Clôture Paris : le CAC40 débute mars sur un nouveau sommet annuel !

Clôture Paris : le CAC40 débute mars sur un nouveau sommet annuel !
bourse

Boursier.com, publié le vendredi 01 mars 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC 40, qui s'est offert un gain de près de 5% en février, débute mars sur une nouvelle note positive, en hausse de 0,47% ce vendredi, sur un niveau plus revu depuis début octobre 2018, à 5.265 points en clôture (nouveau sommet annuel). Les investisseurs semblent toujours vouloir croire en la signature rapide d'un accord commercial d'envergure qui mettrait fin à des mois de conflit entre les Etats-Unis et la Chine... Du côté des valeurs à Paris, Valeo en profite pour reprendre un peu de hauteur, tandis que Carrefour, lanterne rouge du CAC 40, débute le mois sans entrain. Outre-Atlantique, Wall Street, quelque peu déprimé hier, repart aussi de l'avant actuellement. Les marchés saluent en outre aujourd'hui un indicateur manufacturier chinois moins mauvais que prévu en février.

Sur l'ensemble de la semaine, l'indice parisien reprend près de 1%.

ECO ET DEVISES

L'activité manufacturière chinoise (PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit) s'est encore contractée en février, plombée notamment par les exportations sur fond de conflit commercial avec les Etats-Unis. L'indice, qui reste sous la barre des 50 (zone de contraction), ressort à 49,9 en février, contre 48,3 en janvier, et 48,5 de consensus (selon Reuters).

L'ISM manufacturier US de février ressort à 54,2, contre 55 de consensus et 56,6 un mois plus tôt. L'indice PMI manufacturier s'affiche quant à lui à 53, contre 54,9 un mois avant. L'indice de confiance des consommateurs américains (Université du Michigan) pour le mois de février 2019 est ressorti à 93,8, contre 95,7 de consensus. Enfin, les revenus des ménages US enregistrent une baisse de -0,1% en janvier, contre +0,3% de consensus.

De son côté, le président de la Fed Jerome Powell a constaté hier que la croissance de la productivité laissait une marge d'appréciation aux salaires sans risque d'accélération de l'inflation. La Fed aurait donc toute latitude, les prochains mois, pour maintenir une politique de statu quo du point de vue des taux directeurs.

En France, l'Indice des Acheteurs PMI IHS Markit - un indice composite établi sur la base de cinq indices individuels (nouvelles commandes, production, emploi, délais de livraison des fournisseurs et stocks des achats) et conçu pour mesurer la performance globale de l'industrie manufacturière - se redresse de 51,2 en janvier à 51,5. Il signale ainsi de nouveau une légère expansion du secteur manufacturier français, le taux de croissance se redressant en outre par rapport au mois dernier. Selon Eliot Kerr, Economiste à IHS Markit : "La croissance s'est légèrement renforcée dans le secteur manufacturier français en février, portée par la première hausse de la production depuis cinq mois ainsi que par une reprise de la demande et une nouvelle augmentation des effectifs. Les résultats relatifs aux nouvelles commandes à l'export restent en revanche décevants, les répondants indiquant en effet un recul de leurs exportations pour le sixième mois consécutif. Les derniers résultats de l'enquête témoignent ainsi de la solidité du marché intérieur français, la demande interne ayant permis de compenser l'affaiblissement de la demande étrangère, contrairement à l'Allemagne où la forte chute des exportations a entraîné, selon les données PMI Flash, un recul de la production".

L'Indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro se replie, de 50,5 en janvier à 49,3 en février (estimation flash : 49,2). D'après Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit : "Les dernières données PMI signalent une détérioration de la conjoncture du secteur manufacturier de la zone euro en février, la plus forte depuis près de six ans, les indicateurs prospectifs suggérant en outre une accentuation des risques baissiers sur l'économie de la région à l'approche du printemps. On s'inquiétera notamment de l'évolution des carnets de commandes (...). Si les fabricants de la zone euro se disent de plus en plus préoccupés par les perspectives économiques mondiales et par l'aggravation des guerres commerciales, liée à l'application de tarifs douaniers par les Etats-Unis, le climat politique de plus en plus incertain, en raison notamment du Brexit, se répercute également de manière négative sur la demande et accentue l'aversion générale au risque".

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1378$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 56,4$ et le Brent s'affiche à 65,3$.

VALEURS EN HAUSSE

* MBWS (+35,2%) a obtenu l'autorisation de l'Autorité de la concurrence en France dans le cadre du projet de rapprochement avec la Compagnie Financière Européenne de Prises de Participations (COFEPP). Ce projet consiste en une augmentation de capital réservée à COFEPP pour un montant total de 37,712 millions d'euros (prime d'émission incluse), à un prix de souscription de 4 euros par action (prime d'émission incluse) et, une attribution de bons de souscription d'actions gratuits à l'ensemble des actionnaires (Option principale).

* Sur le CAC40, Stentys grimpe aussi de 24,6% avec Inside Secure (+8,1%) ou encore Plastivaloire (+9%).

* Dans un contexte très tendu sur le dossier Air France KLM (+5,4%), Bruno Le Maire a reçu à Paris Wopke Hoekstra, le ministre néerlandais des Finances, pour discuter de l'avenir du groupe aérien... "Bruno Le Maire et Wopke Hoekstra partagent le même objectif de renforcement du groupe Air France-KLM, acteur majeur du transport aérien européen avec un réseau global de destinations depuis les hubs de Roissy Charles De Gaulle et d'Amsterdam Schiphol. Ils sont déterminés à continuer d'améliorer sa compétitivité et de consolider son développement pour assurer le succès du groupe". Les deux ministres ont convenu de lancer un processus avec l'objectif de transformer et de renforcer leur compréhension du futur du Groupe. Ils ont au passage réaffirmé leur soutien au directeur général, Ben Smith, et aux dirigeants du Groupe Air France-KLM, ainsi qu'aux salariés... et ont rappelé leur soutien aux décisions prises par le Conseil d'administration du 19 février qui modernisent la gouvernance du Groupe au bénéfice d'un meilleur fonctionnement.

* Faurecia (+5,1%) a annoncé le succès de son offre d'achat sur Clarion, lancée le 30 janvier 2019. Les actionnaires de Clarion ont apporté 95,28% de leurs actions à l'offre de Faurecia. Conformément à l'accord signé le 26 octobre 2018, Hitachi y a apporté l'ensemble de ses actions, soit 63,8 % du capital de Clarion. Le règlement-livraison de l'offre interviendra le 7 mars 2019. Faurecia lancera ensuite une procédure de retrait obligatoire pour acquérir toutes les actions restantes de Clarion.

* Valeo remonte de 4,2% après trois séances consécutives de correction. Même scénario pour STMicroelectronics qui remonte de 2,2%.

* Kering gagne 3,2%. AlphaValue a remonté son opinion sur Kering de "renforcer" à "acheter", en visant 638 euros contre 564 euros précédemment.

* TechnipFMC (+2,2%) a décroché auprès de BP un contrat qualifié d'"important" (entre 500 millions et 1 milliard de dollars) pour des travaux d'ingénierie, d'approvisionnement, de construction, d'installation et de mise en service (EPCIC) concernant l'unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) devant être déployée au large des frontières maritimes de Mauritanie et du Sénégal. Cette attribution s'inscrit dans la continuité du contrat FEED d'ingénierie attribué en avril 2018. TechnipFMC apportera son expertise dans la mise en oeuvre de grands projets, en mettant à profit sa vaste expérience des chantiers de fabrication et ses références dans la fourniture d'installations de monétisation de gaz en mer.

* PSA Groupe gagne 2% et Renault monte de 0,7%. Les immatriculations de voitures neuves en France ont grimpé en février selon les chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles. Les immatriculations se sont établies à 172.443 unités, en hausse de 2,1% sur un an, en données brutes. Les groupes français ont fait plutôt mieux que le marché, avec une hausse de 6,3% sur un an : PSA mène le bal (+10,7%) avec sa marque Citroën (+20,1%) et Renault a enregistré une avancée plus modeste de 0,3%. En revanche, côté étranger, Toyota a reculé de 2,1% et Ford de -7,7%. Sur les deux premiers mois de 2019, les immatriculations de voitures particulières neuves progressent ainsi de 0,6% par rapport à la même période de l'an passé.

* Sanofi (+0,7%). Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable au sujet de la demande d'autorisation de mise sur le marché de Zynquista (sotagliflozine), développé par Sanofi et Lexicon.

VALEURS EN BAISSE

* Bonduelle cède 2,1%. Le spécialiste des légumes a prévenu que son résultat opérationnel courant (ROC) à changes constants se situerait dans le bas de fourchette initiale annoncée précédemment de 128 à 133 millions d`euros. En cause, l'impact des récoltes agricoles et les difficultés de négociation avec les distributeurs dans un contexte d'inflation des différentes composantes de coût qui pèse sur la rentabilité.

* Carrefour cède 1,6%. Au lendemain de la publication des résultats 2018 du géant de la distribution, lesquels sont ressortis globalement en ligne avec les attentes du marché et ont permis au management d'annoncer un relèvement de l'objectif de réduction de coûts, l'action rechute de plus de 2% à 17,62 euros, pénalisée par une dégradation d'analyste. JP Morgan vient en effet de ramener son opinion à "sous-pondérer" sur le dossier, contre un avis "neutre" précédemment. La banque américaine, qui n'a visiblement pas été convaincue par le point financier annuel de Carrefour, évoque un risque important sur les bénéfices et un creusement de l'écart entre le groupe d'Alexandre Bompard et ses principaux concurrents en France et en Europe. JP Morgan maintient néanmoins sa 'fair value' inchangée, à 14,50 euros.

* Sur le CAC40, Danone perd aussi 0,7% avec Sodexo (-0,4%) ou encore Crédit Agricole (-0,8%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.