Clôture Paris : proche de l'équilibre

Clôture Paris : proche de l'équilibre©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 juillet 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 a perdu 0,07% ce jeudi en clôture dans un marché toujours aussi hésitant, sur fond de multiplication des publications trimestrielles. Plusieurs valeurs du CAC40 se sont d'ailleurs distinguées, à commencer par Publicis qui a grimpé de 8%. A noter que les opérations financières se poursuivent dans le secteur des services informatiques : Après Devoteam, c'est Groupe Open qui fait l'objet d'une offre des fondateurs à 15 euros par action !
Plus globalement, les tensions diplomatiques ravivées entre les Etats-Unis et la Chine freinent les prises de risque sur les marchés. Le président américain Donald Trump a affirmé hier qu'il était toujours possible d'ordonner des fermetures supplémentaires de consulats chinois aux Etats-Unis, après que le département d'Etat américain eut demandé à Pékin de fermer son consulat à Houston, au Texas. Les autorités chinoises menacent d'une "réponse forte"...

ECO ET DEVISES

La progression hebdomadaire du nombre de chômeurs s'est maintenue au-dessus de la barre du million aux Etats-Unis, et ce pour la dix-huitième semaine consécutive. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 18 juillet, que les inscriptions au chômage ont atteint 1,416 million, en hausse de 109.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 1,307 million. Elles ressortent supérieures aux attentes puisque le consensus était positionné à 1,3 million et augmentent pour la première fois depuis le mois de mars.
La moyenne à quatre semaines s'établit à 1,360 million, en recul de 16.500. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 11 juillet s'établit à 16,197 millions, en baisse de 1,1 million sur sept jours.
Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes hebdomadaires.

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour le mois de juin 2020 est ressorti en progression de 2% en comparaison du mois antérieur, contre +2,5% de consensus de place et +3,2% pour la lecture révisée (en hausse) du mois antérieur. La précédente évaluation du mois de mai était de +2,8%.

L'indice manufacturier de la Fed de Kansas City pour juillet est ressorti à +3 contre un consensus de 5.
Sur les devises, l'euro monte encore à 1,1620/$, alors que le brent se pose sur les 44$.

VALEURS EN HAUSSE

Groupe Open (+39%) s'ajuste sur le prix d'OPA de 15 euros proposé par les fondateurs (Frédéric Sebag, Laurent Sadoun, Guy Mamou-Mani et Valérie Benvenuto) et Montefiore Investment.

Tessi : +10% avec Navya, Solocal, SII

Publicis flambe de 8%, les opérateurs saluant la belle résilience de l'activité sur la première partie de l'exercice. Sur le seul deuxième trimestre, le troisième groupe publicitaire mondial a vu ses revenus reculer de 13% à 2,29 milliards d'euros (en données organiques), là où le consensus tablait sur un recul de 20%. Grâce aux acquisitions, notamment celle d'Epsilon, Publicis est parvenu à faire progresser ses résultats intermédiaires avec un EBITDA de 923 ME (+4,3%) pour un revenu net de 4,774 MdsE, en hausse de 9,7%.

Renault (+7%) bénéficie d'une note de Citigroup qui est passé de 'vendre' à 'achat à haut risque' sur le titre tout en portant son objectif de 15 à 32 euros. Le broker américain affirme que les investisseurs sous-estiment la demande latente de voitures en Europe, alors que les nouvelles mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus s'atténuent...

Dans le secteur des services informatiques, Infotel grimpe de 7%, Aubay gagne plus de 5%

Faurecia : +5% avec Tarkett et Ubisoft après les comptes

Chargeurs : +4,5% avec Worldline avec l'aide de ses résultats

Genfit : +3,5% suivi de Sword, SQLI, Neurones

Peugeot : +2,5% avec Valeo, Rexel, Beneteau, Remy Cointreau, Korian, Guerbet

Pernod Ricard avance de 2,5% après avoir relevé son objectif de Résultat Opérationnel Courant annuel. Le groupe de spiritueux, qui tablait jusqu'ici sur une décroissance interne de l'indicateur d'environ -20%, anticipe désormais un recul d'environ 15% compte tenu notamment d'une meilleure résilience du Off-trade (consommation à domicile), en particulier aux Etats-Unis et en Europe de l'Ouest.

Michelin : +1,5% avec Eramet, Alstom et Thales

VALEURS EN BAISSE

Voluntis : -8% avec Transgene (-5%), Rallye et Nicox (-4%)

Scor (-4%) a annoncé que le coût total estimé de la pandémie liée au coronavirus dans ses comptes du deuxième trimestre atteint 456 millions d'euros. La rentabilité de la division réassurance de dommages et de responsabilités (Global P&C) a souffert, avec un ratio combiné net qui s'élève à 102,3% au premier semestre alors qu'il était de 93,7% un an plus tôt. Dans la réassurance-vie, les primes brutes ont progressé de 1% à changes constants, à 4,7 milliards d'euros, grâce au dynamisme de l'activité en Asie. Scor indique par ailleurs avoir comptabilisé un total de sinistres de 194 millions d'euros dans cette division, principalement issus du portefeuille de mortalité aux Etats-Unis.

Dassault Systemes (-3,7%) subit des prises de bénéfices après une publication trimestrielle globalement conforme aux attentes. Le titre de l'éditeur de logiciels abandonne 2,7% à 155,6 euros. Dassault Systemes a ajusté à la marge ses objectifs annuels et vise désormais un chiffre d'affaires (en données non IFRS) de 4,51 à 4,56 milliards d'euros, une marge opérationnelle de 29,3% à 29,4% (29,5% annoncé précédemment) et un BNPA compris entre 3,70 et 3,75 euros. Le groupe prévoyait jusqu'ici un chiffre d'affaires de 4,50 à 4,55 MdsE, une marge opérationnelle d'environ 29,5% et un BNPA de 3,65 euros à 3,72 euros.

Technicolor : -3% avec Tour Eiffel, M&P, Safran

Airbus : -2,7% suivi de 2CRSI, Icade et Accor (-2,5%)

Sodexo : -2% suivi de AST, TechnipFMC et Nexity

Air France KLM : -1,5% avec Vinci, Carrefour, Casino, Wendel

STMicroelectronics (-0,3%) a dévoilé des résultats en repli au deuxième trimestre mais relève néanmoins sa prévision de chiffre d'affaires net pour l'exercice 2020, estimant que sa croissance sera tirée par l'amélioration des conditions de marché, de nouveaux produits et les programmes engagés auprès des clients. Sur le trois mois clos fin juin, le groupe franco-italien a enregistré un chiffre d'affaires net de 2,09 milliards de dollars (-4%), une marge brute de 35% (-320 pb), une marge d'exploitation de 5,1% (-390 pb) et un résultat net de 90 millions de dollars, soit 0,10 dollar par action après dilution. Des données supérieures aux attentes du marché. Enfin, sur l'ensemble de l'année, le groupe table désormais sur un chiffre d'affaires net compris entre 9,25 milliards et 9,65 milliards de dollars (contre une fourchette précédente de 8,8 à 9,5 Mds$) avec une croissance au second semestre qui devrait être comprise entre 610 millions et 1,01 Md$ par rapport au premier semestre. Il prévoit que cette croissance soit tirée par les programmes engagés auprès de clients, les nouveaux produits et l'amélioration des conditions de marché. Le plan de CAPEX pour 2020 s'établit à présent à environ 1,2 Md$.

Ipsos perd 0,2%. Le spécialiste des études par enquête a accusé un repli de 13% de ses revenus semestriels à 786 millions d'euros, avec une chute d'un quart sur le seul deuxième trimestre, très fortement impacté par la pandémie. Le résultat net ajusté, part du groupe, qui est l'indicateur pertinent et constant utilisé pour la mesure de la performance, s'établit à 12,8 ME sur le semestre, en baisse de -56,5%. La marge opérationnelle ressort à 25 ME, soit un taux de 3,2%. Malgré l'incertitude actuelle, Ipsos compte bien connaître un second semestre 2020 meilleur que le 1er, tant du côté de ses ventes et de son chiffre d'affaires que du côté de ses marges.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.