Mi-séance Paris : de retour sur les 5.600 pts

Mi-séance Paris : de retour sur les 5.600 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 juillet 2019 à 12h00

LA TENDANCE

La hausse l'emporte finalement ce midi, avec un CAC40 qui grimpe de 0,40% de retour sur les 5.600 points, aidé par les publications d'entreprises, bien reçues chez Vivendi, Saint-Gobain EDF ou Suez... Mario Draghi a ouvert la voie hier à une refonte de son approche et de ses outils de politique monétaire en vue d'un nouvel assouplissement et a expliqué pour la première fois que son objectif d'une inflation légèrement inférieure à 2% ne constituait pas un "plafond"... Draghi a toutefois évoqué une absence de consensus au sein du Conseil en vue d'une accentuation de l'assouplissement monétaire... Ce qui a suscité quelques prises de bénéfices.
La publication de la première estimation de croissance du deuxième trimestre aux Etats-Unis, à la mi-journée, animera la séance tout à l'heure.

ECO ET DEVISES

Le moral des ménages a continué à s'améliorer en juillet en France. L'indicateur qui la synthétise, calculé par l'Insee, gagne 1 point. À 102, il est légèrement supérieur à sa moyenne de longue période (100) et au consensus (101), et retrouve son niveau de début 2018.
L'once de métal jaune s'échange à 1.416$. De son côté, la parité euro / dollar atteint 1,1140$. Le baril de Brent se négocie 63,70$.

VALEURS EN HAUSSE

Sopra Steria (+15%) a relevé son objectif de croissance annuelle et a confirmé ses autres objectifs pour l'exercice 2019. Il vise une croissance organique du chiffre d'affaires égale ou supérieure à 6% (antérieurement, "croissance organique comprise entre 4% et 6%"). Un taux de marge opérationnelle d'activité en légère amélioration. Un flux net de trésorerie disponible supérieur à 150 ME.

Teleperformance (+7%) : L'Ebit semestriel grimpe de 34% à 255 ME. Le résultat net part du groupe progresse de 18% à 145 ME, pour un résultat net dilué par action en hausse de 18,6% à 2,49 euros. Le cash flow net disponible augmente de 10,3% à 172 ME.

Spie grimpe de 7% après ses comptes suivi de SES (+5%)

Vivendi (+5%) a publié pour le premier semestre un chiffre d'affaires en vive progression de 13,6% à 7,35 milliards d'euros, pour un résultat opérationnel ajusté de 718 millions d'euros (+32,4% ou +27,6% pcc). Le résultat opérationnel s'élève à 645 millions d'euros, en augmentation de 31,2% par rapport au 1er semestre 2018. Le résultat net part du groupe semestriel se monte à 520 millions d'euros, contre 165 millions un an avant.

Saint-Gobain (+3%) : le résultat net courant (hors plus et moins-values, dépréciations d'actifs, provisions non récurrentes significatives et résultat Sika) ressort à 944 millions d'euros, en progression de +16,7%. Le résultat net part du Groupe se replie de -43,8% à 689 millions d'euros compte tenu du gain réalisé au premier semestre 2018 sur l'opération Sika (781 millions d'euros). Saint-Gobain confirme ses objectifs pour l'année 2019 et anticipe pour le second semestre une progression du résultat d'exploitation à structure et taux de change comparables par rapport au second semestre 2018.

EDF : +2% avec GTT, Suez, Vallourec, Neurones et TF1

VALEURS EN BAISSE

Bourbon, en redressement judiciaire, rechute de 20%

Imerys (-12%) se dit confiant ce jour concernant ses objectifs financiers à moyen terme annoncés lors de la journée investisseurs. Le groupe vient pourtant de boucler un premier semestre difficile, marqué par une chute de 41% de son bénéfice net part du groupe à 96 ME et des ventes en légère baisse de 2% à 2,263 MdsE (-1,5% en organique). Le résultat courant net semestriel a reculé également de 10% à 159 ME. Le résultat opérationnel courant est ressorti en repli de 14% à 245 ME, pour une marge de 10,8% en baisse de 150 points de base. Le groupe prévoit une baisse de 10% du résultat courant net sur l'ensemble de l'exercice. Du fait des conditions difficiles, Imerys donnera la priorité à la baisse des coûts et à la génération de trésorerie.

FNAC Darty (-7%) publie un chiffre d'affaires de 3,284,6 MdsE, en croissance de +2,6% en données comparables, portée par l'ensemble des zones géographiques et la croissance rapide du digital. Le groupe souligne la bonne maîtrise des coûts grâce à l'excellente exécution des plans de performance. Le Résultat opérationnel courant est de 42,2ME, avec un taux de marge brute solide à 30,4%, malgré l'impact technique des effets périmètre et du mix produits. Le Résultat net courant est à l'équilibre, hors éléments exceptionnels notamment liés aux opérations de financement.

Kering (-6%) : Le résultat net part du groupe décline en revanche de 75% à 580 millions d'euros. La variation par rapport à l'année précédente résulte, d'une part, de la charge d'impôt exceptionnelle liée à l'accord fiscal conclu en Italie le 9 mai 2019 et, d'autre part, de la comptabilisation au premier semestre 2018 de la plus-value nette de Puma de 1,177 MdE suite à la distribution du dividende en nature. Au premier semestre 2019, le résultat net part du groupe par action atteint 4,61 euros. Le résultat net part du groupe récurrent grimpe de 24,7% à 1,556 MdE.

Europcar (-5%) : a enregistré un bénéfice net de 1 million d'euros au deuxième trimestre 2019, par rapport à un bénéfice net de 18 millions d'euros au deuxième trimestre 2018. Cela s'explique principalement par une hausse des coûts de financement, suite au refinancement en avril 2019 d'une souche obligataire de 600 millions d'euros.

Michelin (-4%) affiche sur les 6 premiers mois de l'année 2019 des ventes de 11.781 millions d'euros, en hausse de 11 % par rapport à la même période de 2018. Les volumes sont en retrait (-0,9%) en raison principalement d'une forte baisse de la demande de pneumatiques à la Première monte Tourisme camionnette, mais également d'un ralentissement des marchés de Remplacement, aussi bien en Tourisme qu'en Poids lourd, alors que la forte croissance dans les activités minières est compensée par le retournement des marchés agricoles. Michelin
confirme sa guidance pour 2019 avec une croissance des volumes en ligne avec l'évolution mondiale des marchés, un résultat opérationnel des Secteurs supérieur à celui de 2018 hors effet de change, au-delà de la contribution additionnelle de Camso et Fenner estimée à 150 ME et la génération d'un cash-flow libre structurel supérieure à 1,45 milliard d'euros.

NRJ Group (-3%) voit le chiffre d'affaires consolidé atteindre 92,6 ME sur le S1, stable par rapport au premier semestre 2018. La progression des charges attendues sur l'exercice 2019 se concentrerait au 1er semestre, en raison notamment des investissements particulièrement soutenus dans les programmes radio et leur promotion en France comme à l'International et dans la poursuite du développement de towerCast. Le résultat net perd 65% à 3,7 ME contre 11,3 ME.

CGG (-1%) : le chiffre d'affaires ressort à 335 M$, le résultat opérationnel est de 52 M$ et le résultat net de -98 M$.

Renault (stable) : Le résultat d'exploitation du Groupe ressort à 1.521 millions d'euros contre 1.734 millions d'euros. Le résultat net s'élève à 1.048 millions d'euros (contre 2.040 millions d'euros), fortement pénalisé par le repli de la contribution de Nissan, en baisse de 826 millions d'euros. Le free cash-flow opérationnel de l'Automobile est négatif à hauteur de -716 millions d'euros au 30 juin 2019, principalement en raison de la hausse des investissements. Le Groupe Renault confirme ses objectifs pour l'année de marge opérationnelle du Groupe de l'ordre de 6% et d'un free cash-flow opérationnel de l'Automobile positif. Compte tenu de la dégradation de la demande, le Groupe prévoit désormais un chiffre d'affaires 2019 proche de l'an dernier (à taux de change et périmètre constants).

Carrefour (stable) a publié des résultats en hausse au premier semestre et voit son résultat opérationnel courant (ROC) progresser de 3,5% à taux de changes constants à 618 millions d'euros, sur des ventes en hausse de 3,5% en données comparables, à 38,8 milliards. Au final, les performances au Brésil et l'amélioration en France, où le résultat opérationnel signe sa première hausse depuis trois ans, ont porté le distributeur. La marge opérationnelle a augmenté de 6 points de base à 1,8% du chiffre d'affaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.