Clôture Paris : le CAC40 rebondit de 0,65%

Clôture Paris : le CAC40 rebondit de 0,65%©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 15 mars 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Après deux séances consécutives de baisse, le CAC40 a repris 0,65% ce jeudi, à 5.267 points en clôture, profitant dans l'après-midi de la progression de Wall Street. Les investisseurs semblent donc avoir mis de côté aujourd'hui leurs craintes concernant une possible guerre commerciale, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, faisant pourtant peser de réels risques sur la croissance économique mondiale et sur l'inflation US, en renchérissant les produits importés. Sanctionné hier, Wall Street, qui observe toujours un Donald Trump particulièrement actif en ce moment, tente donc un rebond actuellement, alors que la réunion monétaire de la Fed approche désormais à grands pas (20 et 21 mars).

ECO ET DEVISES

L'administration Trump a annoncé aujourd'hui des sanctions contre la Russie, pour son ingérence dans l'élection présidentielle de 2016, ainsi que pour des cybertattaques. Les sanctions visent les agences de renseignement du Kremlin et des individus inculpés par le procureur spécial Robert Mueller pour leur rôle dans cette 'interférence électorale'. Cinq entités et 19 personnes sont ainsi sanctionnées. Le Département américain au Trésor évoque par ailleurs la cyberattaque NotPetya, ainsi qu'une attaque à l'agent neurotoxique au Royaume-Uni.

Donald Trump a confirmé la nomination de Larry Kudlow en tant que premier conseiller économique de la Maison Blanche et directeur du National Economic Council. Kudlow prend donc la succession de Gary Cohn, qui avait quitté ses fonctions il y a quelques jours. Économiste et historien, Larry Kudlow intervient depuis 17 ans sur la chaîne CNBC, et avait déjà travaillé pour l'administration Reagan.

L'indice du marché immobilier américain mesuré par la National Association of Home Builders pour le mois de mars 2018 est ressorti à 70, contre un consensus de place de 72 et un niveau révisé de 71 pour le mois antérieur. La précédente estimation du mois de février était logée à 72.

L'indice 'Empire State' d'activité manufacturière régionale mesuré par la Fed de New York pour le mois de mars 2018 est ressorti à haut niveau. Il s'établit ainsi à 22,5, contre un consensus de place voisin de 15 et un niveau de 13,1 pour le mois antérieur. Ainsi, cet indicateur signale une forte accélération de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région.

L'indice d'activité manufacturière de la Fed de Philadelphie pour le mois de mars 2018 , qui vient lui aussi d'être révélé, est pour sa part ressorti à 22,3, contre 23 de consensus et 25,8 un mois auparavant. Ce second indice régional est donc un peu plus mitigé. Il signale toujours une nette expansion, mais traduit également un léger ralentissement de croissance en comparaison du mois antérieur, puisqu'il baisse par rapport au mois de février.

Aux Etats-Unis, les prix à l'import et à l'export ont également été révélés. L'indice des prix à l'import du mois de février 2018 a augmenté de 0,4% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus. L'indicateur des prix à l'export a progressé de 0,2% par rapport au mois de janvier, alors que le consensus de place était de +0,3%. En comparaison de l'an dernier, les prix à l'import ont augmenté de 3,5% et les prix à l'export de 3,3%...

D'après le Département américain au travail ce jeudi, les inscriptions au chômage pour la semaine close au 10 mars sont ressorties au nombre de 226.000, contre 229.000 de consensus et 230.000 une semaine auparavant.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2315$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 61,2$ et le Brent s'affiche à 65$.

VALEURS EN HAUSSE

* Amoeba gagne encore 7,4% pour sa cinquième séance de rebond.

* Vivendi rebondit de 2,7% et se place en tête des hausses du CAC40 ce jeudi, après avoir enregistré deux séances consécutives de correction.

* Sur le CAC40, STMicroelectronics monte aussi de 2% avec Bouygues (+1,9%) ou encore Airbus (+1,6%).

* Sanofi (+1,5%) a procédé à l'une des plus grosses opérations obligataires de l'année en plaçant 8 milliards d'euros d'emprunts en six tranches dont les maturités vont de 2020 à 2038. Les émissions ont été réalisées dans le cadre du programme EMTN du groupe. Elles permettront d'améliorer le coût de la dette et d'en allonger la maturité. Le produit sera consacré aux besoins généraux de l'entreprise, y compris le financement des acquisitions Bioverativ et Ablynx.

* Capgemini (+0,3%) a proposé la reconduction du PDG Paul Hermelin pour quatre ans. Par ailleurs, un siège est prévu pour le patron de la Société Générale, Frédéric Oudéa.

VALEURS EN BAISSE

* Bourbon chute de 11,9%. Il fallait s'y attendre, la société n'a pas pu respecter plusieurs covenants bancaires au 31 décembre 2017, rendant exigible sa dette. Elle va entamer des discussions avec ses créanciers. Le spectre d'une augmentation de capital n'est pas très loin.

* Virbac (-11,5%). Exercice 2017 compliqué, encore un ! Le résultat net vire au rouge (-2,6 ME). Cette année, les revenus devraient légèrement progresser, toujours handicapés par une reprise atone aux Etats-Unis. Les marges devraient légèrement s'accroître.

* Mersen (-8,2%). Sofina et Ardian ont placé 11,1% du capital à 35 euros, soit une e décote supérieure à 10%. Mersen a racheté 1% de ses propres actions dans l'opération.

* Albioma (-6,5%). Altamir sort du capital en vendant ses 6,5% par le biais d'un placement privé. L'investisseur était présent depuis 2005 au capital. L'opération a été réalisée à 18,70 euros pièce, une décote conséquente sur les cours actuels.

* TechnipFMC recule encore de 2,3% pour sa quatrième séance de correction

* Sur le CAC40, Sodexo perd aussi 1,2% avec Carrefour (-0,5%) ou encore ArcelorMittal (-0,1%).

* Société Générale perd 0,6%. Alors que la banque recommençait à séduire les investisseurs avec un plan stratégique ambitieux, l'affaire Didier Valet va saper la confiance du marché, du moins jusqu'au dénouement du dossier Libor aux Etats-Unis. Le directeur général délégué a démissionné "à la suite d'une différence d'appréciation dans la gestion d'un dossier juridique spécifique du groupe, antérieur à son mandat de directeur général délégué".

* Veolia (-0,2%) veut procéder au remboursement de ses titres super subordonnés à durée indéterminée en euros et en sterlings émis en janvier 2013, pour des valeurs nominales respectives de 1 MdE et 400 M£. De quoi économiser un coupon de 68 ME par an sans que la notation "Investment Grade" en pâtisse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.