Clôture Paris : revoilà les 5.200 points !

Clôture Paris : revoilà les 5.200 points !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 15 février 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, déjà en progression de 1,1% hier malgré les chiffres américains de l'inflation plus élevés que prévu et un recul inattendu des ventes de détail outre-Atlantique, a encore grimpé de 1,11% ce jeudi, repassant ainsi au-dessus des 5.200 pts à 5.222 pts en clôture. Du côté des valeurs, Airbus se distingue largement aujourd'hui après une publication annuelle solide. Wall Street tente également de poursuivre son rebond , après quatre séances consécutives de hausse, soutenu ce jeudi par les résultats trimestriels meilleurs que prévu du géant informatique Cisco.

ECO ET DEVISES

L'indice des prix à la production aux États-Unis pour le mois de janvier 2018 est ressorti comme prévu en croissance de 0,4% en comparaison du mois antérieur, après une quasi-stabilité un mois auparavant. Hors alimentaire et énergie, toutefois, le 'PPI' grimpe de 0,4%, alors qu'il était attendu en hausse de 0,2% en comparaison du mois de décembre. Ainsi, l'indice 'core', ajusté des éléments volatils, traduit une progression des prix supérieure aux attentes.

L'indice du marché immobilier américain pour le mois de février 2018, mesuré par la National Association of Home Builders, est ressorti stable à 72, en ligne avec le consensus de place.

D'après la Fed ce jeudi, la production industrielle américaine a décliné de 0,1% en janvier 2018, alors que le consensus était de +0,2%. En outre, la Banque centrale américaine revoit en baisse son estimation antérieure concernant la production industrielle de décembre, à +0,4%, contre +0,9% précédemment évalué. La production manufacturière, quant à elle, ressort stable en janvier, contre +0,2% de consensus. Le taux d'utilisation des capacités de production s'établit pour finir à 77,5%, précise la Fed. Le consensus était logé à 78%. Le taux d'utilisation des capacités atteignait 77,7% un mois plus tôt.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de février 2018 est ressorti à 25,8, contre 21 de consensus et 22,2 pour sa lecture antérieure.

L'indice d'activité manufacturière de la Fed de New York pour ce même mois de février (dit 'Empire State') est ressorti par contre inférieur aux attentes, à 13,1, contre 17,5 de consensus et 17,7 un mois avant.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont progressé de 7.000 la semaine passée à 230.000. Une évolution en ligne avec les attentes du marché.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2489$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 60,2$ et le Brent s'affiche à 63,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* Avenir Telecom rebondit de 47,2% après plusieurs séances consécutives de correction.

* Airbus bondit de 10,3%. L'Ebit et le bénéfice net 2017 dépassent les attentes sur une base ajustée. Une nouvelle charge de 1,3 MdE sur l'A400M vient assombrir le tableau, même si elle avait été largement anticipée, tandis que l'objectif de livrer 800 avions commerciaux cette année reste dépendant du respect par les motoristes de leurs engagements, ce qui ne semble pas évident au regard des nouveaux problèmes identifiés sur le PW1100G des A320neo. Par ailleurs, Alexandre de Juniac, ancien PDG d'Air France KLM et actuel président de l'IATA, serait en lice pour succéder à Tom Enders, selon 'Le Figaro'. Le dividende va être porté de 1,35 à 1,50 euro.

* Ipsen (+5,3%) a dépassé ses objectifs 2017. Le laboratoire espère poursuivre une forte dynamique de ses ventes cette année, qui devrait permettre aux marges de continuer à croître. Les bons chiffres confortent le bureau d'études Jefferies dans sa recommandation à l'achat et son objectif de cours de 135 euros. Même réaction chez Bryan Garnier, acheteur avec un objectif de cours de 136 euros. L'analyste se projette déjà sur la décennie suivante, en estimant qu'Ipsen va devoir préparer l'avenir, notamment l'arrivée de génériques de Somatuline, en convainquant le marché de son potentiel de développement et/ou d'acquisition.

* Schneider (+4,1%). Les résultats sont bien placés par rapport aux attentes. Le groupe a prévu d'accélérer cette année en profitant d'un contexte porteur. Les marges vont continuer à se redresser.

* Carrefour monte aussi de 3,2% pour sa deuxième séance consécutive de progression.

* Air Liquide (+2,4%) a publié des résultats légèrement supérieurs aux attentes en 2017. Le groupe se désendette plus vite que ce que prévoyait le marché, grâce à une génération élevée de liquidités. La croissance organique a légèrement accéléré en fin d'année.

* Capgemini (+2,3%) a bouclé son exercice 2017 sur des chiffres proches des attentes. La SSII a prévu une accélération cette année, aussi bien sur la croissance organique que sur les marges. Les entrées de commandes ont accéléré au 4ème trimestre.

* Plastic Omnium gagne 2,3%. En 2018, dans une production automobile mondiale attendue en légère progression d'environ 2%, Plastic Omnium vise une nouvelle amélioration de ses résultats. Sur la période 2017-2021, Plastic Omnium confirme ses perspectives financières telles qu'annoncées en décembre 2017, à savoir que les activités automobiles continueront à surperformer la production automobile mondiale d'environ 5 points par an, en moyenne sur la période, pour atteindre 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires économique en 2021 (dont 1,7 milliards d'euros de la part de ses JV). La marge opérationnelle du groupe est attendue en progression continue sur la période. Côté investissements, le groupe poursuivra son programme de 2,5 milliards d'euros sur la période 2017-2021 tout en dégageant plus d'1 milliard d'euros de free cash-flow.

VALEURS EN BAISSE

* Mercialys recule de 1,7%. La foncière compte proposer un dividende de 1,09 euro par action au titre de 2017, en hausse de +2,8% par rapport à 2016.

* Veolia cède 1,5%, au lendemain d'une progression de 2%. Même scénario pour Michelin sur le CAC40, qui perd 0,9% après une hausse de 1,2% hier.

* Engie (-0,7%) alors que son vaste programme de cession est peu ou prou bouclé, Engie est à nouveau à l'affût d'acquisitions. Et pas forcément de petites opérations "ciblées", selon la sémantique financière. Plutôt une bonne grosse acquisition "structurante", si l'on reste dans le vocabulaire boursier. Les informateurs de l'agence Reuters ont laissé entendre que le conseil examine régulièrement les possibilités de transaction d'envergure. Des rumeurs récentes ou plus anciennes ont circulé concernant le néerlandais Eneco ou l'allemand Innogy.

* L'Oréal (-0,3%). Nestlé a pris la décision de ne pas renouveler le pacte d'actionnaires avec la famille Bettencourt à son arrivée à échéance le 21 mars prochain, "afin de maintenir toutes les options ouvertes dans l'intérêt des actionnaires Nestlé". Le groupe suisse ajoute qu'il n'a pas l'intention d'augmenter sa participation dans l'Oréal et qu'il s'engage à poursuivre sa "relation constructive avec la famille Bettencourt".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU