Clôture Paris : le CAC40 retombe sur les 5.500 points

Clôture Paris : le CAC40 retombe sur les 5.500 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 03 mai 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Après quatre séances consécutives de progression, le CAC40 a cédé aux prises de bénéfices ce jeudi, en baisse de 0,50% à 5.501 pts en clôture. Assez résistant en début de séance, l'indice parisien a piqué du nez dans l'après-midi, dans le sillage de Wall Street. La cote américaine fait en effet grise mine aujourd'hui, plombée par des publications trimestrielles décevantes (Tesla, Spotify...). Les opérateurs s'inquiètent par ailleurs d'un possible resserrement monétaire plus rapide que prévu de la part de la Fed, alors que le FOMC, qui a laissé hier soir ses taux inchangés, a évoqué une inflation "proche" de son objectif de 2%, tout en se montrant à nouveau confiant quant aux perspectives économiques des Etats-Unis. La parité euro/dollar se maintient de son côté sous 1,20.

ECO ET DEVISES

La réunion de la Fed, qui se tenait avant-hier et hier mercredi, n'a pas révélé de surprise. Cette réunion FOMC a accouché d'un statu quo monétaire, le taux des fonds fédéraux restant logé entre 1,50 et 1,75%. La prochaine hausse des taux d'un quart de point devrait intervenir le 13 juin (probabilité de 95% d'un taux porté entre 1,75 et 2% selon FedWatch).

L'indice Markit PMI des services américains pour le mois d'avril 2018 est ressorti à 54,6, contre un consensus de place de 54,4 et un niveau antérieur de 54. Ainsi, l'indicateur signale une très légère accélération de l'activité dans les services en avril aux États-Unis.

L'ISM des services américains pour ce même mois d'avril 2018, également publié ce jour, a quant à lui déçu. Il ressort ainsi assez nettement inférieur aux attentes de marché, à 56,8, contre un consensus de place situé à 58,4 et un niveau de 58,8 un mois auparavant. L'indice signale donc, contrairement à ce qu'indique le PMI, un ralentissement de l'expansion de l'activité dans les services américains au mois d'avril.

Dans un autre registre, enfin, notons que les commandes industrielles américaines du mois de mars 2018, dévoilées aujourd'hui, se sont établies en croissance de 1,6% en comparaison du mois précédent, contre +1,3% de consensus et +1,6% pour la lecture révisée du mois de février.

La productivité trimestrielle est ressortie inférieure aux attentes aux États-Unis. Ainsi, pour le 1er trimestre 2018, en lecture préliminaire, la croissance de la productivité non-agricole est ressortie à +0,7% en comparaison du trimestre antérieur, contre +0,9% de consensus de place et +0,3% pour la lecture révisée du trimestre antérieur. Les coûts unitaires du travail, quant à eux, ont progressé sur un rythme de +2,7% au 1er trimestre, contre +3% de consensus et +2,1% pour la lecture révisée du quatrième trimestre 2017.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis pour la semaine close au 28 avril restent logées à très bas niveau, à 211.000, contre 224.000 de consensus et 209.000 pour la semaine antérieure.

Selon le rapport gouvernemental du jour aux USA, le déficit commercial international du mois de mars 2018 est ressorti à 49 Mds$, contre 49,9 Mds$ de consensus de place et 57,7 Mds$ pour la lecture révisée du mois de février 2018.

D'après le dernier rapport de la firme Challenger sur la question, les destructions de postes annoncées au mois d'avril 2018 par les entreprises américaines se sont chiffrées à 36.081, contre 60.357 un mois auparavant.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1957$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 67,6$ et le Brent s'affiche à 73,1$.

VALEURS EN HAUSSE

* X-Fab grimpe de 10,7%. Le marché salue les chiffres d'activité du T1 2018, lesquels ont mis en relief des revenus de 144 millions de dollars sur la période, en baisse de 3% en glissement annuel et en recul de 7% en séquentiel par rapport au T4 2017. Cette décroissance était attendue, les pronostics du consensus se situant même plus bas à 141 M$. Tout aussi positif, le groupe de semi-conducteurs a dégagé une marge d'Ebitda de 14,1%, dans le haut de la fourchette de sa guidance (12-14%), une nouvelle fois.

* Vicat gagne 5,5%. Le cimentier a fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 573 millions d'euros au premier trimestre 2018, en croissance de +3,9% en données publiées et en progression de +10,8% à périmètre et taux de change constants.

* Thales (+3,8%) a généré 3,03 MdsE de chiffre d'affaires au premier trimestre, en hausse de 34% par rapport au premier trimestre 2017 (+39% à périmètre et taux de change constants). Trois grandes commandes d'un montant supérieur à 100 ME ont été enregistrées au premier trimestre 2018.

* Lagardère grimpe de 2,6% le jour même de l'AG des actionnaires qui se déroule ce jeudi à Paris, aidé par le broker Barclays qui est passé à "surpondérer" sur le titre avec un objectif de cours relevé à 30 euros. L'analyste parle de changement avec le recentrage du groupe sur le Publishing qu'il qualifie de "vache à lait" et le Travel Retail (growth engine). Les cessions des activités de Lagardere Active ont été amorcées puisque le groupe est entré en négociations exclusives le mois dernier avec Czech Media Invest en vue de la vente de ses radios en Europe de l'Est et de ses titres de presse en France, à savoir 'Elle' et ses déclinaisons, y compris les sites Internet de Elle en France, Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours et ses déclinaisons, France Dimanche, Ici Paris et Public.

* Veolia gagne 2,6%. Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel en croissance soutenue de 7% à 6,419 MdsE et de 5,4% en organique. L'EBITDA grimpe de 5,3% à 876 ME. La réduction des coûts de 70 ME est en ligne avec l'objectif annuel. L'EBIT courant ressort en croissance de 6,9% à 448 ME. Le résultat net courant pdg est de 193 ME (+31,8%) et de 8% hors plus-values. Les perspectives annuelles sont confirmées.

* Orpea (+1,5%). Le groupe a dévoilé son chiffre d'affaires pour le 1er trimestre 2018, marqué par une nouvelle forte croissance de 10,7% à 832 ME, ainsi que son implantation aux Pays-Bas avec les acquisitions de Dagelijks Leven et Woonzorgnet.

* Atos remonte de 1,3% après avoir enregistré deux séances consécutives de correction.

VALEURS EN BAISSE

* Pixium Vision corrige de 17,3% en attendant me résultat de son augmentation de capital.

* Nexans chute de 9,8%. Les investisseurs réagissent au point d'activité trimestriel du câblier qui a fait ressortir un chiffre d'affaires de 1,538 MdsE sur les trois premiers mois de 2018, en légère baisse de 2% en données publiées mais en recul de 4,6% en organique. Cette contre-performance s'explique essentiellement par une base de comparaison défavorable sur les activités de projets Haute Tension, qui ont également pâti d'une reconnaissance plus tardive du chiffre d'affaires dans l'avancement des projets (mise en conformité avec la norme comptable IFRS 15) et d'une séquence des différents projets en cours d'exécution moins favorable qu'en 2017. Les autres pôles sont restés atones...

* Bourbon perd 7,2%. Le groupe affiche un chiffre d'affaires ajusté du 1er trimestre 2018 de 171 millions d'euros (chiffre d'affaires consolidé de 157,6 millions d'euros), en retrait de 13,2 % par rapport au 4ème trimestre 2017, impacté par la baisse de l'activité dans les services Subsea.

* Solvay chute de 5,7%, alors que le groupe a publié ses chiffres du premier trimestre 2018.

* Arkema perd 5,1%. Le groupe a généré un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de +7,3 % (taux de change et périmètre constants) à 2,17 MdsE et aussi une belle progression de +7,9% de l'EBITDA à 383 millions d'euros malgré une base de comparaison élevée (355 millions d'euros au 1T 2017) et un euro significativement plus fort . La marge d'EBITDA atteint 17,6 % (16,5 % au 1T 2017), ratio historiquement le plus élevé sur un premier trimestre, confirmant la bonne résistance dans un contexte haussier de matières premières. Au final, Arkema affiche une très forte augmentation du résultat net courant de +33 % à 195 millions d'euros, soit 2,57 euros par action.

* Air France KLM rechute de 3,7%. Pour la journée du vendredi 4 mai 2018, la compagnie prévoit d'assurer 75% de son programme de vols malgré la grève de certains membres du personnel.

* Sur le CAC40, TechnipFMC recule aussi de 2,5% avec Crédit Agricole (-1,8%), BNP Paribas (-1,5%) ou encore PSA Groupe (-1,3%).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU