Mi-séance Paris : en légère hausse autour de 4.950 points

Mi-séance Paris : en légère hausse autour de 4.950 points
bourse

Boursier.com, publié le mardi 20 octobre 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Légère hausse du CAC40 ce mardi (+0,4%) autour de 4.950 points en milieu de journée. Suite aux dysfonctionnements techniques de la veille sur les places boursières européennes, Euronext a annoncé dans la soirée d'hier que les transactions réalisées sur toutes les classes d'actifs après 17h30 étaient purement et simplement annulées, à l'exception de celles sur les matières premières. Le cours de clôture du CAC40 a donc été fixé à 4.942,62 pts, en hausse de 0,14% et non en baisse comme initialement annoncé de 0,13%.

L'aggravation de la crise sanitaire et les incertitudes sur le plan de relance budgétaire aux Etats-Unis suscitent toujours immanquablement des inquiétudes pour la reprise économique mondiale qui se traduisent par un attentisme fort en bourse. Sur le front des résultats d'entreprises aux Etats-Unis, les analystes s'attendent à ce que le pire soit passé au 3ème trimestre, malgré la poursuite de l'épidémie de coronavirus. La chute des bénéfices devrait ainsi se poursuivre, mais à un rythme moins rapide que pendant le précédent trimestre, qui avait été laminé par la crise sanitaire.

VALEURS EN HAUSSE

* ALD s'adjuge près de 10% à 9,84 euros, dopé par des indications plutôt rassurantes sur son activité. La filiale de la Société Générale a en effet constaté une reprise plus rapide que prévu du marché des voitures d'occasion au troisième trimestre, ce qui a eu un impact favorable sur le résultat de sa propre activité. En conséquence, la société a l'intention de revoir à la hausse ses prévisions de résultat moyen par vente de voitures d'occasion pour l'année lorsqu'elle fournira des détails supplémentaires lors de son point trimestriel complet le 5 novembre prochain.

* La hausse d'ALD bénéficie à la Société Générale qui reprend 1,6% à 12,5 euros.

* Sartorius Stedim flambe de 14% à 325 euros alors que la société vient de dévoiler des résultats en forte hausse et de relever une nouvelle fois sa guidance annuelle. Sur les neuf mois clos fin septembre, le fournisseur majeur de l'industrie biopharmaceutique enregistre un EBITDA courant de 434,7 millions d'euros (+39,2%) pour un chiffre d'affaires en hausse de 29,2% (déclaré : 28,1%) à 1,38 MdE. La marge s'améliore ainsi de 29% à 31,5% en glissement annuel. Les économies d'échelle significatives ont joué le rôle le plus important pour cette augmentation considérable de la rentabilité pendant que la réduction des coûts dans certains domaines suite à la pandémie a contribué un effet supplémentaire. Au cours des neuf premiers mois de l'exercice 2020, les prises de commandes ont bondi de 43,9% (déclaré : +42,8%) à 1,64 MdE. Porté par cette bonne performance au cours des neuf premiers mois de l'exercice, Sartorius Stedim Biotech table désormais sur une croissance du chiffre d'affaires consolidé dans le haut de la fourchette prévue jusqu'à présent (entre 26% et 30%), voire légèrement supérieure.

* Unibail Rodamco Westfield (+0,4% à 42,6 euros) : Le Conseil de Surveillance s'est réuni lundi et a réitéré son soutien et son engagement unanimes au plan RESET présenté le 16 septembre, "comme seule réponse crédible pour assurer son avenir sur le long terme, dans un environnement où le monde de la distribution fait face à des défis sans précédent avec la crise du COVID-19". Pour protéger le groupe et ses actionnaires et préserver la valeur, le Conseil de Surveillance recommande à l'unanimité à tous les actionnaires de voter en faveur du plan 'RESET' et contre les résolutions proposées par les actionnaires frondeurs.

VALEURS EN BAISSE

* Rémy Cointreau perd 2,3% à 153,7 euros) malgré le relèvement de sa guidance semestrielle et une performance meilleure que prévu au deuxième trimestre. Le groupe de spiritueux a enregistré sur le trimestre clos fin septembre des revenus de 280,8 millions d'euros, en repli de 4% en données organiques, alors qu'ils avaient baissé de 33,2% au cours des trois mois précédents. Le consensus tablait sur un recul de 5,45%. Les ventes de cognac, principale source de revenus du groupe, ont vu leur repli limité à 2,5%. Le management anticipe désormais un résultat opérationnel courant semestriel en baisse organique de 25% à 30%, contre un retrait attendu de 35% à 40% précédemment.

* Total cède 0,9% à 28,1 euros. Les opérations se multiplient dans le pétrole de schiste américain. Hier, c'est ConocoPhillips qui a fait les gros titres en reprenant Concho, un spécialiste du pétrole de schiste du Bassin permien (bassin sédimentaire qui s'étend sur l'ouest du Texas et le sud-est du Nouveau-Mexique) pour 9,7 milliards de dollars. L'opération, également financée entièrement en titres, permettra à ConocoPhillips de devenir l'un des principaux exploitants du Bassin permien, coeur de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, de l'ouest du Texas au sud-est du Nouveau-Mexique, avec une production de 1,5 million de barils par jour. L'entité fusionnée disposera également d'environ 23 milliards de barils équivalent pétrole de ressources avec un seuil de rentabilité moyen inférieur à 30 dollars le baril. Une autre opération de taille pourrait rapidement suivre puisque, selon la presse américaine, Pioneer Natural Resources est en pourparlers pour reprendre Parsley Energy, un important producteur indépendant de pétrole dans le Bassin permien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.