Mi-séance Paris : défiance sur le secteur bancaire

Mi-séance Paris : défiance sur le secteur bancaire©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 29 mai 2018 à 12h00

LA TENDANCE

La crise politique en Italie prend de l'ampleur et contamine désormais plus directement les marchés financiers en faisant renaître un risque important au sein de la zone euro. La bourse de Milan recule de près de 3% après avoir déjà abandonné -2,08% hier en clôture, la défiance des investisseurs se matérialisant dans les cours de sociétés italiennes et en particulier des bancaires, de nouveau malmenées par la hausse des taux d'intérêts. Le 10 ans italien est en effet passé ce matin nettement au-dessus de 3% alors qu'il se situait encore autour de 2,5% la semaine dernière. Paris suit la tendance avec une baisse de 1,5% pour le CAC40 à 5.426 points. Le CAC40 perdait ce matin jusqu'à 2,2% sous les 5.400 points. Il s'agit de la cinquième séance de baisse consécutive. Wall Street était fermé hier lundi 28 mai, pour le Memorial Day américain. Les cotations reprennent aujourd'hui aux Etats-Unis.

VALEURS EN HAUSSE

* Iliad progresse de 0,7% à 149,6 euros après avoir présenté ce matin le lancement de son offre commerciale en Italie.

* SES gagne 2,7% à 14,05 euros. Morgan Stanley a remonté son avis de "sous pondérer" à "en ligne" avec un cours cible ajusté de 13 à 15,50 euros.

* Seule hausse sur le CAC40, bien que non significative, Safran grappille 0,1% en bénéficiant de la nouvelle reculade de l'Euro face au dollar (1,162). Airbus limite aussi la casse.

VALEURS EN BAISSE

* Comme en Italie, le secteur bancaire est en première ligne. BNP Paribas abandonne 4,6% à 57,15 euros, la Société Générale cède 3,4% à 39 euros et le Crédit Agricole 4,5% à 11,88 euros. Les trois banques françaises alignent ainsi une sixième séance consécutive de repli alors que les crises politiques en Italie et en Espagne inquiètent de plus en plus les opérateurs. La crise politique italienne s'est aggravée au cours du week-end après que le président de la République, Sergio Mattarella, eut mis son veto à la nomination de l'économiste eurosceptique Paolo Savona à la tête du ministère de l'Economie. Les agences de notation prennent également la situation très au sérieux. Moody's a placé vendredi la note souveraine du pays sous surveillance avec implication négative.

* Autres valeurs exposées aux marchés financiers, Axa perd 3,5% à 21,5 euros et Amundi près de 5% à 64 euros.

* Total (-1,8% sous les 50 euros) et ses partenaires ont pris la décision d'investissement pour lancer le développement du projet Zinia 2 en offshore profond sur le bloc 17, situé à 150 kilomètres au large de l'Angola. La capacité de production de 40.000 barils par jour (b/j) de Zinia 2 permettra de soutenir celle du champ de Pazflor, démarré en 2011.

* ArcelorMittal perd 2% à 27,5 euros. La filiale sud-africaine d'Arcelor Mittal a cédé ses 50% dans la société de négoce et de transport Macsteel International Holdings à son partenaire de coentreprise Macsteel Holdings Luxembourg (MacHold) pour 220 millions de dollars.

* Elior (-2,3% à 14,56 euros) a publié un bénéfice net de 37 millions d'euros au premier semestre de son exercice décalé 2017-2018, en baisse de 36% sur un an et confirmé ses perspectives annuelles.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.