Mi-séance Paris : encore de gros écarts liés aux publications de résultats

Mi-séance Paris : encore de gros écarts liés aux publications de résultats©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 février 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 oscille autour toujours autour des 5.300 points. Après deux séances hésitantes en légère hausse, c'est une légère baisse qui ramène le CAC40 à 5.294 points ce vendredi midi (-0,3%). Mais c'est encore du côté des publications annuelles qu'il faut chercher du mouvement avec notamment Saint-Gobain qui profite de ses résultats à l'inverse de Valeo. A noter que le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard, a déclaré hier que la banque centrale prendrait soin de ne pas relever ses taux trop vite, ce qui a contribué à éteindre le début d'incendie provoqué par la publication de minutes de la Fed faisant craindre un rythme de resserrement monétaire plus rapide que ne l'anticipaient les marchés.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Saint-Gobain gagne 2,2% à 45,09 euros. Le groupe a amélioré sa marge d'exploitation de 0,2 point à 7,4% en 2017, pour un bénéfice net en hausse de 20% à 1,57 MdE. Un dividende en légère hausse de 1,30 euro sera proposé. En 2018, l'objectif est de faire progresser le résultat d'exploitation. Oddo BHF évoque une publication rassurante tant sur la dynamique de volumes que de prix. Le broker réitère son conseil 'achat' et son objectif de 60 euros.

* Aéroports de Paris (+1,30% à 166 euros) : le nombre de passagers 2017 a atteint 101,5 millions. Le bénéfice annuel a progressé à 571 ME. La dynamique de trafic devrait continuer cette année, avec une hausse des résultats.

* Orange reste porté par sa publication de résultats en gagnant 1,2% à 14 euros, quatrième séance de légère hausse pour l'opérateur télécom.

VALEURS EN BAISSE

*Plus forte baisse du CAC40, Valeo chute de 9,5% à 55,8 euros. L'équipementier automobile a enregistré une légère érosion de sa marge opérationnelle, qui recule à 8% en 2017. Le bénéfice net ajusté progresse en revanche à 1 MdE. La croissance 2018 est attendue à 8%, avant le retour d'une hausse à deux chiffres en 2019 La marge opérationnelle devrait rester stable, en dépit de l'inflation sur les coûts des matières premières et des effets de change. Valeo est un dossier que tous les professionnels ont encensé ces dernières années : fer de lance du renouveau du secteur en France, sorti grandi de la crise financière qui a provoqué la banqueroute de plusieurs de ses rivaux, le groupe avait tout pour séduire. Plus récemment, son positionnement marqué sur les technologies de rupture dans l'automobile et son exposition accrue à l'électrification des véhicules lui ont valu de nouvelles louanges. Mais après 655% de hausse en dix ans pour l'action, les exigences du marché sont élevées.

* SES perd près de 10% à 11,6 euros. Les résultats annuels de l'opérateur satellitaire sont en souffrance, sans surprise. Comme le redoutaient certains, le groupe renonce à sa politique de dividende antérieure pour financer son redressement. Le coupon versé au titre de 2017 sera de 0,80 euro, contre 1,34 euro un an avant.

* CGG perd encore 5% à 1,47 euro. Les rachats de positons vendeuses intervenus ces derniers jours de la part de plusieurs fonds n'empêchent pas le titre de rester dans le rouge (-22% sur la semaine). Les dernières déclarations publiées par l'AMF montrent pourtant que le hedge fund américain GLG Partners a quasiment racheté sa grosse position " short " accumulée dernièrement, en profitant vraisemblablement de l'afflux de titres émis mercredi dans le cadre de l'augmentation de capital. GLG Partners ne détenait plus que 0,07% du capital de CGG en position vendeuse le 21 février contre 6,8% du capital le 19 février et jusqu'à 7,29% le 14 février. Dans le même sens, Ellipsis Asset Management, une filiale du groupe Exane, a intégralement racheté sa position vendeuse qui portait sur 1,58% du capital de CGG le 19 février. Autre position vendeuse ramenée à 0 en date du 21 février, celle de Melqart Asset Management.

* Technicolor poursuit sa chute de 3% sur les 2 euros après ses résultats et ses perspectives décevantes publiés hier.

* C'est le cas aussi d'Ingenico qui recule encore de 7% à 71,5 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.