Clôture Paris : le CAC40 encore un peu plus haut...

Clôture Paris : le CAC40 encore un peu plus haut...©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 29 octobre 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 a gagné quelques points supplémentaires ce mardi, alignant une 4ème séance hausse, de quoi atteindre un nouveau sommet annuel. Le CAC40 termine à 5.740 points, en progression de 0,17%, en attendant un nouveau geste d'assouplissement monétaire de la Fed demain soir. Le calendrier du Brexit semble aussi quelque peu se décanter avec des élections législatives qui se tiendraient mi-décembre outre-Manche et une date butoir désormais fixée à la fin janvier...

ECO ET DEVISES

La réunion de la Fed débute ce mardi et se poursuit demain mercredi... Le communiqué monétaire sera publié demain à 20 heures, alors que la conférence de presse de Jerome Powell se tiendra à 20h30. D'après l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une baisse des taux d'un quart de point à 1,50-1,75% demain soir, qui constituerait le troisième assouplissement comparable de l'année, se situe à... 97,3% - contre moins de 3% de chances d'un statu quo à 1,75-2%.

Les choses se compliqueraient de nouveau ce jour sur le front commercial... La Chine a dénoncé en effet un "harcèlement économique" des États-Unis, alors que l'autorité américaine du secteur des communications va désigner le mois prochain les Chinois ZTE et Huawei comme groupes représentant des risques pour la sécurité nationale des États-Unis. Une telle décision empêcherait les firmes télécoms locales de recourir à des financements fédéraux pour acheter à ces géants chinois des équipements ou services. A l'occasion d'une réunion du 19 novembre, la FCC - Commission fédérale américaine des communications - entend par ailleurs demander aux opérateurs US de remplacer les équipements fournis par les groupes chinois. La FCC va rembourser les petits opérateurs afin qu'ils puissent assurer les remplacements d'équipements. "Nous ne pouvons nous permettre de prendre le moindre risque", a résumé le dirigeant de la FCC, Ajit Pai, alors que les USA modernisent actuellement leurs réseaux avec un déploiement de la 5G. Ajit Varadaraj Pai souligne les risques d'espionnage, d'insertion d'outils malveillants ou de virus mettant en péril des réseaux essentiels...
Une fois leur classification en 'risques pour la sécurité nationale' décidée, ZTE et Huawei disposeront de 30 jours pour la contester.

Hier encore, Trump envisageait pourtant un accord commercial sino-américain important avant le sommet du Chili. Rappelons que la Chine et les Etats-Unis doivent préparer la finalisation de la fameuse 'phase 1' de leur accord commercial avant le sommet du forum économique Asie-Pacifique (Apec) qui se tient dans trois semaines au Chili, et où se retrouveront les 'amis' Trump et Xi Jinping... Le président américain a déclaré hier qu'il s'attendait à signer une partie importante de l'accord plus tôt que prévu. Devant la presse à Chicago, le locataire de la Maison blanche a expliqué qu'il était possible que Washington et Pékin soient en avance pour signer "une partie très importante de l'accord", la fameuse 'phase 1' précédemment décrite.
L'euro campe sur les 1,11/$ entre banques, tandis que le pétrole remonte à 61,75$ le Brent.

VALEURS EN HAUSSE

Pixium : +22% suivi de Atari qui rebondit de 17%

SMCP : +12%. Le Chiffre d'affaires consolidé de SMCP est ressorti en hausse de 10,8% en données publiées (274,5 ME), intégrant De Fursac sur un mois. La croissance du chiffre d'affaires est de +9% à taux de change et périmètre constants, sur une base de comparaison élevée (+14% à tcpc).
Le groupe souligne l'accélération de la croissance des ventes au cours du trimestre, portée par le bon démarrage des collections Automne-Hiver 2019 et la croissance à 2 chiffres des ventes à l'international, principalement tirée par APAC et EMEA.
Avec l'ouverture de 28 magasins opérés en propre au T3 et la poursuite du plan d'optimisation du réseau en France, l'intégration de la marque De Fursac est en bonne voie et les objectifs annuels 2019 confirmés.

Interparfums gagne 5%. Sur les 9 premiers mois de l'année 2019, le chiffre d'affaires atteint 367,6 millions d'euros, en hausse de +9% à devises courantes et de +6% à devises constantes. Le groupe a confirmé son objectif de 480 ME pour l'ensemble de l'année.

SES : +4% avec Technicolor (+3%) avec Lisi et SEB

Atos : +2% suivi de Dassault Aviation avec Synergie, Argan, Safran, Saint-Gobain

LafargeHolcim : +1,5% avec CGG, Trigano, Ingenico, Bastide

Airbus grimpe de 0,8%. Le groupe a confirmé une commande indienne record d'IndiGo pour 300 appareils de la famille A320neo. "Cela marque l'une des commandes d'appareils les plus importantes de l'histoire d'Airbus auprès d'un unique opérateur", se réjouit le groupe. La commande géante comprend un 'mix' d'A320neo, d'A321neo et d'A321 XLR. Cela portera la flotte totale d'IndiGo à 730 appareils de la famille A320neo !
"Nous sommes ravis qu'IndiGo, l'un de nos clients initiaux de lancement pour l'A320neo, continue à construire son futur avec Airbus, faisant d'IndiGo le plus important client au monde dans la famille A320neo", ajoute Guillaume Faury, CEO d'Airbus.
Airbus confirme là les informations émanant notamment de l'agence Reuters concernant une potentielle commande géante de la compagnie aérienne indienne IndiGo. Reuters évoquait un deal potentiel représentant plus de 33 milliards de dollars aux prix catalogue. La compagnie indienne à bas coûts a donc commandé des A320neo, des A321neon, ainsi que des A321 XLR, nouvelle version du monocouloir à plus long rayon d'action.
Notons par ailleurs, dans l'actualité du jour, que le régulateur indien de l'aviation civile a demandé à IndiGo de modifier les moteurs Pratt & Whitney de 16 de ses Airbus A320neo actuels dans les quinze jours, faute de quoi les appareils pourraient être cloués au sol...

Imerys (+0,5%) a vu son chiffre d'affaires reculer de 6,3% au troisième trimestre 2019 à 1,154 milliard d'euros. Malgré un effet mix-prix positif de 1,7%, le résultat opérationnel courant a reculé de 20% à 113 millions d'euros. A fin septembre, le résultat opérationnel courant accuse une baisse de 16% à 358,1 ME, soit une marge de 10,7% contre 12,3% un an plus tôt. Le bénéfice net part s'établit à 159,6 ME, en baisse de 34%. Suite à l'avertissement lancé la semaine dernière, Imerys rappelle que la conjoncture défavorable actuelle devrait persister au cours des prochains trimestres et vise un recul de son résultat courant net 2019 d'environ -20% par rapport à 2018 (dont environ - 7% lié à la déconsolidation des filiales nord-américaines de talc et de la fermeture temporaire de l'usine de Willsboro).

VALEURS EN BAISSE

Genfit : -3,5% avec AB Science, Iliad

Recylex : -3%. Recylex SA a indiqué que les études et essais techniques actuellement menés par Weser-Metall GmbH (WMG), ainsi que la mise à jour des hypothèses et prévisions financières du sous-groupe allemand pour la période 2020 à 2024 en découlant, ne pourront pas être finalisés dans les prochaines semaines. En effet, ces études et essais techniques visant à valoriser les métaux contenus dans un panel plus large de matières, notamment les déchets électroniques, en complément et non en substitution des matières riches en plomb habituellement traitées, nécessiteront plus de temps que prévu initialement.
Recylex rappelle que le résultat de ces études ainsi que la mise à jour de ces hypothèses et prévisions financières qui en découlera, seront décisifs pour le Groupe. C'est uniquement au vu de ces éléments que les partenaires financiers accepteront de reprendre les discussions pour déterminer s'ils maintiennent ou non les financements dont bénéficie le sous-groupe allemand.
Par ailleurs, WMG réalisera un arrêt de maintenance de 8 jours en novembre. Cet arrêt était initialement prévu à la fin du second trimestre 2019.
Compte tenu de l'allongement au-delà du 30 novembre 2019 du calendrier nécessaire aux discussions avec les partenaires financiers, le sous-groupe allemand a initié des discussions avec Glencore International AG en vue d'obtenir un nouveau financement complémentaire destiné à couvrir ses besoins de trésorerie identifiés pour la période du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020 (estimés à ce jour à 19,2 ME).
A défaut d'obtention de ce financement complémentaire et de ces reports, la situation financière du sous-groupe allemand serait compromise. Compte tenu de ce risque, Recylex S.A. va examiner toute option alternative qui permettrait de préserver l'activité des différentes entités du Groupe.
Recylex tiendra le marché informé de la réaction et de la position des partenaires financiers du sous-groupe allemand à ces égards.
La situation de trésorerie du sous-groupe allemand reste à ce jour très tendue. En effet, l'activité du périmètre allemand est actuellement fortement consommatrice de trésorerie., indique le management de Recylex qui ajoute encore : En dépit du non respect du calendrier initialement prévu, les financements court terme octroyés par Glencore International AG en février 2019 puis en juillet 2019 sont maintenus jusqu'à leur terme actuel, soit le 30 novembre 2019.
Ainsi, sur les 9 premiers mois de l'année 2019, le sous-groupe allemand a consommé 39,2 ME de trésorerie, dont environ 11 ME pour des investissements visant à améliorer la performance de l'outil industriel, principalement à destination de la fonderie de Nordenham. Ces besoins ont été financés par tirages sur les deux financements à court terme octroyés par Glencore International AG.
Au 18 octobre 2019, l'endettement net du sous-groupe allemand s'élevait à 138,6 ME.
A cette même date, l'endettement net de la société mère Recylex S.A. s'élevait à 43,9 ME et l'endettement net consolidé du Groupe s'élevait à 162,5 ME.

Orange cède 2,5%. Au 3ème trimestre 2019, le chiffre d'affaires est ressorti en hausse de +0,8% sur un an à base comparable. Cette hausse est tirée par la croissance toujours très forte de l'Afrique et du Moyen-Orient à +7,6%, et par la solide performance de l'Europe en hausse de +1,4% soutenue par la convergence, et d'Entreprises qui affiche un 4ème trimestre de croissance consécutive à +1,8%. L'ensemble fait plus que compenser une légère érosion en France à -0,4% (qui resterait en croissance à +0,2% sans l'effet des offres de lecture numérique), et la baisse accentuée en Espagne à -2,5% sous l'effet du glissement du marché vers les segments milieu et bas de marché. Orange confirme ses objectifs pour 2019 (hors effets du contrat de partage de réseau avec Vodafone en Espagne signé en avril).

Manutan : -2% avec Tessi, Bic et AST (-1,5%)

2CRSi (-1,8%) a annoncé avoir pris une participation de 2 millions d'euros dans la société Blade, spécialiste du Cloud Computing et membre du Next40. Principal client de 2CRSi en 2018, Blade a développé un service de jeu en ligne haut de gamme, Shadow, qui compte déjà 70.000 abonnés à travers le monde.

Bic : -1% suivi de Faurecia, Thales, Europcar

Dassault Systèmes (-0,6%) a annoncé la finalisation de l'acquisition de Medidata Solutions Inc, dont l'expertise clinique et les solutions cloud permettent le développement et la commercialisation de thérapies plus intelligentes. Cette acquisition permet à Dassault Systèmes de se positionner à la pointe de la transformation numérique des sciences de la vie à l'ère de la médecine personnalisée et de l'expérience centrée sur le patient, avec une offre complète qui reflète une connaissance approfondie du secteur de la santé, de son écosystème et de ses besoins.

LVMH (-0,5%) Tiffany a bondi de 31% à Wall Street lundi soir et a indiqué que son conseil d'administration examinait attentivement la proposition de rachat de LVMH. L'offre non contraignante serait chiffrée à 120$ par titre en cash, ce qui ferait ressortir une valorisation de 14,5 milliards de dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.