Clôture Paris : le CAC40 retombe, plombé par les tensions commerciales

Clôture Paris : le CAC40 retombe, plombé par les tensions commerciales©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 28 juin 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Le rebond aura fait long feu. La hausse de près de 1% d'hier est déjà effacée avec un CAC40 qui redonne 0,97% à la clôture, à 5.276 points. Seules trois valeurs de l'indice parviennent à finir en territoire positif ce jeudi. L'actualité reste dominée par les questions relatives au commerce international et à l'impact potentiel sur la croissance des mesures protectionnistes prises par les grandes puissances mondiales, Etats-Unis en tête. Le président américain a renoncé à cibler directement la Chine en matière d'investissements, mais il compte durcir la loi actuelle sur les investissements étrangers aux États-Unis, notamment dans les technologies.

Le secteur automobile fait encore les frais de ces tensions tout comme le segment technologique. L'offensive d'Amazon dans la santé a également secoué le secteur. La croissance américaine a par ailleurs été revue à la baisse, à 2%, au premier trimestre. Pas de quoi inciter les investisseurs à revenir sur les actifs risqués... A noter enfin que Lafarge SA a été mis en examen pour financement d'une entreprise terroriste et complicité de crimes contre l'humanité dans le dossier de la cimenterie syrienne.

VALEURS EN HAUSSE

* Chargeurs (+12,4% à 25,4 euros) a été porté par une nouvelle opération de croissance externe. Le groupe a procédé à l'acquisition de PCC Interlining, dont le chiffre d'affaires est de 80 millions de dollar, un leader aux Etats-Unis et en Asie dans les matériaux de performance et entoilages techniques destinés à la mode et aux nouveaux acteurs mondiaux de la fast fashion.

* Elior rebondit de 6,1% à 12,5 euros. Depuis lundi, la valeur avait fondu de plus de 20% dans la foulée de la présentation d'un nouveau plan stratégique qui n'a pas convaincu le marché, alors que le groupe a lancé trois avertissements sur ses résultats depuis novembre dernier... Les analystes ont depuis fortement revu leur copie sur le dossier.

VALEURS EN BAISSE

* Faurecia perd encore 4,4% à 61,2 euros, pour sa dixième séance de repli. L'équipementier n'avait plus connu une telle série baissière depuis début 2013! C'est tout le secteur automobile qui reste globalement sous pression, victime des tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires. Le deuxième avertissement en deux mois de l'Allemand Osram Licht est venu un peu plus plombé le compartiment en bourse. Le groupe a réduit ce matin ses prévisions de ventes et de bénéfices en raison d'éventuelles barrières commerciales menant à une dégradation des perspectives de l'industrie automobile...

* Suez recule de 2,1% à 11,2 euros. Berenberg a ramené d'"acheter" à "conserver" son opinion sur le dossier, en sabrant au passage son objectif de 16,10 à 11,20 euros. Le principal argument retenu par le bureau d'analyse concerne l'évolution du dividende du groupe de utilities, attendue sensiblement stable ces prochaines années alors qu'une normalisation des résultats n'est pas escomptée par Berenberg avant longtemps, compte tenu des vents contraires qui pèsent sur l'activité et les résultats.

* Sanofi rend 1% à 68,5 euros. Comme l'ensemble du secteur, le laboratoire est victime de l'entrée d'Amazon sur le marché de la santé avec le rachat de PillPack pour une somme qui avoisinerait le milliard de dollars.

* Altran perd 2,9% à 12,9 euros après la présentation de son nouveau plan stratégique, 'The High Road, Altran 2022'. Ce plan tire parti d'un marché en forte croissance sous l'effet des disruptions technologiques et la digitalisation des industries, explique Altran, qui estime que l'intégration en cours d'Aricent lui permet de s'imposer comme "le leader mondial incontesté des services d'ingénierie et de R&D, disposant d'un profil multi industries et d'un modèle industriel et mondialisé de prestation de services d'ingénierie". Le groupe vise à horizon 2022 un chiffre d'affaires prévisionnel d'environ 4 milliards d'euros (à périmètre constant), pour une marge opérationnelle voisine de 14,5% et un free cash-flow proche de 9% du chiffre d'affaires.

* Total se replie de 0,6% à 52,2 euros. Les valeurs pétrolières n'ont pas résisté à la baisse généralisée du marché malgré la très bonne tenue du baril de pétrole, qui évolue au plus haut depuis le mois de mai (pour le baril de Brent).

* LafargeHolcim abandonne 0,3% à 41,9 euros. Lafarge SA est mis en examen pour financement d'une entreprise terroriste et complicité de crimes contre l'humanité dans le dossier de la cimenterie syrienne. Dans un communiqué, LafargeHolcim explique "prendre acte des infractions reprochées à la suite des actes individuels répréhensibles survenus dans le cadre des opérations antérieures à 2014 de Lafarge Cement Syria, une filiale de Lafarge SA. La mise en examen de Lafarge SA était attendue suite à la mise en examen de plusieurs de ses anciens dirigeants. Lafarge SA reconnait que le système de supervision de sa filiale syrienne ne lui a pas permis d'identifier les manquements survenus à la suite d'une violation sans précédent des règlements et des règles de conformité internes par quelques personnes qui ont quitté le Groupe. Cependant, l'entreprise fera appel des infractions reprochées qui ne reflètent pas équitablement les responsabilités de Lafarge SA".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU