Clôture Paris : le CAC40 hésite encore

Clôture Paris : le CAC40 hésite encore
salle de marché

Boursier.com, publié le jeudi 25 mars 2021 à 19h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 qui avait initialement repris le chemin de la baisse ce jeudi, est remonté en fin de journée pour terminer en hausse timide de 0,09% à 5.952 pts. Les craintes sanitaires en Europe associées au (trop) lent déploiement de la vaccination limitent toujours les initiatives et les prises de risque sur les marchés financiers.

ECO ET DEVISES

La lecture finale du PIB américain du quatrième trimestre publiée ce jour fait ressortir une croissance de 4,3%, contre une lecture préliminaire de 4,1% et un consensus comparable. Les dépenses personnelles de consommation pour le quatrième trimestre ont grimpé sur un rythme de 2,3%, contre 2,4% de consensus de place et 2,4% pour la lecture antérieure.

Le président de la Fed Jerome Powell, dont le discours devant le Congrès n'a pas surpris cette semaine, s'est montré un peu moins accommodant dans une interview live sur la 'Morning Edition' de la radio américaine NPR. Le leader de la Fed salue la reprise économique et considère que la Fed pourra progressivement et de manière très transparente lever son soutien après des progrès substantiels. Powell admet que l'économie américaine s'est reprise plus rapidement que prévu, grâce au stimulus et aux vaccins. Cela devrait donc permettre à la Fed, à un certain stade, de lever une partie de son soutien très graduellement.
"Au fur et à mesure que nous progressons substantiellement vers nos objectifs, nous réduirons progressivement le montant des bons du Trésor et des titres adossés à des hypothèques que nous avons achetés", a déclaré Powell durant cette interview. "Nous le ferons très progressivement au fil du temps et avec une grande transparence, lorsque l'économie se sera presque complètement rétablie, nous retirerons le soutien que nous avons fourni pendant les périodes d'urgence".
Rappelons que les taux de la Fed sont actuellement proches de zéro et que la banque centrale américaine procède chaque mois à des rachats d'actifs obligataires d'au moins 120 milliards de dollars.

Ailleurs, l'indice GfK allemand de confiance des consommateurs est ressorti négatif de -6,2 contre -11,9 de consensus pour avril. L'indice français du climat des affaires s'est établi supérieur aux attentes à 96,6.
En Europe, les opérateurs seront attentifs à un sommet virtuel entre leaders de l'Union portant sur la résurgence des cas de coronavirus et le déploiement laborieux des vaccins. En attendant, Bruxelles a déjà annoncé des mesures pour restreindre les exportations de vaccins provenant du bloc, ce qui pourrait surtout affecter le Royaume-Uni. Londres et l'UE semblent toutefois vouloir trouver un terrain d'entente sur la gestion des stocks de vaccins.
Les cours du pétrole restent quant à eux volatils, dans l'attente de la reprise du trafic via le canal de Suez, suite aux perturbations causées par un énorme porte-conteneurs, l'Ever Given d'Evergreen. Le brent pointe sous les 62$. L'euro revient à 1,1780/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Aubay (+11%) a décidé de proposer à l'Assemblée Générale un dividende de 0,66 euro par action au titre de 2020, soit un ratio de distribution de l'ordre de 33% du résultat net. Pour mémoire un acompte de 0,33 Euro a déjà été versé en novembre 2020. Les objectifs pour 2021 sont un chiffre d'affaires compris entre 440 ME et 450 ME avec une marge opérationnelle d'activité entre 9,5% et 10,5%.

Guerbet remonte de 9% après les comptes.

Quadient s'adjuge 5%, sur un plus haut de 13 mois. La valeur est soutenue par une note d'Oddo BHF qui est passé de 'neutre' à 'surperformer' sur le titre de l'ancien Neopost. Malgré le récent rerating, la valorisation demeure particulièrement faible à 4,4x l'EBITDA 2021 estimé et 7,4x l'EBIT, justifiée par une séquence bénéficiaire dégradée depuis 8 ans.

Groupe Crit : +4,7% avec Infotel, Genomic (+3%)

Lisi : +3% avec Voltalia, Trigano

Virbac : +2,5% avec Beneteau, ALD, Michelin

Legrand : +1,8% suivi de TF1, Stellantis

Carrefour progresse encore de 1%, toujours porté par son expansion au Brésil. A l''achat' sur le dossier, UBS explique que les actionnaires du distributeur ont fait savoir qu'ils souhaitaient que davantage de capital soit restitué par le biais de rachats d'actions, tandis que la direction a mis en avant des opportunités de fusions et d'acquisitions pour créer davantage de valeur à long terme. Bien que la banque helvète ne considère pas l'opération brésilienne comme une fusion-acquisition importante, elle pense que cette dernière est réalisée à un multiple attrayant, permet des synergies élevées, et renforce considérablement la compétitivité de l'entreprise.

Sanofi : +1% avec Essilor, BioMerieux, Atos, LafargeHolcim, Valeo, Chargeurs, Vicat et L'Oreal

VALEURS EN BAISSE

Atari : retombe de 15% sur des prises de profits, suivi de Inventiva (-7%), Balyo (-6%) et Navya (-5%)

Geci : -4% avec Abivax, Adocia

Vallourec : -3% suivi de Rallye, GTT

Haulotte : -3% suivi de Worldline, TechnipFMC

Neurones : -2,5% avec Klepierre, Gecina, Coface

Vinci cède 0,5% et ne profite guère de la note de la Deutsche Bank qui a débuté la couverture du géant du BTP et des concessions avec un avis 'achat' et un objectif de 101 euros. Vinci reste une histoire de reprise à court terme axé sur la macroéconomie (autoroutes, aéroports et construction) et la banque anticipe un taux de croissance annuel moyen du bénéfice par action de 30% sur la période 2020-2025. Quant à la valorisation, elle constitue un point d'entrée attractif selon le courtier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.