Clôture Paris : le CAC s'envole sur les 5.000 pts

Clôture Paris : le CAC s'envole sur les 5.000 pts
Traders sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le lundi 24 août 2020 à 18h00

Le CAC 40 retrouvait ce soir les 5.000 points, en progression de 2,28% en clôture à 5.008 pts. C'est du côté sanitaire qu'il fallait chercher des motifs à la hausse des marchés, avec la décision de la FDA qui a approuvé dimanche l'utilisation en urgence de plasma sanguin provenant de patients ayant guéri du covid afin de traiter des malades. Cette décision du régulateur américain est intervenue au lendemain de critiques de Donald Trump à l'encontre de la FDA, qu'il a accusée de bloquer la mise en oeuvre de traitements pour raisons politiques.

La cote américaine, déjà bien orientée en fin de semaine dernière (+0,69% sur le DJIA et +0,42% pour le Nasdaq vendredi), poursuit sa progression ce lundi sur ces espoirs de traitement du nouveau coronavirus. Le Dow Jones pointe en hausse de 1%, alors que le S&P500 gagne 0,7% environ et que le Nasdaq progresse de 0,3% à mi-parcours. S&P500 et Nasdaq s'offrent ainsi de nouveaux records ce jour.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI grimpe de 1% à 42,7$. Le Brent de la mer du Nord avance de 1,4% à 45,6$. L'once d'or consolide de 0,3% à 1.940$. Il n'y avait pas de statistique notable ce jour hormis l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago (1,18 en juillet contre 5,33 pour la lecture révisée de juin) outre-Atlantique... L'euro se traite ce jour à 1,18$ (+0,1%), alors que l'indice dollar demeure assez stable face à un panier de devises.

Les investisseurs seront par ailleurs très attentifs cette semaine à la réunion virtuelle de banquiers centraux organisée par l'antenne de Kansas City de la Fed et remplaçant le symposium de Jackson Hole. La réunion s'ouvrira jeudi avec une intervention du président de la Fed, Jerome Powell.

En attendant, le président américain Donald Trump a salué l'autorisation par la FDA d'un traitement contre le coronavirus utilisant le plasma sanguin de patients rétablis. L'annonce par la Food & Drug Administration de l'autorisation d'utilisation d'urgence du traitement a eu lieu à la veille de la Convention nationale républicaine. "C'est ce que je cherchais à faire depuis longtemps", a lancé Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. "Aujourd'hui, je suis heureux de faire une annonce vraiment historique dans notre bataille contre le virus chinois qui sauvera d'innombrables vies". La FDA, expliquant sa décision, a cité des éléments préliminaires suggérant que le plasma sanguin pourrait réduire la mortalité et améliorer la santé des patients lorsqu'il est administré dans les trois premiers jours de leur hospitalisation. L'agence a ajouté qu'elle avait déterminé qu'il s'agissait d'une approche sûre dans une analyse de 20 000 patients ayant reçu le traitement. Jusqu'à présent, 70 000 patients ont été traités à l'aide de plasma sanguin.

L'Organisation mondiale de la Santé s'est montrée mesurée ce jour concernant l'utilisation de plasma de patients guéris. L'OMS indique ce lundi que les preuves d'efficacité de ce traitement restent de faible qualité. "Un certain nombre d'essais cliniques sont en cours dans le monde portant sur le plasma de convalescence par rapport aux soins standard", a constaté Soumya Swaminathan, directrice exécutive de l'OMS, ajoutant que seuls quelques-uns ont publié des résultats intermédiaires, affichant pour l'heure une qualité de preuves "très faible".

Un article du prestigieux Financial Times selon lequel l'administration Trump envisagerait une procédure accélérée pour le candidat vaccin mis en point par AstraZeneca et l'Université d'Oxford soutient également les marchés.

Selon l'Université Johns Hopkins, 23,46 millions de cas du nouveau coronavirus ont été confirmés depuis le début de l'épidémie au niveau mondial, dont 5,71 millions aux USA, 3,61 millions au Brésil et 3,11 millions en Inde. La Russie recense plus de 959.000 cas et l'Afrique du Sud près de 610.000. Le Pérou compte 585.236 cas, le Mexique 560.164 et la Colombie 541.139, alors que le Chili recense 397.665 cas. Le virus a fait 809.484 morts dans le monde depuis son émergence, dont 176.819 aux Etats-Unis, 114.744 au Brésil et 60.480 au Mexique.

Les Centres américains pour la prévention et le contrôle des maladies ont fait état hier de 1.006 décès supplémentaires liés au coronavirus en 24 heures... Le Brésil a fait état de 23.421 nouveaux cas et 494 décès ces dernières 24 heures. Le ministère indien de la Santé a rapporté ce lundi 836 nouveaux décès et 61.408 infections supplémentaires en 24 heures, ce qui porte le total à 3,1 millions de cas de contamination et 57.542 morts depuis le début de l'épidémie.

La ville de Séoul a rendu ce lundi obligatoire le port du masque dans les lieux publics à l'intérieur comme à l'extérieur, pour lutter contre la forte hausse du nombre de cas. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies a fait état de 266 nouveaux cas locaux de contamination dimanche, contre 397 la veille, ce qui porte le total à 17.665 cas et 309 morts. Le protocole sanitaire de la Corée du Sud, fondé sur le dépistage massif et le traçage, s'était initialement montré efficace.

En Europe, la résurgence de l'épidémie se confirme. La France a enregistré 4.897 cas en 24 heures, a annoncé dimanche l'agence Santé Publique France (SPF). La hausse est significative, après les 3.602 nouveaux cas annoncés samedi. Il s'agit par ailleurs d'un plus haut en termes de cas quotidiens depuis la fin du confinement. 4.709 patients atteints du covid sont actuellement hospitalisés, deux de moins que samedi, dont 383 en réanimation. Un décès est survenu ces dernières 24 heures, pour un bilan total de 30.513 morts. 33 foyers sont en cours d'investigation dans le pays.

La France entend mettre en place dans les prochains jours des mesures de réciprocité à la quatorzaine imposée depuis la mi-août aux voyageurs arrivant en Grande-Bretagne depuis l'Hexagone, a indiqué lundi le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes.

Le nombre de cas confirmés en Allemagne a grimpé à 233.575, soit 711 de plus que la veille, selon les données communiquées dimanche par l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses. Trois décès supplémentaires ont été signalés, pour un total de 9.272 morts.

Valeurs en hausse

Renault se distingue ce soir sur un gain copieux de 6,4%, alors que Peugeot prend 3,9% et Faurecia 4%. Tarkett bondit de 3,8%. Total s'offre également près de 4%.

EDF et Airbus grimpent de 4,4%, alors que Société Générale s'adjuge 4,2%.

Spie se reprend de 4,2% après sa faiblesse de la semaine dernière. Suez avance de 4%, Eiffage de 4,2% et TechnipFMC de 5%.

Natixis, Veolia et Engie s'offrent 3,5% à 3,6%. Neoen gagne près de 4%.

Axa (+2,1%) et son partenaire indien Bharti ont annoncé vendredi avoir conclu un accord de rapprochement de leur filiale commune d'assurance dommages en Inde avec ICICI Lombard, dont ils deviendront actionnaires.

Casino (+1%) a annoncé vendredi avoir vendu 5% du capital de Mercialys en précisant que le produit de l'opération, soit 26 millions d'euros, serait affecté à son désendettement.

Valeurs en baisse

Mercialys recule de 1,2%. Cette cession ramène la participation du Groupe Casino dans Mercialys de 25,3% à 20,3% des droits de vote.

Genfit fléchit de 2,2%, Vallourec perd 0,8% et FDJ 1,8%. Ubisoft abandonne 1,1%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.