Clôture Paris : le CAC40 rebondit au-dessus des 5.200 points

Clôture Paris : le CAC40 rebondit au-dessus des 5.200 points
graphique bourse trader

Boursier.com, publié le jeudi 08 mars 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 s'est offert un vif rebond de 1,28% ce jeudi, à 5.254 points en clôture, enregistrant ainsi une quatrième séance consécutive de hausse, pour un gain cumulé de 2,3%, après son plongeon de 2,4% de vendredi dernier. Les investisseurs saluent aujourd'hui une réunion de la BCE sans mauvaise surprise et le discours toujours accommodant de Mario Draghi. Par ailleurs, Donald Trump semble davantage enclin à assouplir son projet d'instauration de barrières douanières à l'importation d'acier et d'aluminium aux États-Unis... Du côté des valeurs, Engie fait partie des plus fortes progressions du CAC40 ce jeudi après ses résultats annuels.

ECO ET DEVISES

La BCE vient, comme attendu, de laisser ses taux directeurs inchangés au terme de sa réunion de politique monétaire du 8 mars. Le principal taux directeur, le taux de refinancement reste à 0,00%. Le rythme mensuel des rachats d'actifs est également confirmé à 30 milliards d'euros. Des achats qui "devraient être réalisés jusque fin septembre 2018 ou au-delà, si nécessaire, et, en tout cas, jusqu'à ce que le Conseil des gouverneurs observe un ajustement durable de l'évolution de l'inflation conforme à son objectif". La phrase liée au biais accommodant que pourrait prendre le programme, à savoir que la BCE restait prête à augmenter ses achats d'actifs si cela s'avérait nécessaire, disparaît donc de la communication de la BCE. Un élément attendu par plusieurs experts. Pendant sa conférence de presse, Mario Draghi a néanmoins souligné que la politique monétaire continuerait d'être réactive.

L'indice du climat des affaires dans l'industrie s'est stabilisé à 105 en février, annonce la Banque de France. Selon l'indicateur synthétique mensuel d'activité (ISMA) de la BdF, le produit intérieur brut progresserait de 0,4% au premier trimestre 2018 après une hausse de 0,6% au quatrième trimestre 2017. Une prévision en-deçà de celle de l'Insee qui, dans sa dernière note de conjoncture publiée en décembre, s'établissait à 0,5%.

Les nouvelles commandes à l'industrie, corrigées des variations saisonnières et des effets calendaires, ont rechuté de 3,9% en janvier en Allemagne, annonce l'Office fédéral de la statistique. Les commandes avaient progressé de 3% le mois précédent, (contre +3,8% en estimation provisoire). Le consensus tablait sur une baisse limitée à 1,9%. En janvier, les commandes domestiques ont diminué de 2,8% et les commandes à l'étranger ont reculé de 4,6%.

Wall Street ne craint plus vraiment la guerre commerciale... Le président américain pourrait en effet adapter ces taxes sur les importations à ses partenaires, croient certains spécialistes. Après la démission surprise de Gary Cohn, conseiller économique spécial de Donald Trump, il semble donc que le président américain ait accepté, sous la pression d'élus républicains du Congrès, d'assouplir son projet d'instauration de barrières douanières à l'importation d'acier et d'aluminium aux États-Unis... La hausse des taxes douanières pourrait donc être examinée au cas par cas pour chaque pays, avec la possibilité d'exemptions, en tenant compte de critères liés à la sécurité nationale. Le Canada et le Mexique, liés aux États-Unis par l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), en cours de renégociation, pourraient même échapper à la hausse des droits de douane, a précisé la Maison Blanche mercredi soir. Le cas des importations en provenance de l'Union Européenne reste nettement plus incertain... Sur Twitter, Trump explique que son administration doit "protéger et développer" les industries de l'acier et de l'aluminium, tout en faisant preuve d'une grande flexibilité. Donald Trump insiste sur la nécessaire coopération avec ceux "qui sont de vrais amis et nous traitent de manière juste sur les plans commerciaux et militaires"...

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 3 mars se sont inscrites au nombre de 231.000, selon le Département américain au Travail, contre un consensus de place de 220.000 et un niveau de 210.000 une semaine avant. Ainsi, les inscriptions augmentent de 21.000 par rapport à la semaine antérieure.

Selon la dernière étude de la firme Challenger sur le sujet, les destructions d'emplois annoncées par les entreprises aux USA pour le mois de février 2018 ont concerné 35.369 personnes. Il s'agit globalement d'un assez bas niveau pour les licenciements, suggérant un marché de l'emploi toujours robuste aux États-Unis.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2328$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 60,6$ et le Brent s'affiche à 64$.

VALEURS EN HAUSSE

* Devoteam (+10,2%). Troisième séance de hausse pour le dossier qui profite aujourd'hui de la publication de ses résultats 2017.

* Nexans bondit de 4,9%. Un courant acheteur à mettre à l'actif de JP Morgan qui a relevé sa recommandation sur la valeur à "surpondérer", tout en visant 51 euros.

* STMicroelectronics reste en forme, en hausse de 4,4% ce jeudi, enregistrant ainsi une quatrième séance consécutive de rebond.

* Engie (+3,8%) a réalisé des résultats en ligne avec ses objectifs, avec toutefois un bénéfice net dans le haut de la fourchette annoncée et un désendettement un peu plus prononcé que prévu. Le groupe estime qu'il a bien conduit sa mue et promet de continuer à faire progresser ses résultats.

* Sur le CAC40, L'Oréal monte aussi de 2,7% avec Michelin (+2,5%) ou encore Solvay (+2,5%).

* TF1 (+2,6%). Une partie des abonnés de Canal+, filiale de Vivendi, devrait retrouver ce jeudi les programmes des chaînes de TF1, qui avaient été coupées dans la nuit du 1er au 2 mars dernier. Aucun accord commercial n'a été trouvé mais le CSA a rappelé que les programmes des chaînes gratuites devaient être gratuits pour les clients servis par satellite. Le signal ne sera en revanche pas rétabli pour les box internet.

* Airbus (+1,4%) a vendu plus d'appareils qu'il n'en a livré en février, un mois qui est rarement flamboyant pour le carnet de commandes. L'industriel a reçu des commandes pour 40 appareils, 20 A380 et 20 A320neo. Dans le même temps, 38 avions ont été livrés à 25 clients, dont le premier A350-1000 de l'histoire. Le bilan 2018 fait état de 43 commandes nettes mais 60 commandes brutes, la faute à 17 annulations.

* Plus forte hausse du CAC40 hier, Renault gagne encore 1,4%. Le titre a flambé hier en clôture, sur des rumeurs de rachat des parts de l'Etat par Nissan. Les protagonistes ont démenti, mais l'Agence Reuters a révélé l'existence d'un projet de rapprochement plus poussé des deux sociétés, qui ont des participations croisées. La spéculation pourrait donc durer.

VALEURS EN BAISSE

* Rallye recule de 7,9% après ses résultats 2017.

* Air France KLM (-4,5%). Coup de mou pour le transport mondial de passagers en janvier. Selon les données de l'Association internationale du transport aérien (IATA), le trafic a augmenté de 4,6% sur un an en janvier, soit la plus faible croissance depuis près de quatre ans. Des facteurs temporaires tels qu'un Nouvel An lunaire plus tardif et des bases de comparaisons moins favorables expliquent toutefois ce ralentissement. Le titre Air France KLM recule donc ce jeudi malgré une activité toujours bien orientée en février. Outre la bonne tenue du trafic sur le mois, le groupe Air France KLM (Air France, KLM, HOP!, Transavia) est parvenu à améliorer de 1,6 point son coefficient d'occupation, à 86,8%. Les capacités n'ont en effet progressé que de 3,6% sur la période. L'autre bonne nouvelle vient de la recette unitaire hors change (au siège-kilomètre offert) qui, ajustée des perturbations liées aux épisodes neigeux et au dernier mouvement de grève, est repartie à la hausse en février (en légère hausse plus précisément) par rapport à l'année dernière.

* Casino (-3,7%) a publié ce matin des résultats 2017 en hausse, notamment une marge opérationnelle qui remonte à 3,3%. Comme prévu, la dette financière nette consolidée s'alourdit, à 4,12 MdsE contre 3,37 MdsE fin 2016. Le groupe a donc parmi ses priorités 2018 un allègement de son bilan.

* JCDecaux (-2,9%) a publié des résultats plutôt solides en 2017, hormis au niveau du bénéfice net, grevé par les exceptionnels. Le marché est en revanche déçu par la projection d'une croissance organique limitée à 2% au 1er trimestre 2018. Une dynamique plus faible que prévu à cause de la décision de la justice administrative sur le contrat parisien et du décalage de l'ouverture du terminal 2 à Canton Baiyun.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal perd 1,3% avec Carrefour (-0,9%) ou encore TechnipFMC (-0,3%).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Clôture Paris : le CAC40 rebondit au-dessus des 5.200 points
  • avatar
    Mdr -

    Un écran de fumée en attendant l'effondrement....

    avatar
    Tueur -

    L'évidence est dure à admettre !

    avatar
    pigeonxxl38 -

    des évidences on a connu pas mal depuis le début de l'année ...

    avatar
    Mdr -

    Désolé cher commentateur contradictoire dit "assassin" mais,les probabilités d'une forte chute des marchés est beaucoup plus élevée qu'une éventuelle hausse manifestement contenue en permanence par les acteurs du marché ! Petit mon grand père me disait toujours " On n'apprend pas au vieux singe a faire la grimace "Bonne lecture....Mdr