Clôture Paris : le CAC40 reprend 0,62% après 4 séances de correction

Clôture Paris : le CAC40 reprend 0,62% après 4 séances de correction©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 23 septembre 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Après quasiment 6% de perdu en 4 séances sur le CAC40, la bourse de Paris a rebondi de 0,62% à 4.802 points. Un sursaut limité après une hausse plus franche en séance, les investisseurs restant préoccupés par un ralentissement de la reprise économique alors que la pandémie de coronavirus entame une deuxième vague en Europe. De nouvelles mesures restrictives devraient ainsi être annoncées en France ce soir après celles présentées en Grande-Bretagne hier...

ECO ET DEVISES

De son côté, le président de la Fed, Jerome Powell, a répété devant le Congrès que la reprise était "très incertaine" et a estimé que de nouvelles mesures de soutien budgétaire et monétaire seraient sans doute nécessaires... "nous demeurons engagés à utiliser tous nos instruments pour faire ce que nous pouvons, pour aussi longtemps que nécessaire, pour s'assurer que la reprise sera aussi forte que possible et pour limiter les dégâts durables pour l'économie", a-t-il dit. "Il est probable que davantage de soutien budgétaire sera nécessaire", a-t-il poursuivi.

Le président de la Fed Jerome Powell et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin sont sous le feu des projecteurs cette semaine, avec trois auditions prévues devant des Commissions de la Chambre et du Sénat - l'objectif étant de faire le point sur les mesures monétaires et politiques prises afin de soutenir à l'économie américaine face à la crise du coronavirus. Ces auditions interviennent à un moment crucial, à 6 semaines de l'élection présidentielle du 3 novembre, et alors que les discussions sur un nouveau plan de relance sont au point mort au Congrès, et que les tensions partisanes s'accroissent à l'approche de la présidentielle...

Jerome Powell a rappelé que la reprise dépendra de l'évolution de la crise sanitaire. "Une reprise complète ne sera susceptible de se produire que lorsque les gens auront confiance dans le fait qu'il est sûr de s'engager à nouveau dans une large gamme d'activités".
Steven Mnuchin s'est accordé avec le patron de la Fed pour juger que de nouvelles mesures de soutien budgétaires sont nécessaires. Il a assuré que la Maison Blanche était prête à approuver un accord bipartisan, ajoutant être favorable à un "plan ciblé" sur les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire.
Le précédent plan massif de 2.200 milliards de dollars, mis en place en mars, est désormais arrivé à son terme, et de nombreuses mesures d'aide aux entreprises et aux salariés ont pris fin. Les économistes craignent que sans un rapide nouveau coup de pouce budgétaire, l'emploi et la consommation en pâtissent, enrayant la fragile reprise de l'économie américaine. Il reste que Wall Street n'est pas vraiment convaincu de la capacité du Congrès à s'accorder avant l'élection présidentielle. Ces incertitudes politiques ont contribué au recul de la bourse depuis 3 semaines, alors que les négociations sont au point mort entre Mnuchin, le secrétaire général de la Maison blanche Mark Meadows et la présidente de la chambre, la démocrate Nancy Pelosi.
Les tensions partisanes se sont encore exacerbées le week-end dernier après le décès de Ruth Bader Ginsburg, l'une des neuf membres de la Cour suprême, qui a encore davantage compliqué la recherche d'un compromis sur le nouveau plan de relance...

Sur le front économique aux USA ce mercredi, l'indice de la Federal Housing Finance Agency (FHFA) concernant les ventes de logements pour le mois de juillet est ressorti en hausse de 1% (consensus +0,6% en comparaison du mois antérieur).
L'indice PMI composite américain du mois de septembre 2020 est ressorti à 54,4, contre 54,5 de consensus et 54,7 pour sa lecture antérieure. Il signale donc une nette expansion de l'activité aux USA. L'indice manufacturier s'est établi à 53,5, contre 53,2 de consensus. L'indicateur des services est ressorti à 54,6, contre 54,7 de consensus.

Les cours du pétrole restent orientés en hausse après l'annonce d'une baisse moins forte qu'espérée des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée, avec un baril de brent à 42,20$.
D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 18 septembre ont reculé de 1,6 million de barils à 494,4 mb, contre un consensus de -3,3 millions de barils. Les réserves d'essence ont diminué de 4 millions de barils (contre une baisse de 0,9 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont reculé de 3,4 mb par rapport à la précédente semaine, contre une hausse de 1 mb attendue. Sur les devises, l'euro reste discuté à 1,1675/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Mauna Kea : +12% avec Geci sur un gros contrat

Alten monte de 9,5%, alors que le groupe a dégagé au premier semestre un résultat opérationnel d'activité de 75,2 millions d'euros, en recul de 35,6% par rapport à juin 2019 en raison de la baisse d'activité du dernier trimestre et des coûts additionnels engendrés par la crise sanitaire. Le résultat opérationnel s'est élevé à 68,7 ME (soit 5,5% de marge contre 8,4% au premier semestre 2019). Alten confirme s'attendre à un recul organique de l'activité au deuxième semestre proche de celui du deuxième trimestre. Le groupe estime que sa marge opérationnelle d'activité devrait donc être inférieure à celle du premier semestre 2020.

Europcar : +6,6% avec Poxel, Amoeba, Showroomprivé

Somfy : +4,5% avec Solocal

Plastic Omnium : +4% avec Accor et K&B

STEF : +3,5% suivi de Tour Eiffel, IPSOS, Guerbet, Renault et Haulotte

Sanofi (+2,7%) et Glaxosmithkline ont annoncé mardi avoir signé des accords avec le gouvernement du Canada pour lui fournir, dès 2021, jusqu'à 72 millions de doses de leur candidat vaccin adjuvanté contre le COVID-19.

Vicat : +2,5% avec LVMH, Casino, Valeo

Seb : +2% suivi de ADP, Neurones

PSA Groupe (+1,7%) a racheté 10 millions de ses propres actions ordinaires, représentant environ 1,10% du capital social de la société, à Dongfeng Motor Group (DFG). Une opération réalisée en application des termes de l'accord de rachat d'actions signé le 17 décembre 2019 et de la décision du Conseil de Surveillance du 14 septembre de PSA. Ces actions ont été acquises par Groupe PSA ce 23 septembre dans le cadre d'une opération hors marché au prix de 16,385 euros par titre, pour un montant total de 163,85 millions d'euros (hors frais), et seront annulées après règlement-livraison de la transaction qui aura lieu le 25 septembre, conformément au programme de rachat d'actions du Groupe PSA.

Kering : +1,5% avec Engie et Innate

Atos (+1,3%) et Siemens AG ont annoncé l'extension de leur partenariat stratégique, débuté en 2011, et qui vise à accélérer les objectifs de Siemens dans les domaines de la modernisation et de la digitalisation des services, du digital centré sur les données, de la transformation du cloud et de la cybersécurité. Ce partenariat s'inscrit dans le cadre d'accords d'un montant total de 3 milliards d'euros sur cinq ans.

Veolia (+0,5%) s'est dit prêt, mardi soir, à revoir à la hausse son offre de rachat de la participation d'Engie dans Suez. "Des discussions vont se tenir avec Engie", a ainsi annoncé Olivier Brousse, directeur de la stratégie du groupe de services à l'environnement. Dans un entretien publié mardi sur le site des 'Echos', M. Brousse affirme que "le sujet du prix est légitime et nous en discuterons avec Engie, nous n'allons pas le nier".

VALEURS EN BAISSE

Technicolor reste en baisse de 13% sous les 2 euros. Malgré la finalisation des dernières étapes de la restructuration financière, l'agence Standard & Poor's a dégradé sa note de Technicolor de 'CC' à 'SD' (selective default). La nouvelle dette de 457 millions d'euros est notée 'CCC', sous surveillance avec implications positives, puisqu'elle est isolée du swap dette contre equity. "Nous avons dégradé Technicolor à 'SD', compte tenu du fait que le groupe a achevé son plan de restructuration financière, qui comprenait deux composantes principales. Premièrement, la conversion d'environ 1.234 millions d'euros de dette en une nouvelle facilité de 574 millions d'euros et 660 millions d'euros de fonds propres le 22 septembre 2020. Deuxièmement, l'émission de 457 millions d'euros de nouvelle dette pour rembourser la facilité intermédiaire de 110 millions de dollars de JP Morgan et pour soutenir les besoins de liquidité de Technicolor, entreprise en juillet et septembre 2020", commente S&P.

Erytech : -6% avec Aubay, CGG, Orpea (-5%)

Groupe Crit abandonne 4,5% au lendemain de la publication d'une perte nette semestrielle de 10,1 ME pour un chiffre d'affaires de 814,1 ME, en repli de 33,9%. Le groupe a largement été affecté non seulement par la baisse du marché du Travail Temporaire mais également par l'effondrement des activités aéroportuaires. "Avec une situation financière extrêmement solide et un coeur de métier qui a démontré sa forte résilience, Groupe Crit est pleinement confiant dans sa capacité à sortir de la crise et à renouer avec sa trajectoire de croissance historique", a indiqué le management.

Korian : -4,5% suivi de Carmila, Vallourec (-4%)

Coface : -3,5% avec Bic, Safran, Nexity

Trigano : -3% suivi de TechnipFMC, Elis

TF1 : -2,5% avec BNP Paribas, Natixis, Eramet, Alstom

Publicis : -1,5% avec Edenred

Vos réactions doivent respecter nos CGU.