Mi-séance Paris : en baisse limitée malgré l'avertissement d'Apple

Mi-séance Paris : en baisse limitée malgré l'avertissement d'Apple
Apple logo magasin

Boursier.com, publié le mardi 18 février 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Après une séance calme hier en l'absence de Wall Street fermée pour cause de "Journée des Présidents" aux Etats-Unis, le retour aux affaires est plus délicat ce mardi après un recul assez prononcé des indices asiatiques ce matin. A Paris, le CAC40 cède 0,3% autour de 6.065 points.

Le groupe Apple a averti hier soir qu'il n'atteindrait pas ses prévisions de résultats pour le trimestre clos à fin mars en raison de l'épidémie de coronavirus en Chine, qui affecte lourdement la fabrication de ses iPhones comme la demande pour ses produits. Les économistes continuent aussi de revoir leurs prévisions de croissance pour la Chine. Selon S&P Global Ratings, le PIB local devrait croître de 5% en 2020, contre 5,7% prévu avant l'épidémie.

Pourtant, la province du Hubei a fait état d'une baisse du nombre de nouveaux cas au titre de la journée de lundi, ainsi que du nombre de décès liés au covid-19. Le nombre de nouveaux cas en Chine continentale est redescendu sous la barre des 2.000 pour la première fois depuis janvier, selon les autorités locales. Le coronavirus Covid-19 a causé 98 morts et 1.886 infections supplémentaires lundi en Chine continentale, d'après les données de la Commission nationale de la santé. Le bilan de l'épidémie dans le pays ressort à 1.868 morts et 72.436 cas.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Carrefour gagne 2,2% à 16,1 euros, bien aidé par Goldman Sachs qui a rehaussé à l''achat' sa recommandation sur le distributeur en visant 20 euros contre 15,9 euros précédemment. La banque américaine affirme que Carrefour offre une croissance accélérée de ses bénéfices et une valorisation attrayante. Carrefour se négocie avec une décote conséquente par rapport au secteur et est presque le détaillant alimentaire le moins cher que le courtier couvre au niveau mondial au niveau du ratio VE/ventes. La croissance à deux chiffres des bénéfices en France en 2019 a marqué la première année complète de croissance des marges d'exploitation nationales depuis 2014. Après une croissance de l'Ebit de 7,5% en 2019, le courtier prévoit une amélioration d'environ 10% cette année.

* Engie est bien orienté, en hausse de 1,5% à 16,6 euros. L'actualité autour du groupe industriel énergétique, qui aligne une troisième séance de progression, est marquée par plusieurs notes d'analystes. Si AlphaValue a dégradé le dossier d''acheter' à 'accumuler' tout en ajustant sa cible de 19 à 19,1 euros, Exane BNP Paribas a confirmé son opinion 'surperformer' et sa cible de 18,5 euros, tout comme Bernstein qui vise 16,8 euros. Le marché est globalement très positif sur le dossier. Selon le consensus 'Bloomberg', 19 spécialistes sont en effet actuellement à l'achat, 5 à 'conserver' et aucun à la 'vente'. L'objectif à douze mois est fixé à 16,92 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Alstom rend 5% ce mardi à 47,75 euros, alors que le groupe a annoncé hier soir la signature d'un protocole d'accord avec Bombardier Inc. et la Caisse de dépôt et placement du Québec en vue de l'acquisition de Bombardier Transport. Les avis de brokers divergent suite à cette nouvelle, qui provoque une correction assez lourde. Deutsche Bank maintient tout de même sa recommandation à 'conserver' et rehausse à 48 euros son objectif. JP Morgan dégrade à 'neutre' et confirme son objectif de 47 euros. Oddo BHF affiche un cours-cible comparable et un avis d'achat. Kepler Cheuvreux dope son objectif de 41 à 54 euros, et conseille de 'conserver'. Exane BNP Paribas maintient enfin son avis à 'surperformance' et sa cible de 51 euros. Sur l'ensemble des spécialistes recensés par Bloomberg, 6 sont acheteurs, contre 10 à conserver et deux à la vente

* TechnipFMC cède 2,7% à 15,5 euros pendant que le baril de Brent recule de près de 2% à 56,7 dollars.

* Le début d'année très difficile du marché automobile européen n'arrange par les affaires des constructeurs tricolores. Renault qui poursuit sa chute en bourse, au plus bas depuis l'été 2012, encore en baisse de 4,3% ce mardi à 31,6 euros. * PSA Groupe cède 1,7% à 19,2 euros.

* Dans l'Union européenne, les ventes de voitures ont ainsi chuté de 7,5% en janvier à 956.779 unités, le repli étant particulièrement marqué sur les quatre principaux marchés du Vieux continent, France en tête (-13,4%). Il s'agit par ailleurs du plus mauvais mois de janvier depuis 2016. L'Association des constructeurs automobiles européens explique cette baisse par des changements majeurs de taxation annoncés par certains Etats membres pour 2020 ainsi que par l'affaiblissement de la conjoncture économique mondiale et l'incertitude causée par le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne. Renault (-16,3%) et PSA Groupe (-12,9%) ont particulièrement souffert en janvier.

* Technicolor perd encore plus de 10% à 0,4 euro. Le titre a perdu plus de 40% depuis l'annonce d'un projet d'augmentation de capital de 300 ME.

* CGG (-1,8%) a finalisé l'arrêt définitif de son activité d'acquisition de données sismiques terrestres après la fin du dernier contrat d'acquisition sismique terrestre en Tunisie. Cette annonce, qui intervient après la sortie récente des métiers d'acquisition marine et fond de mer, confirme la mise en oeuvre réussie de la stratégie de CGG de quitter le secteur de l'acquisition de données sismiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.