Clôture Paris : le CAC40 rechute sous les 5.500 pts

Clôture Paris : le CAC40 rechute sous les 5.500 pts

marchés financiers, crise 9 août 2007 subprimes

Boursier.com, publié le mercredi 24 janvier 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui a déjà perdu un peu de terrain hier après avoir touché des plus hauts de 10 ans, a chuté de 0,72% ce mercredi, plombé par la hausse de l'euro. L'indice parisien repasse ainsi sous les 5.500 pts, à 5.495 pts en clôture. La séance du jour a été marquée par la poursuite du rebond de Carrefour, alors qu'Alexandre Bombard semble avoir convaincu les marchés avec son plan de relance. A l'inverse, douche froide sur le secteur des services aux collectivités avec l'avertissement de Suez. STMicroelectronics est de son côté tiré vers le bas par la correction de Texas Instruments aux Etats-Unis. Wall Street hésite actuellement, en ordre dispersé, après quelques indicateurs économiques US sans relief, et les pertes massives enregistrées par General Electric au quatrième trimestre.

ECO ET DEVISES

La croissance de la zone euro continue son accélération en ce début d'année, le taux d'expansion atteignant, en janvier, un pic de près de 12 ans. L'indice PMI IHS Markit Flash Composite se redresse ainsi de 58,1 en décembre à 58,6 en janvier, atteignant son plus haut niveau depuis juin 2006. La croissance s'accélère dans le secteur des services et affiche son plus fort taux depuis août 2007, tendance toutefois partiellement compensée par un ralentissement de l'expansion dans le secteur manufacturier. L'industrie manufacturière reste toutefois très dynamique, la production des fabricants ayant enregistré en moyenne, au cours des 3 derniers mois, sa plus forte croissance depuis l'année 2000, souligne IHS Markit. L'Indice PMI Flash de l'activité dans le secteur des services s'inscrit ainsi à 57,6 (56,6 en décembre), contre 56,5 de consensus, tandis que l'indice PMI Flash de l'industrie manufacturière atteint 59,6 (60,6 en décembre), contre 60,4 de consensus.

Les dernières données PMI Flash mettent de nouveau en évidence une forte croissance du secteur privé français en janvier. A 59,7, l'Indice désaisonnalisé Flash Composite IHS Markit de l'Activité Globale dans l'Hexagone signale un fort taux d'expansion, très proche de celui de décembre et à peine inférieur au plus haut de 6 ans et demi enregistré en novembre (60,3). Le consensus attendait un indice à 59,4. Dans le détail, l'Indice flash de l'activité de services se redresse à 59,3 en janvier (59,1 en décembre), sur un plus haut de 2 mois, et ressort supérieur aux 58,9 attendus par le marché. A l'inverse, l'indice PMI Flash de l'Industrie Manufacturière se replie à 58,1 (58,8 en décembre), sur un plus bas de 2 mois, et inférieur au consensus (58,7).

D'après la National Association of Realtors américaine ce mercredi, les reventes de logements existants aux USA pour le mois de décembre 2017 ont baissé de 3,6% en comparaison du mois antérieur, à 5,57 millions d'unités, contre 5,75 millions de consensus et 5,78 millions pour la lecture révisée du mois de novembre.

L'indice PMI composite américain de Markit pour le mois de janvier 2018 est ressorti à 53,8, contre 54 de consensus. L'indicateur manufacturier s'établit à 55,5, contre 55 de consensus de place. L'indice des services ressort à 53,3, alors qu'il était anticipé à 54.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 1,1 million de barils lors de la semaine close au 19 janvier, à 411,6 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 1 million de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 3,1 millions de barils, contre une hausse de 2,5 millions de barils anticipée, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont augmenté de 0,6 million de barils, contre une baisse de 1,5 million attendue.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2382$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 65$ et le Brent s'affiche à 70$.

VALEURS EN HAUSSE

* Carrefour gagne 1,4%. Alexandre Bompard n'aura pas droit à un chèque en blanc du marché pour la relance de l'enseigne, mais force est de constater, dans les commentaires des professionnels parus depuis hier soir, qu'il s'est très bien tiré d'un exercice de présentation fort difficile. S'il a réussi son examen de passage sur la forme, il n'y a qu'à lire les articles de la presse du jour, c'est aussi grâce à un fond savamment construit. Le plan de Carrefour semble bien équilibré dans toutes ses composantes : transformation, innovation, austérité, ligne directrice, calendrier... Très bien, notent ce matin les analystes, qui ont un peu tiqué hier sur l'absence d'éléments précis d'allocation des ressources et a fortiori de prévisions de résultats sur les premières années du plan.

* Sanofi gagne 1,1%. Bioverativ par Sanofi pour 11,6 milliards de dollars va consommer une grosse partie du matelas de sécurité dont disposait le laboratoire pour garantir son "AA-", qui en fait l'une des sociétés françaises les mieux notées par Fitch. L'agence, qui avait abaissé la perspective d'évolution de la note de "stable" à "négative" en décembre 2016, estime dans une étude parue hier soir que la capacité du groupe pharmaceutique à conserver sa notation crédit actuelle dépendra fortement de ses performances opérationnelles à court terme et de la politique de la direction en matière de rémunération des actionnaires et d'acquisitions. Le spécialiste souligne malgré tout que la transaction annoncée cette semaine est finalement plus modeste en taille que ce qu'il avait envisagé dans son enveloppe globale, et comprend deux traitements déjà en vente, ce qui réduit le risque. D'un point de vue fondamental, Fitch estime que le renfort de Bioverativ est légèrement positif pour le profil économique du groupe.

* Total (+0,2%) poursuit ses investissements sur les gisements offshore des deux Amériques, en rachetant à Samson sa filiale Samson Offshore Anchor, qui possède 12,5% dans quatre blocs couvrant la découverte d'Anchor, l'une des plus récentes et des plus prometteuses du Golfe du Mexique, dans sa partie américaine. Le montant n'a pas été communiqué.

* Vallourec monte de 0,1% avec TechnipFMC (+0,7%). CGG gagne de son côté 2,1%.

VALEURS EN BAISSE

* Suez chute de 16,8% après son avertissement sur les résultats 2017 provoqué par la situation particulière en Espagne et des coûts associés à la décision de mettre un terme à 2 contrats de services, au Maroc et en Inde, suite à des difficultés opérationnelles. Ces trois éléments ont coûté 45 ME à l'Ebit, qui se contractera de -2% sur l'année, alors qu'il aurait dû légèrement progresser. Les autres objectifs de Suez ont été confirmés. Veolia, qui avait cherché à échapper à la purge en publiant dès hier soir un communiqué réitérant ses propres objectifs, se retrouve éclaboussé malgré tout (-3,8%). Quant à Engie, le principal actionnaire de Suez, l'action recule de 1,6%.

* STMicroelectronics chute de 6,3% après une publication mi-figue, mi-raisin de Texas Instruments, l'un des rivaux, hier soir. L'Américain a annoncé des prévisions pour le premier trimestre du nouvel exercice qui englobent les attentes du consensus, mais dont la fourchette est en moyenne plus basse que le point médian prévu par les analystes. Post-séance, l'action TI buvait d'ailleurs la tasse, et largement encore (7%). Le management a expliqué que les commandes en provenance des fabricants de terminaux et de produits électroniques personnels sont plutôt faibles, tandis que l'automobile et l'industrie gardent une bonne dynamique.

* Sur le CAC40, Pernod Ricard recule aussi de 2,2% avec Saint-Gobain (-1,7%).

* Publicis recule de 0,9%. Le groupe dit faire l'objet d'une tentative de déstabilisation en raison de la diffusion à ses commissaires aux comptes et à certains analystes financiers d'un courrier anonyme qui affirme que la croissance organique de la société a été surévaluée en 2016 et 2017 par une application anticipée de la norme comptable IFRS 15. Le groupe conteste formellement ces accusations et a saisi l'AMF.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Clôture Paris : le CAC40 rechute sous les 5.500 pts
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]