Clôture Paris : le CAC40 retombe de 4,3%

Clôture Paris : le CAC40 retombe de 4,3%
Traders sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mercredi 01 avril 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 a lourdement rechuté de 4,3% ce mercredi à 4.207 pts, après son rebond récent. Les dernières données PMI du mois de mars ont confirmé la plus forte dégradation de la conjoncture depuis plus de 7 ans dans le secteur manufacturier français en mars. La propagation de l'épidémie de coronavirus a entraîné les plus forts reculs de la production et des nouvelles commandes depuis le début de l'année 2009, tendances qui ont conduit les entreprises à procéder à d'importantes réductions d'effectifs, souligne IHS Markit.
Wall Street pointe aussi en net retrait ce soir de l'ordre de 3%. Les investisseurs ont toujours autant de mal à évaluer l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'économie américaine, alors que la propagation du virus se poursuit rapidement outre-Atlantique. Après avoir longtemps refusé de voir la situation en face, Donald Trump a reconnu que les semaines à venir seraient "très, très douloureuses" du point de vue sanitaire pour son pays, alors que les scientifiques ont averti que le virus pourrait tuer jusqu'à 240.000 Américains...

ECO ET DEVISES

Au niveau économique, l'enquête ADP sur l'emploi privé américain confirme que le marché du travail de la première puissance mondiale s'apprête à souffrir puisque 27.000 postes non agricoles ont été détruits dans le pays en mars après la création de 179.000 le mois précédent. Le consensus tablait toutefois sur des suppressions de postes plus importantes (150.000). Le rapport ne couvre néanmoins pas encore la période où les mesures de distanciation sociale ont été mises en place dans le pays.

L'indice ISM manufacturier du mois de mars a de son côté atteint 49,1, en léger repli par rapport au niveau de 50,1 du mois précédent. Le consensus tablait sur une baisse plus marquée, à 44,5. Le sous-indice attaché à l'emploi perd en revanche 3,1 points, à 43,8, et celui des nouvelles commandes chute de 7,6 points à 42,2, au plus bas depuis 2009. Les dépenses de construction ont par ailleurs reculé de 1,3% en février en comparaison du mois précédent, contre +0,5% de consensus et 2,5% pour le mois antérieur...

Après être tombés en début de semaine sur des niveaux oubliés depuis 18 ans, les cours du brut restent sous pression sur fond de chute de la demande et de guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie. Le baril de brut léger américain cède actuellement revient à 20,2$ (contrat à terme de mai sur le Nymex), tandis que le Brent de mer du Nord pointe à 25$.
Le Département américain à l'Energie a fait état d'un bond de 13,8 millions de barils à 469,2 mb des stocks pétroliers domestiques de brut aux Etats-Unis pour la semaine close au 27 mars, contre un consensus de +3,3 millions de barils. Les stocks d'essence ont gonflé de 7,5 millions de barils, alors que les stocks de distillés ont décliné de 2,2 millions de barils par rapport à la précédente semaine.
L'euro se négocie sous la barre des 1,10 à 1,0945/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Eurobio Scientific (+22%) est prêt pour lancer les tests de sérologie. La société a annoncé le marquage CE de ses tests SARS Cov-2 IgG et IgM CLIA développés spécifiquement pour la sérologie des patients dans le but de connaître leur statut immunologique par rapport au COVID-19. Ces tests s'inscrivent dans la deuxième phase de l'épidémie, où, après les tests de biologie moléculaire pour détecter la présence spécifique du virus, il faut recourir à des tests sérologiques pour identifier la présence d'anticorps contre COVID-19 chez les patients. Dans l'immédiat, ces tests vont permettre de définir précisément la population immunisée contre la maladie. Dans un deuxième temps, ils permettront d'identifier les individus qui nécessiteront une vaccination lorsque celle-ci sera disponible.

Atari (+7%) avait annoncé hier le remboursement du solde des OCEANE 2003-2020. A l'issue de ce remboursement, le Groupe Atari n'a plus aucune dette financière, hors les dettes de loyer IFRS 16.

Ipsen : +6,7% avec Lumibird (+6%) avec BioMerieux (+5,5%)

Lagardere : +5% suivi de Genomic Vision, Ateme et Bonduelle (+4%)

Ekinops : +3,5% avec Spie, Recylex, LVMH

Transgene : +2,8% avec Rallye, Poxel, Eurofins, Devoteam, Stef, Seb

Vivendi (+2%). Moody's a confirmé la note émetteur long terme de Vivendi à 'Baa2'. La perspective est 'stable'. "La confirmation de la notation reflète notre conviction que, malgré la faiblesse attendue des performances opérationnelles due à une récession économique mondiale en 2020, le chiffre d'affaires de Vivendi va renouer avec la croissance et les paramètres de crédit seront de nouveau conformes à la catégorie de notation 'Baa2' en 2021, grâce aux fortes positions de la société dans ses principales divisions, en particulier Universal Music Group", explique l'agence.

Vicat : +1,5% suivi de Iliad, Aures

VALEURS EN BAISSE

Amoeba : -18% suivi de Safran qui recule encore de 16,5%. Bernstein repasse de 'surperformance' à 'performance de marché' sur Safran avec un cours cible de 83 euros.

Abionyx : -14%, suivi de Claranova (-13%)

Natixis (-13%) a pris la décision de suivre les recommandations formulées par la Banque Centrale Européenne (BCE) le 27 mars 2020 concernant la distribution de dividendes dans le contexte d'incertitudes sur les impacts financiers engendrés par la crise du COVID-19. Ainsi, le Conseil d'administration ne proposera pas à l'Assemblée générale annuelle du 20 mai 2020 d'approuver la distribution d'un dividende par action de 0,31 euro au titre de l'exercice 2019. Cette distribution sera retirée du projet de résolution visant l'affectation du résultat 2019 soumis par le Conseil d'administration à l'assemblée. Le dividende provisionné au titre de l'exercice 2019 et jusqu'alors déduit des fonds propres CET1 de Natixis sera relâché. Il a un impact positif d'environ 100 pb sur la solvabilité de Natixis. Par ailleurs, en ligne avec les recommandations actuelles de la BCE, aucun provisionnement de dividende ne sera effectué au cours de l'exercice 2020 d'un point de vue prudentiel. Le Conseil d'administration reconsidérera cette décision après le 1er octobre 2020 afin de procéder à une éventuelle distribution, en fonction de la situation qui prévaudra à ce moment...

Coface : -12% avec Airbus et Balyo

Vinci : -11% suivi de Trigano et Rexel

Voluntis : -10% avec 2CRSI (-9%) et Bouygues

Société Générale (-9,5%) suspend ses objectifs 2020 communiqués le 6 février 2020 dans le cadre de ses résultats annuels 2019. Au cours du 2e semestre, le Conseil proposera les orientations en matière de distribution aux actionnaires. Celle-ci pourrait notamment consister dans le paiement d'un acompte sur dividende sur les résultats 2020 ou en un dividende exceptionnel, sous la forme d'une distribution de réserves, laquelle nécessiterait la tenue d'une Assemblée Générale.

Pierre & Vacances : -8% avec Renault, Edenred

Valeo : -7% avec Schneider, AXA et Eramet

Peugeot : -6,5% avec Innate, Veolia, BNP Paribas, Hermes, Nexans, Faurecia

ADP perd 5,5%. Pour préserver les marges de manoeuvre de l'entreprise dans une crise dont l'on ne connaît pas la durée et à la demande de l'Etat, le conseil a décidé de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale annuelle le versement d'un dividende correspondant à l'acompte sur dividende de 0,7 euro versé pour chaque action ayant eu droit au dividende le 10 décembre 2019. Il est à comparer avec le projet de versement d'un dividende de 3,7 euros annoncé précédemment. Il n'est donc pas proposé de verser le solde du dividende au titre de l'exercice 2019. Seul l'acompte de 0,7 euro du dividende au titre de l'exercice 2019 restera acquis...

CNP : -5% avec Air France KLM

Eiffage (-4,5%) a décidé, dans un souci de responsabilité vis-à-vis de l'ensemble de ses parties prenantes, de ne plus proposer de distribution de dividende à l'Assemblée générale du 22 avril prochain.

L'Oréal (-2,3%) a finalisé l'acquisition des marques Mugler et des parfums Azzaro du groupe Clarins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.