Clôture Paris : le CAC40 ne suit pas la hausse de Wall Street

Clôture Paris : le CAC40 ne suit pas la hausse de Wall Street
Jerome Powell, séance des questions du FOMC à Washington.

Boursier.com, publié le jeudi 27 août 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Après avoir repris 3% depuis lundi et avoir tenté hier de prendre le large au-dessus des 5.000 points, le CAC40 est à nouveau freiné dans son élan, les investisseurs préférant temporiser malgré un accueil positif par les marchés américain de la réunion en visioconférence des banquiers centraux, qui tient lieu du traditionnel symposium estival de Jackson Hole. L'indice parisien reperd ainsi quasiment ses gains de la veille pour revenir à 5.015 points (-0,64%) ce soir.

La cote américaine progresse d'ailleurs encore ce jeudi à l'heure de la clôture parisienne, le DJIA s'accordant 0,8% à 28.559 pts et le Nasdaq 0,1% à 11.673 pts, contre une hausse de 0,37% du S&P500, au plus haut à 3.492 pts. La première réaction à l'intervention de Jerome Powell, président de la Fed, est donc positive. Le patron de la Fed vient de souligner que la Banque visera désormais 2% d'inflation moyenne. La nouvelle stratégie de la Fed passe par une forme flexible d'objectif moyen d'inflation, selon lequel la Banque sera grandement concentrée sur la promotion d'un fort marché de l'emploi.

La Fed entend revoir sa stratégie de politique monétaire tous les cinq ans. Elle n'hésitera pas à agir si l'inflation augmente au-dessus de niveaux correspondant à son objectif. La nouvelle stratégie monétaire de la Fed devrait la conduire à conserver des taux très bas et quasiment nuls de manière durable. C'est du moins ce qu'anticipent bon nombre d'opérateurs, sans que Powell n'ait été explicite sur le sujet.

VALEURS EN HAUSSE

* Bouygues limite finalement ses gains à 1,25% sous les 34 euros, soutenu ce matin par une publication semestrielle meilleure qu'anticipée par les analystes. Sur les six premiers mois de l'année, le conglomérat a essuyé une perte opérationnelle courante de 132 millions d'euros, en recul de 585 ME par rapport aux six premiers mois de 2019, un écart "totalement lié à l'impact de la COVID-19 estimé à -650 millions d'euros sur le premier semestre". Le consensus tablait toutefois sur un déficit plus important de 336 ME. La perte nette ressort à 244 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 14,8 milliards d'euros, en baisse de 15% (-15% à périmètre et change constants). Le groupe, qui avait renoncé à ses objectifs financiers pour 2020 en avril, n'a pas livré de nouvelles prévisions. Il a cependant précisé qu'il renouerait avec une "rentabilité significative" au second semestre, tout en restant sous les niveaux constatés un an plus tôt.

* Le distributeur et fabricant de matériel médical Bastide (+7% à 44,6 euros) a réalisé au 4ème trimestre 2019-2020 (avril-juin) un chiffre d'affaires de 115,2 ME en hausse de +34,9% dont +32,9% en organique. Cette performance trimestrielle porte le chiffre d'affaires annuel 2019-2020 à 382 ME, un niveau supérieur à l'objectif initial situé entre 355 et 365 ME. La hausse de l'activité ressort ainsi à +15,4%, dont +13,7% en organique.

* Chargeurs s'adjuge 8,5% à 15,66 euros, bénéficiant de son activité de fabrication de masques alors que le gouvernement vient de rendre obligatoire le port du masque en extérieur dès vendredi matin dans tout Paris et dans les trois départements de la proche banlieue (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

VALEURS EN BAISSE

* Parmi les plus fortes baisses du CAC40, Orange s'enfonce de 1,8% à 9,65 euros, pénalisé depuis ce matin par la bonne performance semestrielle de son concurrent Bouygues Telecom.

* Eiffage (-3% sous les 80 euros) a dégagé un résultat opérationnel courant de 262 millions d'euros au premier semestre, en baisse de 68,7 %, pour une marge opérationnelle de 3,8 % contre 9,8 % en juin 2019. Dans la Construction, la marge opérationnelle ressort à - 2,1 % (3,4 % en juin 2019), essentiellement du fait du bâtiment en France, tandis que la rentabilité de l'immobilier et celle des travaux en Europe a mieux résisté. Le groupe considère que l'écart de rentabilité en Travaux constaté au 1er semestre 2020 par rapport à la marge des deux dernières années (1,6 %) est entièrement imputable à la pandémie. Cette baisse de marge de 4,1 % représente une diminution du résultat opérationnel courant de 265 millions d'euros. Dans les Concessions, la marge opérationnelle se contracte à 36,2 % (51,6 % en 2019), APRR affichant, pour sa part, une baisse modérée de sa marge d'Ebitda à 73,1 %, contre 76,4 % en juin 2019. Le résultat net part du groupe du semestre est proche de l'équilibre, à - 8 millions d'euros (+290 millions d'euros un an plus tôt).

* Carrefour (-0,2%) a conclu un accord pour acquérir 172 magasins sous enseigne Supersol en Espagne, renforçant ainsi sa position de numéro 2 dans le pays. Cette nouvelle acquisition, réalisée "dans des conditions attractives" selon les termes de Carrefour, lui permet d'accélérer son développement dans ses formats de croissance. La transaction porte sur 172 magasins de proximité et supermarchés, situés principalement en Andalousie et dans la région de Madrid. La valeur d'entreprise de l'opération est de 78 millions d'euros. Les magasins acquis ont réalisé un chiffre d'affaires HT d'environ 450 millions d'euros en 2019.

* bioMerieux chute de 12% à 123,7 euros. Plusieurs traders attribuent ce repli marqué du titre du spécialiste du diagnostic in vitro à l'obtention par AbbottLaboratories de l'autorisation par la FDA de mettre sur le marché un test de dépistage du COVID-19 de la taille d'une carte de crédit, qu'il prévoit de vendre cinq dollars pièce.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.