Clôture Paris : le CAC40 repart de l'avant

Clôture Paris : le CAC40 repart de l'avant
Vue générale du Palais Brongniart, place de la bourse.

Boursier.com, publié le lundi 01 juin 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le marché parisien est reparti du bon pied ce lundi de Pentecôte avec un CAC40 qui s'est adjugé 1,43% à 4.762 points en clôture. Le fait que Donald Trump ne relance pas, pour le moment du moins, la guerre commerciale avec la Chine après l'adoption par le parlement chinois d'une nouvelle loi sur la sécurité à Hong Kong a rassuré les opérateurs, tout comme la publication d'un indice PMI manufacturier chinois au-dessus de la barre des 50 en mai, signe d'expansion de l'activité... Les émeutes aux Etats-Unis rendent en revanche Wall Street prudent ce soir, quasiment stable.

ECO ET DEVISES

La guerre commerciale pourrait cependant reprendre puisque selon les informations obtenues dans la matinée par 'Bloomberg', des responsables du gouvernement chinois auraient demandé aux grandes entreprises agricoles d'État de suspendre leurs achats de certains produits agricoles américains.

Sur le front macroéconomique, l'indice PMI IHS Markit manufacturier américain est ressorti à 39,8 en mai, en hausse par rapport au plus bas de 36,1 enregistré le moins précédent. Bien que légèrement plus élevé qu'en avril, l'indice signale la deuxième plus forte détérioration des conditions dans l'activité manufacturière depuis avril 2009.

L'indice ISM manufacturier du mois de mai a, de son côté, atteint 43,1, en légère amélioration par rapport au niveau de 41,5 du mois précédent, qui constituait un plus bas de plus de 11 ans. Le consensus tablait sur un niveau de 43,8. Le sous-indice attaché à l'emploi passe de 27,5 à 31,2, et celui des nouvelles commandes augmente de 27,1 à 31,8.
Les dépenses de construction ont par ailleurs reculé de 2,9% en avril en comparaison du mois précédent, contre une baisse de 6% anticipée par le consensus et +0,9% pour le mois antérieur.

Dans la zone euro, l'indice PMI final pour l'industrie manufacturière s'est redressé de 33,4 en avril à 39,4 (estimation flash: 39,5) mais continue néanmoins de signaler une très forte détérioration de la conjoncture. En effet, malgré l'assouplissement des mesures de confinement dans la zone euro, les restrictions toujours imposées par les gouvernements afin d'enrayer la propagation du coronavirus ont continué de peser sévèrement sur le secteur.
L'euro reste ferme à 1,1120/$ entre banques. Le pétrole grimpe à 37,40$ le Brent.

VALEURS EN HAUSSE

Vallourec remonte encore de 12% avec le baril

Unibail-WFD flambe de 11%, porté par la réouverture de ses centres commerciaux.

Convivio : +9% avec Gl Events, Eutelsat (+8%) et Publicis

Verallia grimpe de 6%. Exane BNP Paribas a confirmé son opinion 'surperformer' sur le dossier avec 30 euros dans le viseur.

TechnipFMC : +6,5% avec Akwell, Fnac Darty, Rallye

Klépierre bondit 6%. Le groupe a annoncé l'ouverture complète de l'ensemble de ses centres commerciaux en France. Les arrêtés préfectoraux qui avaient ordonné la fermeture de 9 centres (Val d'Europe, Créteil Soleil, Belle Épine, Noisy Arcades, Villiers-en-Bière, Le Millénaire, Beau Sevran, Claye Souilly et Éragny) ont été abrogés. Avec les centres portugais qui rouvriront ce lundi, ces dernières réouvertures en France portent à 93% la part des centres du Groupe désormais ouverts dans l'ensemble de l'Europe (en valeur du portefeuille, part du Groupe). Une proportion qui atteindra 100% le 8 juin 2020 avec la réouverture des centres madrilènes et barcelonais...

Faurecia remonte de 6% en ce début de semaine. L'actualité autour de l'équipementier automobile est marquée par une note de JP Morgan qui a réitéré son conseil 'surpondérer' et son objectif de 30 euros. Les analystes sont assez partagés sur le dossier puisque, selon le consensus Bloomberg, 8 sont à l''achat', 9 à 'conserver' et 2 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 35,87 euros.

Voltalia : +5,5% avec Bigben, Air France KLM, Elior, GTT
Eramet : +4,5% suivi de Technicolor, Beneteau, Rexel, SG, Somfy, Ipsen,

Groupe PSA (+4,5%) avec Renault (+6%) malgré le nouveau plongeon du marché automobile français en mai. Pandémie de Covid-19 oblige, les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 50,34% en mai portant le recul depuis le début de l'année à 48,48%. Groupe PSA a vu ses immatriculations de voitures neuves s'effondrer de 56,07% avec une chute de 61,89% pour la marque Opel et un repli de 47,07% pour DS. Du côté de Renault, les immatriculations ont décroché de 50,39% le mois dernier.

Airbus (+4,5%) plancherait sur la mise en place de mesures supplémentaires pour faire face à la crise sans précédent qui frappe l'industrie aéronautique. Alors qu'une réunion du Conseil est prévue cette semaine, les sources de 'Bloomberg' affirment que le taux de production de l'A320, le best-seller de l'avionneur, sera notamment évoqué. Airbus a réduit sa production d'environ un tiers en avril pour faire face à la chute de la demande. À l'époque, le constructeur a déclaré qu'il produirait 40 appareils par mois, et qu'il réévaluerait la situation une fois qu'il aurait déterminé si la reprise était en "V" ou en "L".

VALEURS EN BAISSE

Genomic Vision (-8,7%). La société a dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel de 552.000 euros, en hausse de +11,5% sur un an. Les ventes de produits comprennent notamment la vente d'une plateforme au Leibnitz Institute on Aging (Fritz Lipmann Institute), en Allemagne. Genomic disposait d'une trésorerie de 1,2 million d'euros au 31 mars.

Guerbet : -4% suivi de Stedim, M6 (-3%) et P&V (-2,5%)

Vilmorin : -2% avec AST, Nanobiotix, TF1, Neurones et Cie des Alpes

Europcar Mobility cède 1,4%. Une pression vendeuse sur le loueur de voitures notamment liée à une note de Morgan Stanley qui a dégradé la valeur à 'pondération en ligne' en coupant sa cible de 5 à 2 euros. L'analyste Harald Hendrikse affirme que l'impact de la crise liée au Covid-19 "a porté un coup dur" aux bénéfices déjà réduits et s'attend à ce que la société affiche également une perte pour l'année fiscale 2021. Il estime maintenant la dette nette de l'exercice 2020 à 1,3 milliard d'euros et, bien que l'échéance ne soit que dans trois ans, il se demande comment Europcar pourra la financer avec les niveaux actuels de rentabilité attendue.

BioMerieux : -1% avec Seb, Atos, Korian, Vicat, L'Oreal, DS, Getlink, Infotel

Vos réactions doivent respecter nos CGU.