Mi-séance Paris : difficile d'aller plus haut

Mi-séance Paris : difficile d'aller plus haut©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 24 janvier 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 reste pour l'instant bloqué sur ses niveaux de la veille, autour de 5.535 points après avoir quand même atteint hier en séance un nouveau plus haut supérieur à 10 ans de 5.567 points. La séance est marquée par la poursuite du rebond de Carrefour. Alexandre Bombard semble en effet avoir convaincu avec son plan de relance 2022. A l'inverse, douche froide sur le secteur des services aux collectivités avec l'avertissement de Suez. Pétrole et parité Euro/Dollar continuent de progresser. Le baril WTI dépasse les 64 dollars et il faut 1,234 dollar pour obtenir 1 devise européenne.

VALEURS EN HAUSSE

* Carrefour gagne 2,3% à 19,5 euros et plus de 10% sur les 5 dernières séances. Alexandre Bompard n'aura pas droit à un chèque en blanc du marché pour la relance de l'enseigne, mais force est de constater, dans les commentaires des professionnels parus depuis hier soir, qu'il s'est très bien tiré d'un exercice de présentation fort difficile. S'il a réussi son examen de passage sur la forme, il n'y a qu'à lire les articles de la presse du jour, c'est aussi grâce à un fond savamment construit. Le plan de Carrefour semble bien équilibré dans toutes ses composantes : transformation, innovation, austérité, ligne directrice, calendrier... Très bien, notent ce matin les analystes, qui ont un peu tiqué hier sur l'absence d'éléments précis d'allocation des ressources et a fortiori de prévisions de résultats sur les premières années du plan.

* Sanofi gagne 1,6% à 72,3 euros. Bioverativ par Sanofi pour 11,6 milliards de dollars va consommer une grosse partie du matelas de sécurité dont disposait le laboratoire pour garantir son "AA-", qui en fait l'une des sociétés françaises les mieux notées par Fitch. L'agence, qui avait abaissé la perspective d'évolution de la note de "stable" à "négative" en décembre 2016, estime dans une étude parue hier soir que la capacité du groupe pharmaceutique à conserver sa notation crédit actuelle dépendra fortement de ses performances opérationnelles à court terme et de la politique de la direction en matière de rémunération des actionnaires et d'acquisitions. Le spécialiste souligne malgré tout que la transaction annoncée cette semaine est finalement plus modeste en taille que ce qu'il avait envisagé dans son enveloppe globale, et comprend deux traitements déjà en vente, ce qui réduit le risque. D'un point de vue fondamental, Fitch estime que le renfort de Bioverativ est légèrement positif pour le profil économique du groupe.

* Les pétrolières se laissent porter par la tendance du baril. Vallourec approche les 6 euros (+1,5%) et TechnipFMC dépasse les 28 euros (+0,8%).

* Total (+0,5% à 47,7 euros) poursuit ses investissements sur les gisements offshore des deux Amériques, en rachetant à Samson sa filiale Samson Offshore Anchor, qui possède 12,5% dans quatre blocs couvrant la découverte d'Anchor, l'une des plus récentes et des plus prometteuses du Golfe du Mexique, dans sa partie américaine. Le montant n'a pas été communiqué.

VALEURS EN BAISSE

* Suez chute de 16% à 11,78 euros après son avertissement sur les résultats 2017 provoqué par la situation particulière en Espagne et des coûts associés à la décision de mettre un terme à 2 contrats de services, au Maroc et en Inde, suite à des difficultés opérationnelles. Ces trois éléments ont coûté 45 ME à l'Ebit, qui se contractera de -2% sur l'année, alors qu'il aurait dû légèrement progresser. Les autres objectifs de Suez ont été confirmés.

Veolia, qui avait cherché à échapper à la purge en publiant dès hier soir un communiqué réitérant ses propres objectifs, se retrouve éclaboussé malgré tout : -3,6% à 20,6 euros.

* Quant à Engie, le principal actionnaire de Suez, il recule de -1,6% à 14,18 euros.

* Publicis recule de 1,4% à 56,5 euros. Le groupe dit faire l'objet d'une tentative de déstabilisation en raison de la diffusion à ses commissaires aux comptes et à certains analystes financiers d'un courrier anonyme qui affirme que la croissance organique de la société a été surévaluée en 2016 et 2017 par une application anticipée de la norme comptable IFRS 15. Le groupe conteste formellement ces accusations et a saisi l'AMF.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Mi-séance Paris : difficile d'aller plus haut
  • avatar
    Mdr -

    Ils brassent du vent déjà depuis des mois entre 5300 et 5550 ! A cette valorisation,il n'y a rien a espérer,les gérants de fonds attendent le signal.....Bonne journée.

  • avatar
    zandorff -

    Voyons si ces bonnes données boursières auront un impact positif sur l'emploi, puisque c'est l'objectif recherché

    avatar
    Tueur -

    ça vient, ça vient .......

    avatar
    Mdr -

    La semaine des 4 jeudi,pour certain le chômage est un équilibre économique et ils en tirent profit ! Le chômage est entretenu,il sert.....A bon entendeur.

  • avatar
    Tueur -

    Tomorrow, it's a next day ........
    Faut attendre l'intervention de la BCE demain jeudi ........