Clôture Paris : le CAC40 poursuit son rebond

Clôture Paris : le CAC40 poursuit son rebond©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 avril 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 est resté bien orienté ce jeudi en prolongeant son rebond de 0,89% à 4.451 points dans le sillage du baril de pétrole qui a rebondi nettement, toujours sur fond de grande nervosité. Le Brent pointe ce soir de retour à 22,50$ et le WTI à près de 18$. Les cours du brut profitent des espoirs de plans de relance aux USA et en Europe, ainsi que du regain de tension géopolitique entre Etats-Unis et Iran... Wall Street renforce aussi ses gains ce soir, le S&P500 s'adjugeant 1,45% à 2.840 pts.

ECO ET DEVISES

A Washington, la Chambre des représentants à majorité démocrate doit valider le nouveau plan de relance de 500 milliards de dollars adopté avant-hier par le Sénat... Ce nouveau plan - le 4ème acte législatif depuis le début de la crise du coronavirus -, complète le "CARES Act" de 2.200 milliards de dollars adopté fin mars. Dans le détail, le nouveau dispositif prévoit de consacrer 320 Mds$ supplémentaires au programme "PPP" qui assure le paiement des salaires des entreprises sinistrées, plus 60 Mds$ à un programme parallèle de crédit aux PME en état de catastrophe, ainsi que 75 Mds$ pour les hôpitaux et 25 Mds$ pour des programmes fédéraux de tests de dépistage du coronavirus.

Aux Etats-Unis, la progression du nombre de chômeurs confirme son ralentissement, mais n'en reste pas moins impressionnante. Le Département américain au Travail vient d'annoncer, pour la semaine close au 18 avril, des inscriptions nouvelles au chômage au nombre de 4,427 millions, en repli de 810.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure - de 5,245 millions. Le consensus était positionné à environ 4,2 millions. Sur les cinq dernières semaines, la première puissance mondiale a détruit plus de 26 millions de postes, du jamais vu. Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes.
La moyenne à quatre semaines ressort à 5,787 millions, en hausse de 280.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 11 avril s'établit à 15,976 millions, en progression de 4,06 millions sur sept jours, et au plus haut de l'histoire.

Les indices PMI américains se sont effondrés encore plus vite que prévu. Ainsi, l'indicateur flash composite ressort à 27,4 pour le mois d'avril 2020, niveau historiquement bas, avec l'impact fort de l'épidémie de coronavirus Covid-19. L'indice manufacturier préliminaire (flash) s'est établi à 36,9 en avril, contre un consensus de place de 40 et un niveau antérieur de 48,5 pour le mois de mars. L'indice flash des services s'est écroulé quant à lui à 27, contre 35 de consensus de marché et 39,8 pour la lecture révisée (finale) du mois de mars.

Le climat des affaires s'est effondré de 30 points en avril en France, en lien avec le confinement d'une grande partie de la population. Il s'agit de la plus forte baisse enregistrée sur un mois depuis que la série existe (1980), souligne l'Insee. A 62, l'indice évolue au plus bas depuis le début de la série. Le précédent niveau plancher était de 69 et avait été atteint en mars 2009. Dans une nouvelle estimation de l'impact économique de la crise sanitaire en cours, l'Insee confirme également ses premières estimations d'une réduction d'un tiers de la consommation des ménages par rapport à la normale.
"La situation a très peu évolué depuis le début du confinement. Et par contruction, il ne faut pas s'attendre à ce qu'elle évolue beaucoup tant qu'il durera sous sa forme stricte", note l'Insee. L'euro revient à 1,0815/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Amoeba : +42% suivi de Immersion (+17%), Showroomprivé et Valneva

Rexel : +11% après ses comptes trimestriels et Chargeurs

Mersen : +10% avec SES et Coface (+9%)

Soitec (+8%) : le chiffre d'affaires du 4ème trimestre 2019-2020 de atteint 204 ME, en hausse de 45% par rapport au 4ème trimestre 2018-2019. A périmètre et taux de change constants, la croissance organique des ventes s'établit à +40% par rapport au 4ème trimestre 2018-2019. Le chiffre d'affaires annuel 2019-2020 atteint 598 ME, en hausse de 35%, soit +28% à périmètre et taux de change constants. L'objectif de marge d'EBITDA de l'Electronique pour l'ensemble de l'exercice 2019-2020 confirmé autour de 30%.

Eurazeo : +8% suivi de Rallye et K&B

Valeo : +6% avec BNP, DBV et Publicis

Trigano : +5% avec Ipsen, Alten, FNAC Darty, SG, Bouygues, Vicat, Stef

Aubay gagne 5%. Le groupe de services numériques a réalisé un bon premier trimestre 2020 avec un chiffre d'affaires de 111,4 ME, en progression de +5,9% dont +1,7% en organique, malgré les effets d'un confinement qui a débuté début mars pour l'Italie et mi-mars pour les autres zones. Aubay ne cache pas que la pandémie aura mécaniquement un impact plus fort sur le deuxième trimestre que sur le premier. Sur la base d'une hypothèse de stabilisation de la situation actuelle, la projection de chiffre d'affaires sur le deuxième trimestre est actuellement de 97 ME, soit un recul limité en données publiées de 6%.

AST Groupe : +4,5% avec STM, Faurecia, Veolia, GTT, Ingenico, Total et Crédit Agricole

Renault (+4%) a fait état d'une forte baisse de son activité trimestrielle et souligne, qu'à ce jour, l'impact qu'aura la pandémie de Covid-19 sur les résultats du groupe est toujours impossible à évaluer. Le constructeur a enregistré un chiffre d'affaires de 10,125 milliards d'euros au premier trimestre, en repli de 19,2% et de 18,3% à taux de change et périmètre constants. Le Groupe entreprend de redémarrer l'activité commerciale et de production dans les pays où les conditions de sécurité et réglementaires le permettent, et mettra en oeuvre toutes les mesures appropriées pour répondre efficacement à la demande commerciale. Il communiquera une nouvelle guidance dès qu'il estimera être en mesure de le faire.

Edenred (+3%) s'attend à une baisse d'activité accentuée au deuxième trimestre, en raison d'abord d'un décalage au second semestre d'une partie du chiffre d'affaires généré chez les commerçants partenaires dans les Avantages aux salariés. Par ailleurs, les activités du Groupe seront impactées par la poursuite des mesures de confinement en Europe et aux Etats-Unis, et leur mise en place en Amérique latine, entraînant une hausse du recours au chômage partiel et une réduction d'activité chez les clients du Groupe. Afin de réduire les conséquences de l'épidémie sur son activité et ses résultats, Edenred a lancé un plan d'économies à hauteur de 100 millions d'euros en 2020 et ajuste le montant de ses investissements prévus cette année.

TechnipFMC (+1,5%) : le chiffre d'affaires global s'établit à 3,13 milliards de dollars au 31 mars 2020. La perte nette atteint -3,256 Mds$, soit -7,28 dollars par action diluée. Sont inclus dans ce résultat -3,207 Mds$ de charges et produits après impôts, soit -7,17$ par action diluée. La perte nette ajustée s'établit à -49,1 millions de dollars, soit -0,11$ par action diluée. L'Ebitda ajusté, qui exclut les charges et les produits avant impôts, atteint 220,2 M$ et la marge d'Ebitda ajusté ressort à 7%.

Air France-KLM (+1,2%) et l'Etat français seraient proches d'un accord sur un plan de secours de 10 milliards d'euros sous forme de prêts bancaires en grande partie garantis par l'Etat. Selon plusieurs sources citées mercredi soir par l'agence 'Reuters', l'Etat aurait accepté de revoir à la hausse ses garanties sur les prêts qui doivent permettre au groupe de surmonter la crise du coronavirus.

Pernod Ricard (+0,9%) : le chiffre d'affaires pour les 9 premiers mois de l'exercice 2019/20 s'élève à 7,21 MdsE, en décroissance interne de -2,1%. Le chiffre d'affaires pour le seul T3 s'élève à 1,736 MdE, en décroissance interne de -14,5% (-13,3% en facial).

Schneider Electric (+0,7%) souhaite à ce stade s'abstenir de toute hypothèse quant à la forme et au calendrier de la reprise au second semestre 2020 ou au-delà. Mais se veut toutefois optimiste en expliquant "être en mesure de tirer profit de l'essor des mégatendances portées par des initiatives gouvernementales (tout électrique, tout digital, énergies renouvelables), ainsi que de la montée en puissance des investissements sur certains de ses principaux marchés de consommation finale (centres de données, infrastructures, bâtiments intelligents, Internet Industriel des Objets)." Au final, Schneider reste confiant quant à son profil de croissance sur l'ensemble des cycles économiques et à sa trajectoire vers une marge d'EBITA ajusté d'environ 17%.

VALEURS EN BAISSE

SoLocal (-8%) : au 1er trimestre 2020, le chiffre d'affaires consolidé s'élève à 126 millions d'euros, en baisse de -11,5% par rapport au chiffre d'affaires du 1er trimestre 2019 (142,4 ME). L'impact de la baisse d'activité sur les mois de mars, avril et mai et d'une reprise très progressive se traduiront mécaniquement par une baisse d'au moins 20% de chiffre d'affaires sur l'année et impacteront négativement 2021. Cette baisse sera partiellement compensée par des réductions de coût et le bénéfice des mesures de soutien à l'économie annoncées par le gouvernement, pour un montant cumulé de l'ordre de 40 ME. Solocal précisera ses nouvelles perspectives dès que la date et les modalités de sortie du confinement seront connues et les impacts quantifiables, au plus tard fin juillet 2020 lors de l'annonce des résultats semestriels 2020.

Lagardere : -4% suivi de Genfit et de Carrefour (-3%)

Bollore : -2,5% avec Archos et Somfy

Poxel : -2% suivi de Onxeo, Michelin, Vinci, Euronext, Neurones

Bic (-1,8%) : au 1er trimestre 2020 le chiffre d'affaires est ressorti en baisse de 14,1% en publié et de 13,8% à base comparable à 357 ME (415,4 ME au T1 2019). L'impact défavorable de la variation des devises (-0,4 point) s'explique principalement par la dépréciation du Réal brésilien partiellement compensée par la hausse du dollar américain par rapport à l'euro. Le Résultat net Part du Groupe recule à 25 ME et le Résultat net Part du Groupe par action passe de 0,87 à 0,56 euro.

Kering : -1,5% avec Boiron, Thales, LVMH, Imerys

ADP : -1% suivi de Vivendi, Vallourec, Haulotte, Danone et L'Oreal

Accor (-0,5%) a réalisé un chiffre d'affaires de 768 millions d'euros au premier trimestre 2020, en baisse de 17% en données publiées et de 15,8% en données comparables. Le RevPAR est en baisse de 25,4%. Ce repli traduit la détérioration brutale de l'environnement, liée à la propagation à l'échelle mondiale de l'épidémie de Covid-19, d'abord en Asie-Pacifique (-33,7%) puis dans d'autres régions notamment en Europe (-23,2%) et en Amérique du Nord (-22,2%). Au cours du premier trimestre, Accor a ouvert 58 hôtels correspondant à 8.000 chambres. A fin mars 2020, le Groupe disposait d'un parc hôtelier de 746.903 chambres (5.085 hôtels). Au 22 avril 2020, 62% des hôtels du groupe sont fermés, soit plus de 3.100 établissements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.