Clôture Paris : le CAC40 perd encore du terrain

Clôture Paris : le CAC40 perd encore du terrain©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 04 avril 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui a débuté le second trimestre 2018 sur une note négative hier (-0,29%), a encore cédé 0,20% ce mercredi, à 5.141 points en clôture. Proche de l'équilibre en début de séance, l'indice parisien a piqué du nez en matinée alors que la Chine a menacé les Etats-Unis de mettre également en place des mesures protectionnistes, en infligeant notamment une possible surtaxe de 25% sur l'importation d'un certain nombre de produits en provenance des USA. Wall Street, qui avait de son côté débuté la journée en forte baisse, tente de limiter la casse actuellement, soutenu par des chiffres de l'emploi privé solides, en attendant le rapport officiel de l'emploi mensuel vendredi...

ECO ET DEVISES

Les autorités chinoises ont annoncé ce matin qu'elles prévoyaient d'infliger une surtaxe de 25% sur l'importation d'un certain nombre de produits en provenance des États-Unis, en réponse aux annonces de Washington sur un volume identique de produits chinois qui seront surtaxés à la frontière. Pékin a notamment cité la viande de boeuf, le tabac, le blé, le coton, le maïs mais aussi les avions et les automobiles. La télévision officielle chinoise évoque 106 classes de produits. Mardi, Washington avait annoncé prévoir de taxer à 25% les importations chinoises de 1.300 produits, dont les LED, les écrans plats, l'automobile, les produits chimiques ou les appareils dentaires.

L'inflation a comme attendu accéléré dans la zone euro en mars. Selon les données provisoires d'Eurostat, le taux d'inflation annuel a atteint 1,4% le mois dernier, contre 1,1% en février. Une évolution en ligne avec les attentes. L'inflation annuelle 'core' est en revanche restée stable à 1%, là où le marché attendait une hausse à 1,1%.

D'après le dernier rapport d'ADP concernant l'emploi privé pour le mois de mars 2018, les États-Unis ont généré 241.000 postes, alors que le consensus était de moins de 190.000. Les petites entreprises ont créé 47.000 emplois, les moyennes 127.000 et les grandes 67.000. Ainsi, les créations de postes dans le secteur privé-non-agricole aux USA demeurent à très haut niveau. Elles étaient de 246.000 au mois de février et 241.000 au mois de janvier 2018. Elles sont logées sur la barre des 240.000 depuis quatre mois, signalant une très belle santé du marché du travail aux États-Unis, dont ne devrait pas manquer de s'enorgueillir le président américain Donald Trump... En mars 2018, le secteur de la production de biens a généré 65.000 emplois, contre 176.000 postes pour les activités de service.

L'indice Markit PMI des services américains pour le mois de mars 2018 est ressorti à 54, pratiquement en ligne avec le consensus des économistes de la place (54,1). Il était de 55,9 au mois de février 2018. Le rapport du jour traduit donc un relatif ralentissement de l'expansion de l'activité dans les services aux USA, même si l'indice traduit toujours une belle croissance.

L'indice ISM des services américains pour le mois de mars 2018 est ressorti à 58,8, contre 59 de consensus de place et 59,5 un mois auparavant.

D'après le rapport gouvernemental aux USA, les commandes industrielles du mois de février 2018 ont progressé de 1,2% en comparaison du mois antérieur, contre +1,7% de consensus de place et -1,3% pour la lecture révisée du mois de janvier.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 4,6 millions de barils lors de la semaine close au 30 mars, à 425,3 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de 1,4 million de barils. Les stocks d'essence ont eux diminué de 1,1 million de barils, contre un repli de 1,3 million de barils anticipé, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 0,5 million de barils, contre une baisse de 1,1 million attendue.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2294$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 63,1$ et le Brent s'affiche à 67,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* L'Oréal poursuit son ascension, en hausse de 1,8% ce mercredi, enregistrant ainsi une cinquième séance consécutive de progression. Même scénario pour Pernod Ricard, qui monte de 1,3% sur de nouveaux sommets historiques !

* Engie gagne 0,9%. Le Crédit Suisse gagne en optimisme sur le dossier, après la publication des résultats 2017 du groupe il y a quelques semaines. Après avoir refait ses comptes, le bureau d'études a relevé assez nettement sa séquence de bénéfices par action attendus sur la période 2017 à 2020.

* Rémy Cointreau (+0,8%). Le comité exécutif va évoluer à partir du 1er juin prochain, a fait savoir le groupe de spiritueux dans un communiqué. Le directeur général de la zone Amériques, Philippe Farnier, va devenir directeur général de Rémy Martin, en charge des marques Rémy Martin et LOUIS XIII. Son prédécesseur Eric Vallat va quitter l'entreprise.

* M6 gagne 0,7%. Dans le grand meccano des accords entre télévisions et opérateurs télécoms en France, le marché peut cocher la case M6 / Iliad. Les deux groupes se sont entendus hier pour la diffusion des programmes et services de M6 aux abonnés de Free, dans des conditions financières qui n'ont pas été communiquées.

* PSA monte de 0,4%. Le constructeur veut mettre un terme à la coentreprise entre Renault et Vauxhall dans les utilitaires légers, a appris l'Agence Bloomberg. Vauxhall produit sur le site de Luton, au Royaume-Uni, des camionnettes Vivaro sur base Renault Trafic.

* Fleury Michon (+0,4%). Le groupe rachète Paso, une société spécialisée dans les produits d'apéritif, d'apéritif-dînatoire et implantée en Vendée, forte de 22 ME de revenus l'année dernière après 20% de croissance. Le montant de la transaction n'est pas communiqué.

VALEURS EN BAISSE

* Gensight plonge de 47,7% ! L'essai de phase III REVERSE de Gensight, qui teste GS010 sur des patients atteints de Neuropathie Optique Héréditaire de Leber, a donné des résultats inattendus... Le critère principal de l'étude était une amélioration de l'oeil traité par rapport à l'oeil non traité de chaque patient. Et c'est là que l'affaire se corse puisqu'une amélioration identique a été notée sur l'oeil non traité. Pour GenSight, l'explication la plus logique est que le traitement a eu un effet bilatéral, mais qui doit être étudié. Le laboratoire ne croit pas à une coïncidence...

* Cellectis chute de 6,4%. La société veut à nouveau lever des fonds aux Etats-Unis en profitant de sa cotation sur le Nasdaq. La société a indiqué cette nuit qu'elle cherchait à obtenir 175 millions de dollars (hors option de surallocation portant sur 15% de l'opération, qui serait portée à 201,25 M$) en émettant des ADS (American Depositary Shares), à la fois par placement privé hors des Etats-Unis et par offre au public aux Etats-Unis.

* Archos poursuit sa correction, en baisse de 6,4% ce mercredi pour sa quatrième séance consécutive dans le rouge.

* ArcelorMittal perd 3,7% à nouveau plombé par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Idem pour STMicroelectronics, potentielle victime collatérale du protectionnisme, qui perd de son côté 2,2% ce mercredi.

* Europacorp redonne 2,9% après son envolée spéculative d'hier.

* Sur le CAC40, Safran recule aussi de 2,3% avec Atos (-2,3%) ou encore Solvay (-1,9%).

* LafargeHolcim (-1,1%). Le conseil d'administration va passer de 12 à 10 membres, a fait savoir le groupe franco-suisse ce matin dans un communiqué. Thomas Schmidheiny et Bertrand Collomb ne brigueront pas de nouveau mandat.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU