourrait tout de même connaître un rebond de 5,2% en 2021, selon les sources de l'agence. Le Conseil européen se réunit ce jour en visioconférence pour débattre notamment du projet de plan de relance de la Commission.

Les marchés boursiers se redressent donc ce vendredi, alors que les autorités chinoises ont affirmé qu'après 158 nouveaux cas de coronavirus recensés en une semaine à Pékin, la situation était désormais "sous contrôle" - au prix de nouveaux confinements et de tests massifs. La Chine a fait état ce vendredi de 25 nouveaux cas à Pékin et de 32 nouveaux cas en Chine continentale - données de la Commission nationale de santé. Hier, Wu Zunyou, épidémiologiste en chef du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies, s'est montré toutefois rassurant sur le sujet en déclarant que le foyer de Pékin serait maîtrisé.

La séance boursière du jour a cependant été marquée par une certaine volatilité avec la journée des 'Quatre Sorcières', marquée par l'arrivée à échéance de plusieurs options et contrats à terme sur les indices actions. Hier, les places européennes avaient terminé en déclin avec les craintes de deuxième vague, suite à l'augmentation des nouveaux cas de coronavirus dans certains États américains et en Chine. Wall Street avait clôturé pour sa part en ordre dispersé, avec un gain de 0,33% sut le Nasdaq mais un repli de 0,15% du DJIA, indice historique américain. Le S&P500 grappillait 0,06% à la clôture.

Selon les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins, plus de 8,52 millions de cas de contamination au nouveau coronavirus auraient été recensés depuis le début de l'épidémie, dont 2,196 millions aux USA, 978.142 au Brésil, 568.292 en Russie et 380.532 en Inde. Le virus aurait fait 454.889 morts dans le monde depuis son apparition, dont 118.519 aux Etats-Unis, 47.748 au Brésil et 42.546 au Royaume-Uni. 34.514 décès sont déplorés en Italie et 29.606 en France... L'OMS a averti de son côté d'une accélération de la pandémie.

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé hier jeudi, les investisseurs étant toujours partagés entre les espoirs de reprise économique face à la crise du Covid-19, et la crainte d'une seconde vague de la pandémie, qui compromettrait le redémarrage de la croissance. Les questions commerciales ont aussi pesé, après le retrait des Etats-Unis des négociations internationales sur la taxation des géants du numérique. Sur le plan sanitaire, le nombre de cas de Covid-19 continue d'augmenter dans de nombreux Etats américains, de même que le nombre de chômeurs.

Valeurs en hausse

LNA Santé (+3,6%) est en discussion exclusive avec les associés du groupe Clinique Développement, en vue d'une possible acquisition de l'intégralité dudit groupe. Le groupe Clinique Développement est un opérateur sanitaire de premier plan dans le territoire de santé normand, leader en Soins de Suite et Réadaptation et proposant une offre de médecine chirurgie de spécialité pertinente, en synergie avec son offre Moyen Séjour. Il a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires consolidé de 76,6 ME.

L'Oréal (+0,9%) a annoncé la signature d'un accord avec Henry Thayer Company pour l'acquisition de Thayers Natural Remedies, une marque américaine de soin de la peau. La marque sera intégrée dans la Division des Produits Grand Public de L'Oréal.

Delta Plus (+4,1%). Le chiffre d'affaires des mois d'avril et mai s'est légèrement contracté de -3%, en dépit d'un effet périmètre positif de +7% lié aux acquisitions réalisées fin 2019 (Odco) et début 2020 (Boots Company et Netco Safety). Depuis le début de l'année, le groupe affiche à fin mai une croissance de +7% de ses ventes en euros (+1% retraité des effets de périmètre et de change).

Orange (+1,7%). Selon une information du magazine 'Capital', la cour d'appel de Paris a condamné l'opérateur télécoms à régler près de 250 millions d'euros de dommages-intérêts au groupe antillais Digicel (ex-Bouygues Telecom Caraïbes) pour des pratiques anticoncurrentielles.

Korian (+2,6%) annonce le succès du placement de son premier Sustainability Linked Euro PP d'un montant de 173 millions d'euros à 8 ans.

Alstom (+0,4%). Le projet de cession de la division ferroviaire de Bombardier à Alstom est "quasiment sur la voie" de son calendrier original, a déclaré jeudi le président-directeur général du groupe canadien, Eric Martel, lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires. Alstom, RATP Dev et ComfortDelGro Transit ont par ailleurs annoncé un partenariat pour répondre aux appels d'offres du Grand Paris Express.

RATP Dev, ComfortDelGro Transit et le groupe Alstom ont par ailleurs annoncé la création d'un groupement pour répondre aux appels d'offres du Grand Paris Express. A cette occasion, les trois entreprises créeront une joint-venture avec participation majoritaire de RATP Dev.

Ubisoft (+0,7%). Après l'annonce du décalage du très attendu Cyberpunk 2077 par le groupe polonais CD Projekt, Midcap Partners explique que ce report fait écho à plusieurs autres en lien avec la pandémie de Covid-19. La fourchette de guidance récemment instaurée par le management d'Ubi semble ainsi plus un signal qu'une prudence, selon le broker. L'analyste dégrade ainsi la valeur à 'neutre' et abaisse sa cible de 80 à 75 euros.

Valeurs en baisse

Michelin (-0,1%) consolide finalement, malgré une note positive de HSBC, qui a rehaussé à 'acheter' sa recommandation sur la valeur avec une cible relevée de 90 à 110 euros.

Faurecia (-3,4%). Moody's dégrade les notes crédit senior non securisée et CFR de Faurecia de 'Ba1' à 'Ba2'. La perspective est 'stable'. "La dégradation de la note est due à l'augmentation des niveaux d'endettement de Faurecia, qui, en cette période de forte pression sur le secteur automobile mondial, laissera l'endettement de Faurecia bien au-dessus des attentes pour une note Ba1", explique l'agence. "L'attente de Moody's d'une reprise progressive des ventes mondiales de véhicules légers jusqu'en 2022, la poursuite des mesures d'efficacité de l'entreprise et la suspension du paiement du dividende en 2020 soutiennent la perspective stable de la notation Ba2"...

Icade (-4%) a remporté récemment deux appels d'offres significatifs dans le domaine de la santé et des équipements publics : le premier avec le CHU de Rennes, pour la construction d'un plateau technique de plus de 50.000 mètres carrés (Centre interventionnel et chirurgical). Le montant des travaux s'élève à 155 ME HT.

Capgemini (-0,3%) et le ministère de la Défense (MOD) britannique annoncent la signature d'un contrat de cinq ans pour la gestion du centre de services IT du ministère.

Renault (-0,3%). Luca de Meo, futur directeur général, a déclaré qu'il revenait au sein du groupe pour y relever le défi de son redressement. A l'assemblée générale de Renault, il s'est dit conscient des difficultés aggravées par l'épidémie. Le sentiment d'urgence est partagé selon lui à tous les niveaux du groupe. Enfin, l'ancrage de Renault en France devra être préservé...

Axa (-1,5%) lance une collaboration avec The Western Union Company, un leader des transferts d'argent transfrontaliers interdevises et des paiements. Le groupe français va fournir des produits d'assurance abordables aux utilisateurs de westernunion.com. En combinant assurance et services de transfert d'argent, les deux groupes contribueront ainsi à mieux couvrir les travailleurs migrants et leurs familles dans leur pays d'origine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.