Clôture Paris : le CAC40 temporise...

Clôture Paris : le CAC40 temporise...
finance investisseur bourse

Boursier.com, publié le mardi 19 février 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait rebondi de plus de 2% sur les deux dernières séances, a cédé 0,15% ce mardi, à 5.160 points en clôture. L'indice parisien est tout de même parvenu à toucher les 5.176 points en matinée, un plus haut depuis mi-octobre 2018. Wall Street, qui était fermé hier, se montre également hésitant actuellement, en attendant d'en savoir plus sur les discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis qui reprennent ce mardi. Selon Donald Trump, les Etats-Unis seraient plus proches que jamais d'obtenir un "véritable accord"... Du côté des valeurs US, le géant de la distribution Walmart grimpe de près de 4% après ses comptes trimestriels.

ECO ET DEVISES

Les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine reprennent cette semaine à Washington, après des échanges décrits comme positifs et constructifs la semaine dernière à Pékin. La Maison blanche a confirmé qu'un nouveau cycle de discussions allait se tenir dès mardi. Des négociations à plus haut niveau sont programmées à partir de jeudi, avec les participations du vice-Premier ministre chinois Liu He, ainsi que du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et du représentant au Commerce Robert Lighthizer.

D'éventuelles surtaxes américaines sur les voitures européens suscitent par ailleurs la prudence sur les marchés financiers, alors que le ministre allemand de l'Economie a prévenu que les pourparlers commerciaux entre l'Europe et les USA allaient entrer dans une phase délicate et se concentrer sur les produits industriels. "L'Europe pourrait venir sur le devant de la scène dans les discussions commerciales à venir", a affirmé pour sa part la banque d'affaires Goldman Sachs, citée par Reuters.

L'indice ZEW reste en territoire négatif en février. L'indice ressort à -13,4 points après -15 en janvier, et contre -13,6 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle s'établit à 15, contre 27,6 le mois précédent et 23 de consensus.

Malgré l'incertitude liée au Brexit et le ralentissement de l'économie locale, le marché de l'emploi reste très dynamique au Royaume-Uni. Le taux de chômage s'est ainsi maintenu à 4% en décembre, au plus bas depuis 1975, et les salaires ont enregistré leur plus forte croissance en une décennie. Le taux d'emploi a par ailleurs atteint un nouveau record, à 75,8%. Le salaire hebdomadaire moyen a augmenté de 3,4% (hors bonus) en ligne avec les attentes du marché. Le salaire hebdomadaire moyen (bonus compris) a également progressé de 3,4% contre +3,5% de consensus. Une bonne nouvelle pour les travailleurs britanniques alors que le taux d'inflation a atteint 2,3% en moyenne au quatrième trimestre et est même tombé à 1,8% en janvier. Le nombre de personnes demandant des allocations chômage a par ailleurs augmenté de 14.200 en janvier contre une hausse de 12.300 attendue et une progression de 20.800 un mois plus tôt. Ces chiffres placent un peu plus la Banque d'Angleterre au centre du jeu. La BoE doit en effet éviter une flambée des coûts dans un environnement marqué par de multiples signes de décélération de l'économie alors qu'un hard-Brexit plane au-dessus du R-U.

Une alliance composée de seize Etats américains et menée par la Californie a engagé hier une procédure judiciaire contre la décision du président américain Donald Trump de décréter l'urgence nationale afin de parvenir au financement de son mur à la frontière avec le Mexique. "Nous attaquons le président Trump en justice afin de bloquer son utilisation abusive des pouvoirs présidentiels", a affirmé le ministre de la Justice de Californie Xavier Becerra, cité par Reuters, après le dépôt d'une plainte auprès d'un tribunal de district de l'Etat. L'objectif serait d'empêcher Trump de s'accaparer unilatéralement "l'argent des contribuables mis de côté en respect avec la loi par le Congrès pour les populations de nos Etats", a affirmé encore le démocrate Becerra.

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders (NAHB) est ressorti à 62 pour le mois de février 2019, contre 59 de consensus de place et 58 pour le mois antérieur.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1334$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 55,5$ et le Brent s'affiche à 65,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Genfit grimpe de 12,3%. Les résultats positifs de l'étude pivot de phase 3 "Regenerate" d'Intercept dans le traitement contre la Nash profitent au dossier.

* Air France KLM grimpe de 2,4%. Alors qu'un Conseil d'administration très attendu a lieu ce mardi, la Société Générale est passée de 'vendre' à 'conserver' sur la compagnie franco-hollandaise tout en portant son objectif de cours de 7,5 à 11,5 euros. Oddo de son côté reste à l'achat avec un cours cible ajusté en hausse de 12,30 à 12,70 euros...

* ALD (+1,7%) est entré en discussion exclusive avec Stern Groep pour acquérir SternLease B.V. Un accord de distribution est par ailleurs en cours de discussion entre les deux parties. SternLease est la filiale de leasing de Stern Groep, leader néerlandais coté de la distribution automobile. Elle dispose d'une flotte de près de 12.500 véhicules loués à des PME et à des particuliers aux Pays-Bas, et fournit des services de location longue durée par le biais d'une distribution directe et via leur réseau de concessionnaires Stern, qui compte 85 concessionnaires locaux. Aux Pays-Bas, ALD gère une flotte d'environ 50.000 contrats auprès de grandes entreprises, de PME et de particuliers.

* Valeo poursuit sa remontée entamée il y a déjà plusieurs jours, en gagnant encore 1,7%.

* Bourbon (+0,7%) pourrait continuer de battre pavillon français, selon 'Les Echos'. Mais pour échapper aux fonds anglo-saxons, le groupe devrait passer sous le contrôle de ses banques. Selon les informations du journal, "son pool de créanciers a présenté une offre en ce sens, devant le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri). Ce serait une première, compte tenu du panel d'établissements français autour de la table : BNP Paribas, Société Générale, Natixis, CIC, Crédit Agricole, etc".

* Veolia gagne aussi 0,7% pour sa troisième séance consécutive de progression.

* Danone (+0,7%) a publié mardi des résultats annuels en hausse malgré des vents contraires en Chine et au Maroc et a dit tabler sur une amélioration de ses ventes et de sa marge opérationnelle en 2019. Le géant français de l'agroalimentaire a vu sa croissance organique atteindre 2,9% en 2018, après une hausse de 2,5% en 2017, avec une forte accélération sur le seul 4e trimestre, où les ventes ont progressé de 2,4%, dépassant nettement le consensus de 1,4% établi par la société.

* Sur le CAC40, Saint-Gobain monte aussi de 0,1% avec PSA Groupe (+0,9%) ou encore Safran (+0,2%).

VALEURS EN BAISSE

* Vallourec (-5,1%) met fin à une série haussière de cinq séances, à la veille de la présentation de ses comptes annuels.

* Worldline perd 3,1%. Citi a dégradé sa recommandation sur Worldline d'"achat" à "neutre". Selon le courtier, le groupe manque de catalyseurs à court terme (acquisitions majeures ou révisions haussières des bénéfices) qui pourraient permettre au titre d'aller encore plus haut.

* Altran (-2,1%) a annoncé l'obtention d'un contrat pluriannuel d'une valeur de 65 millions de dollars pour fournir des services de conception de puces électroniques ainsi que de développement et de maintenance de logiciel "à l'une des plus grandes entreprises de semi-conducteurs au monde", sans la citer.

* Sur le CAC40, Bouygues recule de 1,4% avec STMicroelectronics (-1%), ArcelorMittal (-0,9%) ou encore Unibail-WFD (-0,9%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.