Clôture Paris : le CAC40 préserve les 5.600 pts

Clôture Paris : le CAC40 préserve les 5.600 pts
bourse

Boursier.com, publié le lundi 29 juillet 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le marché parisien a débuté cette dernière semaine de juillet dans le calme avec un CAC40 qui a perdu modestement 0,16% à 5.601 points en clôture. Les opérateurs attendent prudemment la décision de la Fed sur ses taux mercredi soir, même s'il est quasiment acté que la Réserve fédérale réduira de 0,25 pt ses taux directeurs...
Les négociateurs américains et chinois sur le commerce doivent par ailleurs se rencontrer cette semaine à Shanghai, pour la première fois depuis la trêve conclue le mois dernier au G20. En attendant, la saison des trimestriels continue à battre son plein. A Paris, la bonne nouvelle de la matinée est venue de Sanofi qui a rehaussé ses perspectives de BNPA annuelles. D'autres poids lourds de la cote seront sur le pont cette semaine avec entre autres, Air Liquide, Legrand, Accor, BNP Paribas...

ECO ET DEVISES

Le président américain Donald Trump maintient plus que jamais la pression sur la Fed ce lundi, à deux jours seulement du verdict monétaire. "La Fed a 'relevé' (ndlr : ses taux) bien trop tôt et bien trop... Leur resserrement quantitatif était une autre lourde erreur. Alors que notre Pays se porte très bien, la potentielle création de valeur qui a été manquée, particulièrement par rapport à notre dette, est stupéfiante. Nous sommes en concurrence avec d'autres pays qui savent jouer le jeu contre les États-Unis. C'est en fait la raison pour laquelle l'U.E. a été formée... et pour la Chine, jusqu'à présent, les États-Unis ont été 'faciles à prendre'. La Fed a pris toutes les mauvaises décisions. Une petite réduction de taux ne suffit pas, mais nous gagnerons quand même!", a lancé Trump sur Twitter ce jour.

"L'U.E. et la Chine baisseront encore les taux d'intérêt et injecteront de l'argent dans leurs systèmes, ce qui facilitera grandement la tâche de leurs fabricants pour la vente de leurs produits. En attendant, et avec une inflation très basse, notre Fed ne fait rien - et fera probablement très peu en comparaison. Dommage!", a aussi asséné Trump...
Vendredi déjà, Donald Trump avait taclé la Banque centrale américaine. "Le PIB T2 augmente de 2,1%. Pas mauvais si l'on considère que nous souffrons du poids très lourd de l'ancre de la Réserve fédérale entourant notre cou. Presque pas d'inflation. Les USA sont sur le point d'Accélérer!", avait ainsi tweeté le leder de la Maison blanche.

La Fed tient demain et mercredi sa réunion de politique monétaire. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une baisse des taux d'un quart de point à 2-2,25% est située désormais à 73,9% et celle d'un geste d'un demi-point à 26,1%... Le même outil favorise l'hypothèse de taux logés entre 1,50 et 1,75% (probabilité de 36,9%) à l'issue de la dernière réunion monétaire de l'année, celle des 10 et 11 décembre, la seconde possibilité étant celle d'une fourchette de 1,75-2% (probabilité de 34%).

L'indice manufacturier régional de la Fed de Dallas pour le mois de juillet 2019 est ressorti à -6,3 (indice d'activité générale), contre un consensus de place de -3,5 et un niveau négatif de -12,1 un mois auparavant. L'indicateur traduit donc une poursuite de la détérioration de l'activité manufacturière dans la région considérée.

Les négociateurs américains et chinois se rencontreront donc cette semaine à Shanghai, après la trêve commerciale conclue en marge du G20 d'Osaka le mois dernier... Le marché n'attend pas d'avancée majeure, Donald Trump ayant d'ailleurs préparé le terrain vendredi devant la presse, depuis la Maison blanche, affirmant envisager que la Chine ne veuille pas signer d'accord commercial avant les élections (de 2020), pour pouvoir éventuellement négocier avec un autre président américain. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au commerce Robert Lighthizer, auront quoi qu'il en soit l'occasion de rencontrer le vice-Premier ministre chinois Liu He deux jours durant à Shanghai, mardi et mercredi... Sur les devises, l'euro campe à 1,1140/$ et le pétrole est stable sur les 63$ le Brent.

VALEURS EN HAUSSE

Inside Secure : +7%. Le groupe a annoncé un CA consolidé (IFRS) de 32,5 millions de dollars au T2, en hausse de 162% sur un an, porté par le revenu incrémental issu de l'acquisition de Verimatrix, Inc en février 2019. Le chiffre d'affaires pro forma ajusté au S1 est de 60,8 millions de dollars.
La croissance de l'EBITDA pro forma ressort au S1 2019 à 10 M$ (16,5% du CA) contre 5,7 millions de dollars au S1 2018.
La société a généré une perte opérationnelle consolidée de 6,0 millions de dollars au premier semestre 2019, contre un bénéfice opérationnel de 0,8 million de dollars au premier semestre 2018.

Innate : +6% avec Bourbon, Rallye (+5,5%) et EOS

Actia : +4% suivi de P&V, Genomic

Solocal rebondit 4% après avoir renoué avec les bénéfices au premier semestre. Le groupe a dévoilé un EBITDA récurrent en hausse de 5% alors que le résultat net consolidé s'est inscrit à 16 millions d'euros, contre une perte de 80 ME un an plus tôt. Le management a confirmé viser une croissance modérée de l'EBITDA récurrent en 2019.

Groupe Open : +3% avec BioMerieux, Linedata, Vetoquinol

Casino : +2,5% avec Atari, Korian, Genfit, SES, Engie, SII et Interparfums (+2%)

Sanofi prend 1,5%. Les opérateurs saluent le relèvement des objectifs annuels du laboratoire après un solide deuxième trimestre. Porté par ses activités de spécialités (Genzyme) et de vaccins, Sanofi table désormais pour 2019 sur une hausse de son bénéfice net par action d'environ 5% à taux de changes constants, sauf événement majeur imprévu, au lieu d'une progression comprise entre 3% et 5% attendue précédemment. Sur les trois mois clos fin juin, le groupe a enregistré un bénéfice net des activités du groupe en hausse de 5,3% à 1,6 milliard d'euros (1,56 MdE de consensus) pour des revenus de 8,6 milliards d'euros, en amélioration de 5,5% et de 3,9% à taux de changes constants. Les résultats ont toutefois été affectés par une dépréciation de 1,8 milliard, principalement liée au traitement de l'hémophilie Eloctate, en raison de la performance des ventes aux Etats-Unis et de la révision des estimations des ventes futures. Le résultat net IFRS ressort ainsi négatif à hauteur de 87 ME.

Coface (+0,5%), toujours porté par ses derniers résultats. L'assureur-crédit bénéfice ce lundi du soutien de deux analystes puisque JP Morgan a rehaussé sa cible de 9,7 à 11,5 euros tout en confirmant son conseil 'acheter' alors que la Deutsche Bank a revalorisé le dossier de 9,6 à 11 euros tout en restant à l''achat'.

Danone (+0,4%). L'actualité autour du géant agroalimentaire est marquée par plusieurs notes favorables d'analystes suite à la publication de solides résultats intermédiaires. Davy Research a notamment rehaussé sa recommandation à 'surperformance' alors que Liberum a porté son objectif de 80 à 90 euros. Le courtier a rehaussé de 1% ses estimations de bpa 2019-2021 après un solide premier semestre 2019, marqué par un rythme de livraison de marge plus rapide qu'escompté. Danone reste sur la voie d'une croissance rentable et durable, selon le broker qui juge la valorisation attractive.

VALEURS EN BAISSE

IPSEN : recule de 6% avec GTT qui subit des dégagements

Eramet (-5,5%) ne parvient pas à redresser la barre en ce début de semaine. L'action a déjà perdu plus de 12% au cours des deux dernières séances, plombée par l'avertissement sur résultats du groupe minier compte tenu de conditions de marché plus dégradées qu'en début d'année. Eramet table désormais sur un Ebitda 2019 inférieur à celui de l'exercice passé alors qu'il visait précédemment un niveau "proche" de celui enregistré l'an passé. L'Ebitda du 2e semestre devrait néanmoins être nettement supérieur à celui du 1er semestre compte tenu des "gains opérationnels" attendus sur l'année. Pas suffisant pour rassurer le marché...

Technicolor : -4% avec Pixium et Recylex (-3,5%)

Vivendi : -2,5% avec Devoteam, Europcar

PSA Groupe (-1,8%) pourrait déplacer son usine britannique produisant des voitures de la marque Vauxhall Astra dans le Sud de l'Europe en raison du Brexit. Dans une interview accordée au 'Financial Times', Carlos Tavares déclare en effet: "si les conditions sont mauvaises et que je ne peux pas la rentabiliser, je dois protéger le reste de l'entreprise". Une telle décision déboucherait probablement sur la fermeture du site de Cheshire, dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui emploie plus de 1.000 personnes et réduirait la présence de l'entreprise au Royaume-Uni à son usine de fourgonnettes à Luton, rappelle 'Bloomberg'.

STMicro (-1,8%). La SocGen a réduit son objectif de 23,61 à 22,44 euros mais reste à l''achat' sur le groupe franco-italien.

LVMH cède 1,5%, victime de prises de bénéfices suivi de Imerys, FNAC, Faurecia, Nexans, Michelin, CGG et DBV.

CNP Assurances : -1,5% après avoir dévoilé un résultat net en progression de 2,3% au premier semestre tiré par ses activités en épargne retraite et au Brésil, son deuxième marché après la France. L'assureur français, qui sera rapproché début 2020 de la Banque postale, a dégagé au cours des six premiers mois de l'année un bénéfice net de 687 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en hausse de 3,6% à 17,5 milliards d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.