Mi-séance Paris : février commence bien

Mi-séance Paris : février commence bien
salle de marché

Boursier.com, publié le jeudi 01 février 2018 à 12h00

LA TENDANCE

+3,19% en janvier, l'année boursière a bien débuté pour le CAC40. Et février commence aussi dans le vert puisque l'indice parisien progresse de 0,5% en fin de matinée, se positionnant 5.508 points. Le cap symbolique des 5.500 points est une nouvelle fois franchi et tout l'enjeu de la séance du jour sera de savoir si le CAC40 parviendra à se maintenir au-dessus... L'accélération des publications annuelles, provoque quelques arbitrages logiques avec le titre Dassault Systèmes recherché et Bic vendu. Wall Street a légèrement retrouvé mercredi le chemin de la hausse, après une chute de 1,5% à 2% des principaux indices sur les deux précédentes séances. La réunion de la Fed (la dernière présidée par Janet Yellen) s'est soldée, comme anticipé, par un statu quo sur les taux d'intérêts directeurs, même si la banque centrale américaine a laissé la porte ouverte à un nouveau resserrement monétaire en mars.

VALEURS EN HAUSSE

* Peugeot gagne 3,6% à 18,74 euros. Le marché automobile français a démarré 2018 du bon pied, puisque les immatriculations de véhicules neufs ont progressé de 2,49%, a fait savoir le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Cela correspond à 155.851 voitures particulières. Les professionnels s'attendent cette année à une progression du marché, quoiqu'à un rythme plus lent qu'au cours des trois années précédentes

* Dassault Systèmes (+6% à 98,5 euros) : le spécialiste des logiciels de conception a fortement accéléré au quatrième trimestre, ce qui lui a permis de dépasser ses objectifs 2017. Une analyse affinée des chiffres est nécessaire pour comprendre les raisons de cette inflexion positive, mais la publication paraît solide en première lecture. Les effets de change et l'intégration des acquisitions vont toutefois peser sur la marge en 2018, qui sera en léger retrait par rapport à celle de 2017.

* Orange (+0,6% à 14,63 euros) : TF1 et Orange ne sont pas parvenus à s'entendre sur la diffusion des programmes de la filiale de Bouygues. En conséquence, le groupe TF1 a annoncé ce matin que les accords de distribution cessent avec l'opérateur télécoms, avec effet immédiat. Un bras de fer s'engage.

* Nokia (+9% à 4,2 euros) : l'équipementier télécoms a clôturé un exercice 2017 plein de remous sur une performance contrastée. Le groupe délivre un discours assez confiant sur les déploiements 5G, sur lesquels il affirme clairement son leadership. En attendant qu'ils portent leurs fruits, le marché devrait baisser encore en 2018 et le renforcement des investissements dans la nouvelle technologie mobile va peser sur les marges cette année.

* Unibail-Rodamco (+0,2% à 207 euros) : la foncière aura finalement dépassé son objectif de bénéfice net récurrent par action en 2017, en dégageant 12,05 euros, soit un peu plus que la fourchette annoncée en février 2017 (11,80 à 12 euros). Ce résultat est en ligne avec les attentes du consensus. Un coupon de 10,80 euros est proposé aux actionnaires.

VALEURS EN BAISSE

* Bic chute de 9% à 83,8 euros. Un dividende de 3,45 euros par action est proposé en marge des résultats 2017. La société prévient que sa croissance organique sera de 1 à 3% cette année et que la marge brute sera grevée par la hausse du coût des matières premières. La marge d'exploitation normalisée va reculer entre 17 et 18%.

* Seule baisse significative sur le CAC40, Vivendi recule de 1% à 23,4 euros, victime d'une note d'analyste. HSBC a en effet dégradé la valeur d'"acheter" à "conserver" en maintenant son objectif de cours à 24 euros. Le consensus sur Vivendi a été révisé à la baisse, mais pas suffisamment selon HSBC, après l'avertissement lancé par le groupe sur son Ebita 2017 le 11 janvier dernier. Vivendi, qui doit publier ses résultats annuels le 15 février, avait alors dit prévoir une croissance organique de son Ebita annuel "de l'ordre de 20% à 25%" (hors intégration positive d'Havas), contre une prévision précédente "de l'ordre de 25%".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU