Clôture Paris : le CAC40 en direction des 6.500 pts

Clôture Paris : le CAC40 en direction des 6.500 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 28 mai 2021 à 18h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Alors que les 6.400 pts ont été franchis hier sur le CAC40 avec l'aide du réveil du secteur aéronautique, l'indice a encore grimpé de 0,75% ce vendredi à 6.484 pts en clôture. Airbus qui a revu à la hausse ses cadences de production était de nouveau recherché avec les équipementiers. Un signal de sortie de crise salué par l'ensemble du secteur industriel...
Les marchés restent soutenus par ailleurs par la générosité des banques centrales et les espoirs de relance budgétaire. La Banque d'Angleterre a pourtant adopté un ton un peu moins accommodant, ouvrant la voie à une possible hausse de taux dès le premier semestre 2022. Le secteur financier et bancaire a repris ainsi de nouveau quelques couleurs...

ECO ET DEVISES

Du côté des Etats-Unis, les opérateurs surveillent toujours la Fed afin de mieux évaluer le timing d'un éventuel 'tapering' (réduction des achats mensuels de titres), même si rien ne semble imminent de ce point de vue... Il s'agit aussi de savoir quand la BCE commencera à diminuer son programme d'urgence, mais ici encore, rien ne paraît urgent ici non plus !

Selon l'Insee ce jour, la contraction finale du PIB français ressort à 0,1% pour le premier trimestre 2021, niveau révisé en baisse par rapport à une première estimation en croissance de 0,4%. La contraction du PIB en 2020 est légèrement moins forte que prévu, révisée à -8% contre -8,2% auparavant. La forte révision en baisse du premier trimestre provient, selon l'Institut national de la statistique, de l'intégration de données beaucoup moins dynamiques que prévu dans la construction.
La consommation des ménages en biens en France a corrigé de 8,3% au mois d'avril, contre -0,3% pour la lecture révisée du mois antérieur selon l'Insee. Les dépenses de consommation avaient baissé de 0,4% en février. Sur les produits manufacturés, la consommation a trébuché de 10,6% en avril.

Concernant les plans de relance budgétaire outre-Atlantique, notons que les démocrates ont repoussé la contre-proposition républicaine sur le plan d'infrastructures. Mitch McConnell, leader de la minorité républicaine au Sénat américain, a tout de même indiqué que la proposition de son clan ne constituait pas leur offre finale. Les marchés apprécient quoi qu'il en soit la perspective d'un abondant soutien budgétaire, alors que le président Joe Biden envisagerait un budget de 6.000 milliards de dollars de dépenses fédérales en 2022... De quoi voir venir ! Biden demande par ailleurs aux entreprises de "relever les salaires".
Le budget Biden pousserait les dépenses fédérales à un niveau jamais observé depuis la Seconde Guerre Mondiale. Les dépenses totales grimperaient même ensuite de 6.000 milliards en 2022 à 8.200 milliards en 2031, essentiellement avec le plan Build Back Better de l'administration Biden. La contrepartie serait évidemment une hausse des taxes sur les entreprises et les plus riches. La dette en pourcentage du PIB devrait atteindre un record en 2024, selon les éléments du plan cités par le New York Times. Ce projet tient compte d'hypothèses assez modestes de croissance, avec une croissance réelle juste sous les 2% pendant la décennie considérée. L'inflation ne dépasserait quant à elle pas les 2,3% sur la durée du plan, ce qui semble optimiste.
L'euro campe sous les 1,22/$, tandis que le pétrole reste ferme, proche des 70$ le brent. Le Bitcoin revient à 36.906$.

VALEURS EN HAUSSE

UV Germi (+22%) poursuit sa croissance, avec la concrétisation de deux projets d'envergure pour l'équipement d'appareils de traitement de l'air Germi R Clean, au sein des stations de bus de la ville de Riyad et du Palais Présidentiel d'Abu Dhabi, afin d'en assurer la sécurité sanitaire. Ce palais, appelé le 'Versailles du Proche-Orient' sera équipé de la technologie de pointe Germi R Clean, qui détruit les COV, virus, bactéries et odeurs, garantissant ainsi le bon fonctionnement du palais présidentiel qui sert à la fois de siège aux réunions du conseil des ministres Emirati, de salon de réception des chefs d'État étrangers, de bibliothèque mais aussi de musée et d'espace d'exposition.
Les autorités saoudiennes ont souhaité sécuriser les espaces confinés des stations de bus, afin de protéger les usagers. Ainsi, une première commande de plus d'un demi-million d'euros vient d'être faite pour protéger les trois terminaux de Riyad. Compte tenu de la centaine de stations de bus restant à équiper, la Société est confiante quant au potentiel de cette collaboration.

Solutions30 remonte encore de 15% et poursuit son rebond entamé mercredi.

Delta Drone (+7,5%) Dans le cadre de la nouvelle réglementation européenne, entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021, Delta Drone a reçu, le 21 mai, sa première autorisation d'exploitation de la part de la DSAC (Direction de la Sécurité de l'Aviation Civile) pour son système de drone ISS Spotter automatique.
Aboutissement d'un long et itératif processus d'analyse de risques pour les opérations spécifiques, en relation avec les services de la DGAC, cette autorisation marque un tournant dans l'emploi des solutions drones dédiés aux métiers de la sécurité et de la surveillance. Elle est en effet la première en Europe à être signée pour un système de drone automatique de surveillance et de sécurité, en application de la nouvelle réglementation européenne.

Nanobiotix : +7% avec SES (+5,5%) et Latecoère

Figeac Aéro (+5,5%) Sur l'exercice 2020-2021, en plus de l'immobilisation du Boeing 737 MAX, le secteur aéronautique a été confronté à la plus grande crise de son histoire avec un effondrement du trafic aérien dû aux confinements et aux restrictions de voyages imposés dans toutes les régions du monde. Dans ce contexte, Figeac Aéro réalise au titre de l'exercice 2020-2021 (clos le 31 mars 2021), un chiffre d'affaires de 201,2 millions de euros, en retrait de -55,4% par rapport à l'exercice précédent. A périmètre et taux de change constants, l'évolution annuelle du groupe est en repli de -53%.
Dans ce contexte de crise inédite, Figeac Aéro a démontré son agilité et sa capacité d'adaptation rapide. La société a rapidement engagé d'importantes mesures opérationnelles et financières pour pallier la baisse drastique des volumes et assurer la continuité de ses activités dans un premier temps et sauvegarder la compétitivité du Groupe afin de le positionner pour profiter de la reprise.
Le plan de performance -réduction des charges de personnels et des frais généraux et administratifs, rationalisation des sites de production, rapatriement sélectif d'une partie des achats liés à la sous-traitance, optimisation de l'utilisation de la matière première et rationalisation des achats généraux- devrait permettre une réduction structurelle des coûts fixes de l'ordre de 30 ME, dont le quasi-plein effet sera visible sur le 2e semestre de l'exercice en cours (clos le 31 mars 2022).
Figeac Aéro s'est attaché à sécuriser ses ressources financières long terme au travers d'un prêt Atout d'un montant total de 15 ME de Bpifrance, et de Prêts Garantis par l'Etat d'un montant total de 80 ME auprès de ses partenaires bancaires.
Par ailleurs, le Groupe a entamé une réflexion sur le réaménagement de sa structure financière. Ainsi, après avoir atteint le point bas de cette crise au 1er semestre 2020-2021 et fort des mesures structurelles de réduction de coûts mises en oeuvre rapidement, Figeac Aéro confirme la génération d'un Ebitda courant positif sur le 2e semestre de l'exercice clos le 31 mars 2021.
Cette nette amélioration de la marge opérationnelle du Groupe devrait équilibrer les pertes opérationnelles du 1er semestre.
En matière de consommation de cash, le Groupe enregistre les premiers effets positifs de la rigueur financière et de la baisse drastique des CAPEX de croissance avec des cash flows maîtrisés au second semestre. La société renouvelle, par ailleurs, son objectif de génération de cash pour l'exercice clos le 31 mars 2022.

Valneva : +4,5% avec Ekinops, Medincell, Europacorp

IPSOS : +3,5% avec Nokia, Groupe Gorgé, JC Decaux, Assystem

AKKA : +2,7% avec Nexans, Air France KLM, Plastivaloire

Sergeferrari : +2% avec Eutelsat, Crit, Vicat, Klepierre, ADP et Lagardère

Airbus : +1,2% avec Kering, AXA et L'Oreal

Scor (+0,8%) L'Autorité des marchés financiers a indiqué au Parquet national financier que les éléments dont elle dispose ne permettent pas d'étayer les accusations de manipulation de cours formulées par Covéa contre Denis Kessler, président directeur général de Scor.
Scor se félicite ainsi que l'Autorité des marchés financiers, saisie par le Parquet national financier au sujet d'une plainte formulée par Covéa contre Denis Kessler, "a indiqué, le 27 mai, au Parquet national financier que les éléments dont elle dispose ne permettent pas d'étayer des allégations de manipulation de cours".
Scor rappelle que le jour de l'annonce par Covéa du dépôt de cette plainte, le 24 mars 2021, pour une prétendue manipulation de cours résultant du rachat par Scor entre le 25 octobre et le 10 décembre 2018 de ses propres actions, Scor avait déploré "une manoeuvre mensongère et infondée du groupe Covéa".

Alstom : +1,5% avec Neurones, Renault, AXA

VALEURS EN BAISSE

AB Science : -10% suivi de Atari (-5%)

Neoen : -3% avec Vilmorin suivi de Erytech

Verimatrix : -2% avec Aubay

Voltalia : -1,5% suivi de Technicolor

CGG : -1% avec Savencia, Infotel, Virbac

Vos réactions doivent respecter nos CGU.