Clôture Paris : léger sursaut du CAC avec le pétrole

Clôture Paris : léger sursaut du CAC avec le pétrole©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 07 décembre 2018 à 18h00

La place parisienne limite finalement ses gains ce soir, malgré le franc rebond des prix du pétrole consécutif à la décision de l'OPEP et de ses partenaires de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour. L'indice phare parisien termine donc sa journée sur une hausse modérée de 0,68% à 4.813 pts, après une incursion à 4.877 pts au plus haut du jour. Le CAC termine donc à peu de choses près sur son prix d'ouverture.

Sur le Nymex américain, les prix du pétrole s'envolent désormais après l'annonce du verdict de l'OPEP, qui se réunissait depuis hier et vient de convenir d'une baisse globale de production de 1,2 million de barils par jour... Le baril de brut WTI (contrat de janvier) rebondit de 4,2% à près de 54$. Les ministres du pétrole de l'OPEP, de la Russie et d'autres producteurs majeurs se réunissaient à Vienne afin de revoir leur accord actuel de production. L'OPEP et ses alliés ont finalement opté pour une réduction de leur offre de 1,2 million de bj. Le cartel diminuera sa production de 800.000 bj alors que les pays n'appartenant pas à l'organisation couperont la leur de 400.000 bj. Sous le coup de sanctions américaines, l'Iran serait exempté de cet accord.

A Wall Street à mi-parcours, les principaux indices s'affichent assez franchement dans le rouge, avec un recul de 1,5% du DJIA et une baisse de 1,9% du Nasdaq, malgré les rumeurs de 'pause monétaire' de la Fed, qui pourrait patienter après le tour de vis d'un quart de point attendu le 19 décembre. Donald Trump a encore tenté de se rapprocher aux branches en évoquant une bonne avancée des négociations commerciales avec la Chine, ce qui n'a pas non plus convaincu les opérateurs... Enfin, les chiffres américains du chômage publiés aujourd'hui n'ont pas rassuré, avec des créations de postes très inférieures aux attentes pour le mois de décembre (155.000 contre près de 200.000 de consensus), et malgré un taux de chômage de 3,7%, stable au plus bas niveau depuis 49 ans...

VALEURS EN HAUSSE

* LDLC s'offre un beau sursaut technique de 9,2% en clôture après sa récente correction, mais accuse encore une forte baisse hebdomadaire, suite aux faibles publications financières dévoilées pour le 1er semestre.

* Airbus gagne 0,5% à 89 euros après un beau contrat. Avolon, la société de leasing basée à Dublin, va commander 100 appareils de la famille A320. Un contrat de 11,5 milliards de dollars au prix catalogue. Dans le détail, la filiale de HNA va acquérir 75 A320neo et 25 A321neo. Les appareils commenceront à être livrés en 2023, a précisé la firme contrôlée par le conglomérat HNA.

* Total reprend 1,6% dans un secteur pétrolier recherché après l'OPEP. Vallourec se refait de 1,8% malgré une dégradation de broker, et CGG reprend 3,7%.

* Renault (+0,3% à 57,6 euros) : Carlos Ghosn, accusé d'avoir sous-évalué ses revenus, devrait être inculpé pour malversations financières par le parquet de Tokyo lundi, date à laquelle doit prendre fin son incarcération, rapporte vendredi le journal Nikkei, citant des sources non identifiées. Oddo BHF a ramené son objectif de cours sur Renault de 105 à 100 euros, en réitérant son conseil "acheter".

* Pierre et Vacances (+3,8% à 15,3 euros) a annoncé jeudi que Thierry Hellin mettait fin à ses fonctions de directeur général adjoint du groupe au 31 décembre 2018.

VALEURS EN BAISSE

* STMicroelectronics ne parvient pas à rebondir (-1,2% à 11,96 euros). Le fabricant américain de puces Broadcom a pourtant publié hier soir à Wall Street des résultats meilleurs que prévu, affichant par ailleurs sa confiance pour l'exercice à venir.

* Navya (-5,1% à 2,54 euros) a lancé un avertissement sur son chiffre d'affaires 2018 attendu entre 17 et 19 ME, contre 30 ME prévus initialement. La société, dont l'introduction en bourse remonte à quelques mois, estime que la réalisation de plusieurs projets de flottes de navettes actuellement en cours de discussion, ne pourra se concrétiser qu'en 2019.

* Korian (-2,4%) et Icade (+0,7%) s'affichent en ordre dispersé, alors que les deux groupes ont annoncé pourtant la signature de trois projets de construction de cliniques de soins de suite et de réadaptation en Ile-de-France et en Nouvelle Aquitaine, qui ouvriront d'ici 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.