Mi-séance Paris : fin de semaine positive

Mi-séance Paris : fin de semaine positive©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 19 février 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 reprend du terrain, en hausse de 0,6% autour de 5.765 points en fin de matinée. Pour l'instant, la bourse de Paris progresse d'environ 1% sur la semaine alors que le point haut du CAC40 avait été atteint lundi en séance juste au-dessus des 5.800 points. Les principales publications du jour, Danone, Renault et Hermès, s'accompagnent encore de variations de cours prononcées.

Dans le sillage des places européennes, les futures pointent vers une ouverture dans le vert à Wall Street. Le marché américain a cédé aux prises de profits hier soir sur fond de déceptions sur les chiffres de l'emploi hebdomadaire et de brusque remontée des taux d'intérêts. Le rendement du T-Bond à 10 ans reste d'ailleurs proche de ses plus hauts d'un an en cette fin de semaine, autour des 1,30%, contre 0,9% fin 2020. Le marché obligataire anticipe un environnement plus inflationniste à mesure que l'économie se redressera, avec le soutien de la Fed et de Washington.

A ce sujet, Janet Yellen a déclaré qu'un important programme d'aide pour surmonter la crise liée au Covid-19 est toujours nécessaire pour une reprise économique complète aux États-Unis. La secrétaire au Trésor a ajouté qu'un plan de relance de 1.900 milliards de dollars pourrait aider le pays à retrouver le plein emploi d'ici un an.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Hermès gagne 5,4% à 985 euros après avoir dépassé pour la première fois les 1 .000 euros ce matin. Hermès a vu son activité s'accélérer au quatrième trimestre grâce à la vigueur de la demande en Asie, qui a plus que compensé le recul observé dans les autres régions, et notamment en France. Lors des trois derniers mois de 2020, son chiffre d'affaires a progressé de 15,6% à taux de changes constants, à 2,1 milliards d'euros, soit une nette accélération par rapport à la hausse de 7% observée au troisième trimestre. L'Asie hors Japon a vu ses ventes bondir de 47,4%, tirées par la Grande Chine, la Corée et l'Australie. Mais le chiffre d'affaires a reculé de 18,2% en France et de 9,7% dans l'ensemble de l'Europe, des régions touchées en fin d'année par de nouvelles mesures de restrictions sanitaires pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Sur l'ensemble de 2020, Hermès voit son chiffre d'affaires consolidé reculer de 6% à changes constants, à 6,39 milliards d'euros. La marge opérationnelle courante luxe ressort à 31% en 2020 contre 34% l'année précédente.

* Valeo (+0,2% à 31,6 euros) a publié ses résultats 2020 détaillés après avoir déjà annoncé ses comptes préliminaires à la mi-janvier. Le résultat net consolidé part du Groupe de l'exercice 2020 est une perte de -1.089 millions d'euros (-6,6 % du chiffre d'affaires). Ce résultat net est redevenu positif de 126 millions d'euros au deuxième semestre, soit 1,3% du chiffre d'affaires. Sur l'ensemble de l'année, la marge opérationnelle hors quote-part des résultats des sociétés mises en équivalence s'élève à -372 millions d'euros soit -2,3% du chiffre d'affaires. Le scenario de base retenu par Valeo pour l'année 2021, qui correspond à la borne haute de sa guidance, est une croissance de 10% de la production automobile mondiale. Ce scenario repose sur l'hypothèse que les pertes de production du 1er semestre résultant de la pénurie de composants électroniques seraient compensées au second semestre. Dans ce contexte, le groupe attend un chiffre d'affaires entre 17,6 et 18,2 milliards d'euros contre 16,2 milliards en 2020. L'EBITDA est prévu entre 2,25 et 2,45 milliards d'euros après 1,5 milliard d'euros en 2020.

* Danone (+3,7% à 57,7 euros) estime qu'un retour à la croissance de son activité interviendra audeuxième trimestre et anticipe un retour à une "croissance rentable" au second semestre... La marge opérationnelle courante en 2021 sera en ligne avec celle de 2020. "Nous reconnaissons pleinement que le cours de notre action en bourse est en-deçà de nos attentes et sommes heureux, à l'occasion de la publication de nos résultats annuels, de retrouver notre capacité à dialoguer ouvertement avec nos actionnaires", a commenté le PDG Emmanuel Faber cité dans un communiqué.

* Air France KLM reprend 1,7% à 4,86 euros. HSBC a relevé son objectif de cours de 2,5 à 4,25 euros ('réduire').

VALEURS EN BAISSE

* Renault chute de près de 5% à 37,9 euros après des pertes historiques en 2020. Malgré une seconde partie d'exercice mieux orientée, le constructeur a essuyé un déficit net record l'an passé à 8,05 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 21,7% à 43,5 milliards d'euros (-18,2% à taux de change comparables). La contribution des entreprises associées, longtemps une des recettes du succès passé de Renault, a pesé pour 5,14 milliards d'euros, reflet pour l'essentiel des pertes du partenaire japonais Nissan. Le consensus tablait sur une perte de 7,85 MdsE pour des revenus de 43,8 MdsE. Le Groupe confirme les objectifs 2023 communiqués dans le cadre du plan stratégique "Renaulution" : une marge opérationnelle Groupe supérieure à 3% d'ici 2023, un free cash-flow opérationnel de l'Automobile cumulé de 2021 à 2023 de l'ordre de 3 milliards d'euros, et des investissements et dépenses de R&D à environ 8% du chiffre d'affaires d'ici 2023. Lors de la conférence de présentation des comptes, Luca de Meo a indiqué avoir choisi de ne pas donner de prévisions pour 2021 en raison du manque de visibilité et du maintien des mesures de confinement dans plusieurs pays. Le dirigeant a précisé que le groupe avait encore beaucoup de pain sur la planche avant de redresser sa performance financière de manière durable. Il a précisé que Renault avait atteint ses objectifs européens d'émissions 'relativement confortablement'.

* Tarkett plonge de 15% à 13 euros alors que les comptes 2020, bien que pénalisés par la crise, sont ressortis supérieurs aux attentes des analystes. La prudence affichée par le management pour le nouvel exercice et le potentiel décalage d'un objectif de moyen terme semblent davantage retenir l'attention des investisseurs. Le groupe est parvenu à dégager un EBITDA ajusté 2020 de 277,9 ME, stable par rapport à 2019, et supérieur aux 249 ME anticipés par le consensus, alors que la marge d'EBITDA ajusté a atteint 10,6%, en hausse de 120 points de base grâce à des économies significatives et à des coûts d'achat moins élevés. La perte nette s'élève à -19,1 ME, incluant les dépréciations d'actifs du premier semestre, contre un profit de 39,6 ME en 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.