Clôture Paris : le CAC40 refuse les 5.600 pts, consolidant mollement

Clôture Paris : le CAC40 refuse les 5.600 pts, consolidant mollement©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 24 avril 2019 à 18h00

Le CAC 40 consolide marginalement de 0,28% ce mercredi en clôture à 5.576 pts, après avoir précédemment aligné 8 séances consécutives de hausse portant à 18% son gain depuis le début de l'année... L'indice phare parisien demeure tout proche des 5.600 points (il s'est inscrit à 5.597 pts en séance), au plus haut niveau depuis le mois de mai 2018. Alors que les publications du premier trimestre n'ont pas fourni de catalyseur évident en France, les opérateurs ont saisi le prétexte d'un indice Ifo (du moral des entreprises allemandes) décevant pour procéder à quelques prises de profits...

Ifo sans relief

Sur le front économique en Europe, l'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo a atteint 99,2 points en avril, contre 99,9 attendus par le consensus. En mars, l'indicateur était ressorti à 99,6 points. La composante évaluation actuelle atteint 103,3 points (contre 103,6 au consensus et 103,8 en mars) et la composante des attentes s'établit à 95,2 points (vs. 96 au consensus et 95,6 le mois précédent).

Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,119$ (-0,3%), alors que l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, se stabilise à 97,8 (+0,1%).

Vive hausse des stocks domestiques américains de brut

Du côté des matières premières, le baril de brut WTI fléchit de 0,8% à 65,8$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord consolide à 74,4$. Les réserves américaines de pétrole sont reparties à la hausse la semaine passée. D'après le Département à l'énergie, les stocks pétroliers de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 5,5 millions de barils sur la semaine close au 19 avril, à 460,6 millions de barils, contre un consensus Bloomberg de +1 million de barils. Les stocks d'essence ont eux diminué de 2,1 millions de barils, alors que les réserves de produits distillés ont reculé de 0,7 million de barils.

Wall Street hésite sur ses sommets

Wall Street s'affiche pour sa part quasiment stable à mi-parcours ce mercredi, sur ses sommets historiques. Outre-Atlantique, les marchés demeurent attentifs à l'évolution des négociations commerciales entre les USA et la Chine. Le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin vont se rendre à Pékin pour un nouveau volet de négociations qui doit débuter le 30 avril, a indiqué la Maison Blanche. Le vice-Premier ministre chinois Liu He doit pour sa part voyager à Washington début mai (volet de discussions débutant le 8 mai).

La semaine boursière est très active sur la cote américaine. Sur le plan économique, les opérateurs ont pris connaissance hier d'indicateurs contrastés, avec un indice FHFA des prix de l'immobilier en croissance pour le mois de février, des ventes de logements neufs pour le mois de mars supérieures aux attentes, mais également un indice manufacturier sans relief de la Fed de Richmond.

Du beau monde...

La 'saison' de publication des résultats financiers trimestriels se poursuit à Wall Street. Cette semaine est même la plus dense de la saison... Hier, la cote américaine profitait notamment des bons comptes de Coca-Cola, Twitter, d'Hasbro, de Lockheed Martin, d'United Technologies ou de JetBlue... Snap Inc, eBay ou Texas Instruments publiaient hier soir. eBay grimpe ce jour en réaction aux annonces, mais Snap retombe désormais. TI cherche encore sa tendance...

Ce mercredi, Tupperware, Thermo Fisher, Stanley Black & Decker, Northrop, Moody's, Air Products, Anthem, AT&T, Biogen, Boeing, Caterpillar, Boston Scientific et General Dynamics, ont annoncé avant bourse. Boeing pointe dans le vert, mais AT&T ou Caterpillar fléchissent... Visa, Tesla, Microsoft, PayPal et Facebook, dévoileront leurs comptes ce soir, après la clôture de la cote américaine.

Valeurs en hausse

STMicroelectronics (+5,1%) rebondit, les investisseurs accueillant favorablement les commentaires du spécialiste des semi-conducteurs malgré des résultats trimestriels en retrait et la baisse de l'objectif d'investissement pour l'année 2019.

Sur l'ensemble de l'exercice, le groupe anticipe un chiffre d'affaires net compris entre environ 9,45 milliards et 9,85 milliards de dollars, après 9,7 MdsE environ en 2018. "Ceci se traduira par une forte croissance séquentielle au second semestre de l'année par rapport au premier, pour nos marchés finaux de l'industriel, de l'automobile et de l'électronique personnelle", a précisé la firme franco-italienne.

Elior (+2,7%) a reçu une offre ferme de PAI Partners pour l'acquisition de ses activités de restauration de concession regroupées au sein de sa filiale Areas, représentant une valeur d'entreprise de 1,54 MdE. La clôture de l'opération devrait intervenir au cours de l'été 2019. Elior Group utiliserait le produit de la cession pour abaisser son ratio d'endettement dans une fourchette de 1,5 à 2 fois l'Ebitda.

Ingenico (+6,2%) grimpe au plus haut de six mois. Les opérateurs saluent le relèvement de la guidance annuelle après un bon début d'exercice ainsi que la présentation des objectifs 2021. Le spécialiste des solutions de paiements table désormais sur une croissance organique 2019 dans le haut de fourchette de la guidance initiale, soit +6%, contre +4%/6% prévu dans un premier temps.

Sur la période 2018-2021, Ingenico vise un TCAM organique supérieur à 6% alors que l'EBITDA devrait atteindre environ 700 millions d'euros d'ici deux ans, intégrant 100 millions d'euros d'économies liées au plan "Fit for Growth". Le Groupe a également l'ambition d'atteindre un taux de conversion de son EBITDA free cash-flow de 45% à 50%. Il vise enfin un taux de distribution du dividende supérieur à 35%. Morgan Stanley (à 'surpondérer') affirme que les résultats sont solides, tandis que les perspectives 2021 sont légèrement positives...

GL Events (+4,1%) a réalisé, au cours des trois premiers mois de l'année, un CA de 340,2 ME, en hausse de 19%, dont 8% de croissance organique et 12% liés aux opérations de croissance externe. Les impacts de change pèsent sur l'activité à hauteur de -1%. L'intégration en année pleine des acquisitions, les réalisations du trimestre et le calendrier des événements à venir permettent à GL Events de confirmer une amélioration de la rentabilité pour l'année 2019.

Bigben (+5%). Conformément à ses prévisions, Bigben a réalisé pour son exercice 2018-2019 achevé au 31 mars 2019, un chiffre d'affaires de 245,5 ME, quasi-identique à celui de l'exercice précédent (245,4 ME). Bigben confirme son objectif d'amélioration de marge opérationnelle courante entre 8,7 et 9% du chiffre d'affaires (6,7% l'année précédente).

Dassault Systèmes (+4,2%) dévoile des résultats trimestriels en progression et ajuste ses objectifs annuels afin de tenir compte d'effets de change plus favorables. L'éditeur de logiciels a réalisé sur le trimestre un résultat opérationnel non-IFRS en hausse de 23% à 316,4 millions d'euros pour un CA en croissance organique de 8% et de 13% à change constant à 964 ME. La marge opérationnelle non IFRS s'améliore de 1,4 point à 32,8%. Le BNPA non-IFRS dilué est en croissance de 21% à 0,87 euro et affiche une hausse de 13% à taux de change constants.

Vinci (+1,8%). Le chiffre d'affaires consolidé du 1er trimestre 2019 s'élève à 9,7 milliards d'euros, en hausse de 9,6% à structure réelle par rapport à celui du 1er trimestre 2018 (croissance organique de 5,9% ; impacts des changements de périmètre de +3,3% ; variations de change +0,4%).

Fnac Darty (+3,1%) a annoncé le lancement d'une émission d'obligations senior de 650 millions d'euros en deux tranches. La première porte sur l'émission de 300 ME d'obligations senior à échéance 2024 et la seconde sur 350 ME d'obligations senior à échéance 2026. Le produit de l'opération sera utilisé pour rembourser intégralement 650 millions d'euros d'obligations senior (3,25%) d'échéance 2023.

Rémy Cointreau (+0,8%). Les ventes du groupe ont progressé de 12,1% à 297,1 millions d'euros entre janvier et mars, signant une hausse de 7% à taux de changes constants (après une croissance de 8,7% au précédent trimestre), un niveau supérieur aux +6,1% attendus par les analystes.

Valeurs en baisse

Renault (-3,5%) pique du nez, plombé par son partenaire Nissan. Le constructeur japonais a une nouvelle fois revu à la baisse ses prévisions de résultats pour l'exercice en cours, en raison d'un environnement opérationnel défavorable, de coûts plus élevés liés aux garanties couvrant certains véhicules aux États-Unis, et de l'impact des récentes problèmes de l'entreprise sur les ventes. Nissan vise désormais, sur l'exercice clos fin mars, un profit opérationnel de 318 MdsY (2,8 Mds$) contre un bénéfice de 450 MdsY précédemment. Les revenus sont toujours attendus à environ 11.600 MdsY.

bioMérieux (-6,8%) a annoncé, au titre de son premier trimestre 2019, un chiffre d'affaires de 632 millions d'euros, en hausse de 7,7% en données publiées et de 3,8% ventes à taux de change et périmètre constants. Un niveau moins élevé que l'objectif annuel du fait d'un effet de base défavorable lié à la grippe. Le marché sanctionne lourdement cette croissance moindre qu'escomptée en début d'année.

Recylex (-4,1%) a dévoilé un chiffre d'affaires consolidé de 75,8 ME au premier trimestre 2019, en baisse de 20%, principalement en raison du repli de l'activité des segments Plomb et Zinc. Dans le cadre des discussions en cours concernant le financement global, le groupe étudie différentes options complémentaires, notamment l'examen de cessions potentielles d'activités non stratégique.

Antalis (-1,5%) a réalisé un chiffre d'affaires de 551 millions d'euros, en baisse 3,7% en données comparables pour le premier trimestre. L'EBITDA s'élève à 15 millions d'euros, en baisse de 18,3% en données et à méthodes comparables. Le résultat opérationnel courant s'établit à 10 millions d'euros, en recul de 27,7% en données et à méthodes comparables. Sur la totalité de l'exercice, Antalis estime qu'à périmètre, méthodes comptables et taux de change constants, il devrait enregistrer un recul du CA de 3-4% et une marge d'EBITDA de 2,7-3,1%.

Société Générale (-2,7%) trébuche ce mercredi. Santander vient en effet de dégrader la valeur à 'sous-pondérer' (contre 'acheter'), ramenant son objectif de cours de 48 à seulement 28,4 euros.

Ipsen (-0,8%). Les ventes trimestrielles ont atteint 597,2 millions d'euros, en hausse de 15,8% à taux de change et périmètre constants, tirées par la croissance de 17,6% des ventes de Médecine de Spécialité et de 3,3% des ventes en Santé Familiale.

Saint-Gobain (-0,8%) vient de finaliser l'acquisition de 100% du capital de Knauf Mexico, société de production et de distribution de plaques de plâtre. Knauf Mexico a réalisé en 2018 des ventes pour près de 30 millions d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.