Mi-séance Paris : difficile d'aller plus haut pour le CAC40

Mi-séance Paris : difficile d'aller plus haut pour le CAC40
Deux traders inquiets sur le floor du NYSE à New York.

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 va-t-il parvenir à aligner une troisième séance de hausse après avoir gagné plus de 4% sur les deux précédentes. Le retour au-dessus des 4.500 points est encourageant mais la hausse s'est déjà essoufflée à Wall Street et le flux de publications trimestrielles ne cessent de rappeler les stigmates de la crise sanitaire et le manque de visibilité pour les prochains mois.

Le CAC40 pointe quand même en légère hausse en fin de matinée (+0,1% à 4.575 points), ce qui constitue un plus haut depuis le début de son rebond entamé à partir du 19 mars dernier. Il a même franchi hier brièvement les 4.600 points en séance, ce qui n'était plus arrivé depuis le 11 mars.

On attend en début d'après-midi la première estimation du PIB américain au premier trimestre. Il y aura par ailleurs les annonces de la Réserve fédérale américaine, avec la traditionnelle conférence de presse du président de l'institution, Jerome Powell. La BCE sera pour sa part attendue demain, alors que la question des dettes souveraines est plus que jamais posée. Fitch vient de dégrader la notation de la dette italienne qui passe de BBB à BBB-, assortie d'une perspective stable.

VALEURS EN HAUSSE

* Carrefour (+3% à 13,8 euros) a enregistré au premier trimestre un chiffre d'affaires de 19,44 milliards d'euros, en croissance de 3,3% à changes courants et de 7,5% à changes constants. Le groupe a également réitéré les orientations du plan stratégique Carrefour 2022 tout en confirmant l'ensemble de ses objectifs opérationnels et financiers, à savoir 4,2 MdsE de chiffre d'affaires e-commerce alimentaire en 2022, 4,8 MdsE de chiffre d'affaires en produits bio en 2022, et un plan d'économies sur 3 ans de 2,8 MdsE en année pleine à fin 2020. "Dans un trimestre très atypique, nos ventes ont été portées en janvier et février par le succès des initiatives stratégiques lancées depuis deux ans, puis ont connu une accélération notable en mars. Elles ont ainsi enregistré une croissance soutenue sur toute la période et dans toutes nos géographies", a souligné le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard.

* Tarkett (+6% à 9,07 euros) a annoncé un chiffre d'affaires de 610,7 ME au T1, en léger retrait de 2,2%. L'EBITDA ajusté publié est de 42,4 millions d'euros. La marge d'EBITDA ajusté est de 6,9%, stable par rapport au premier trimestre 2019 en dépit de la baisse du chiffre d'affaires.

Teleperformance (+8% à 206 euros) : le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2020 de s'est élevé à 1.352 ME, soit une progression de +6,2% à données comparables et de +6,4% à données publiées par rapport à la même période de l'année dernière.

* Verallia (+4% à 24 euros) a fait état d'une croissance de 1,9% du chiffre d'affaires en données publiées à 645 ME par rapport au T1 2019. La croissance organique est de 4% par rapport au T1 2019. L'EBITDA ajusté est de 151 ME, en hausse de 6,5% par rapport au T1 2019 et de +9,6% à taux de change et périmètre constants. Verallia constate une amélioration de la marge d'EBITDA ajusté à 23,5%, en hausse de 103 points de base par rapport au T1 2019.

* Elis bondit de 15% à 10,9 euros, portant ses gains à plus de 30% sur cinq séances. Le groupe a dévoilé hier soir un chiffre d'affaires trimestriel en retrait de 2,3% dont 1,8% en organique, à 759,2 millions d'euros, avec une baisse d'activité très marquée en Hôtellerie et plus contenue dans les autres secteurs. La société, qui n'est pas en mesure de communiquer de nouveaux objectifs pour l'année 2020 compte tenu de la situation sanitaire actuelle, affiche un bilan solide avec, à disposition, environ 1,1 milliard d'euros de liquidités, sous la forme des deux lignes de crédit renouvelable pour un montant non tiré de 800 ME et d'environ 300 ME de trésorerie. En outre, si le management s'attend à une baisse d'activité accentuée au deuxième trimestre par rapport au premier, le mois d'avril devrait marquer un point bas, avec le plein effet des mesures de confinement mises en place en Europe sur la deuxième quinzaine du mois de mars. De plus, le free cash-flow a été positif au mois de mars et sur les 3 premières semaines du mois d'avril. De quoi rassurer les investisseurs.

* Renault poursuit sa remontée de 3% à 18,75 euros.

* Erytech Pharma (+25%) a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé la désignation "Fast Track" à son candidat médicament eryaspase pour le développement d'un traitement de seconde ligne des patients atteints d'un cancer du pancréas métastatique.

VALEURS EN BAISSE

Dassault Systèmes cède 3% à 133 euros en fin de matinée. L'éditeur de logiciels fait notamment les frais d'une note de Baader Helvea qui a dégradé le titre à 'réduire', estimant le potentiel désormais limité par rapport à son objectif de 146 euros. L'analyse estime que la proportion de revenus récurrents est plus élevée que lors de la dernière récession, ce qui devrait rendre les révisions du consensus sur les bénéfices moins prononcées cette fois-ci. Et ce alors que l'entreprise fait preuve d'une belle résistance au premier trimestre.

* SEB (-3% à 114 euros) : les ventes du Groupe, pour le 1er trimestre 2020, se sont établies à 1.454 ME, en baisse de 15,6%, incluant un recul de 16,5% à taux de change et périmètre constants. Le Résultat Opérationnel d'Activité (ROPA) du 1er trimestre 2020 s'élève en nette baisse à 18 ME. ompte tenu de l'impact de la crise sur les performances du 1er trimestre, de l'ampleur de l'épidémie à date et de la prolongation de l'état de confinement dans de nombreux pays, Seb anticipe une détérioration de son activité au 2e trimestre. Celle-ci se matérialisera par une perte de chiffre d'affaires estimée à ce jour autour de 450 à 500 ME, qui devrait conduire à un ROPA négatif sur la période.

* M6 (-2% à 9,83 euros) affiche un chiffre d'affaires consolidé de 321,3 ME en baisse de -7,1%. Les recettes publicitaires plurimedia, qui incluent les revenus du pôle Jeunesse, intégré depuis septembre 2019, sont en repli de 9,2%, conséquence de l'arrêt brutal de la consommation des ménages depuis le début du confinement. Le résultat opérationnel courant (EBITA) consolidé atteint 45,6 ME, contre 64,2 ME au 1er trimestre 2019.

* Rémy Cointreau (-0,9% à 100,80 euros) a dévoilé un chiffre d'affaires annuel de 1,025 milliard de dollars, en repli de 9% et de 11,2% sur une base organique. Les marques du Groupe sont en repli modéré (-4%) dans un environnement sanitaire complexe, alors que les Marques Partenaires reculent de 68,5%, suite au désengagement volontaire de certains contrats de distribution en Europe et aux Etats-Unis. Les effets devises sont favorables à hauteur de 24,5 ME, soit 2,2% sur l'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.