Mi-séance Paris : l'hémorragie diminue mais la volatilité reste extrême

Mi-séance Paris : l'hémorragie diminue mais la volatilité reste extrême
Deux traders inquiets sur le floor du NYSE à New York.

Boursier.com, publié le mardi 17 mars 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Toujours autant de volatilité en bourse de Paris. La séance avait bien commencé avec enfin un rebond. Le CAC40 a gagné jusqu'à 4% ce matin en se hissant au-dessus des 4.000 points avant de repiquer du nez pour ensuite perdre plus de 1,5% jusqu'à 3.759 points. En fin de matinée, une légère baisse persiste (-0,7% autour de 3.850 points).

Euronext a suspendu les ventes à découvert pour 24 heures ce mardi, ce qui a bien sûr alimenté la hausse initiale. Les Bourses de Milan et Madrid ont déjà prohibé la pratique sur des dizaines de titres vendredi dernier, après la séance catastrophique de jeudi qui a notamment vu Madrid s'effondrer de plus de 17%. Cette mesure pourrait être prolongée de même qu'une fermeture temporaire des marchés est évoquée parmi les scénarios envisageables en fonction de l'évolution de la situation. Tout cela est donc de nature à exacerber la volatilité.

"Nous sommes en guerre" a martelé Emmanuel Macron hier soir. Et la France entre donc en économie de guerre. Avec une enveloppe de 300 milliards d'euros de garanties pour les prêts aux entreprises affectées par les conséquences de l'épidémie de coronavirus. L'Etat ira jusqu'à payer les factures d'eau et d'électricité des entreprises... La France s'approche ainsi de l'enveloppe allemande de 550 MdsE. Mais évidemment, ce sauvetage ne remplacera ni l'effondrement de chiffre d'affaires, ni celui des bénéfices. Les investisseurs le savent bien... Et le Ministre de l'Economie et des Finances évoque une récession de -1% en 2020 pour la France.

La France est désormais en phase de confinement sur l'ensemble du territoire à compter de ce mardi à 12h00, pour 15 jours minimum. Comme le gouvernement l'a martelé, les déplacements sont interdits sauf dans les cas spécifiques liés par exemple aux achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés. Pour sortir de chez soi, il faut être muni d'une attestation de déplacement dérogatoire qui consiste à certifier sur l'honneur que son déplacement est lié aux motifs autorisés.

Côté boursier, après la séance rouge à deux chiffres à Wall Street, des voix s'élèvent pour résoudre le problème en débranchant les marchés, anesthésiant ainsi l'angoisse provoquée par les chutes continuelles. Donald Trump a affirmé que le marché boursier "s'en sortira tout seul", ce qui a encore accentué la chute des indices... "Le marché sera très solide dès que nous nous serons débarrassés du virus", a ajouté le président américain, prévoyant un "énorme rebond" de l'économie après l'épidémie.

VALEURS EN HAUSSE

* Iliad (+19% à 119 euros) a fait part d'une hausse de 9% du chiffre d'affaires Groupe, à 5,33 milliards d'euros avec donc un retour à la croissance du chiffre d'affaires France, grâce à la bonne performance du Mobile (chiffre d'affaires facturé aux abonnés en hausse de plus de 9%). Iliad souligne la multiplication par près de 3,5x en un an du chiffre d'affaires en Italie à 427 millions d'euros. L'amélioration de la rentabilité en France se traduit par un EBITDAaL en hausse de 5,5% à 1,9 milliard d'euros. L'EBITDAaL groupe est lui en baisse de 5,8% à 1,65 milliard d'euros suite aux pertes de démarrage en Italie. Le résultat net ressort à 1,73 milliard d'euros, en forte hausse par rapport à 2018 grâce aux bons résultats en France et la plus-value dégagée dans le cadre des opérations réalisées en France et en Italie avec Cellnex. Le bilan est solide avec un levier financier de 2,18x à fin d'année (dettes nettes de 3,6 milliards d'euros). Le dividende est annoncé à 2,60 euros par action.

* Les valeurs de la grande distribution se distinguent à nouveau avec la ruée sur les courses alimentaires. Carrefour gagne 7% à 13,8 euros, en tête du CAC40.

* Casino gagne aussi 10% à 34 euros.

* Technicolor reprend 10%, bien aidé par la suspension temporaire des ventes à découvert.

* AccorHotels reprend 5% à 25,3 euros. A 'surperformer' sur le dossier, Bernstein affirme que les points d'entrée à long terme sont désormais "très attrayants" sur le secteur. Le courtier note que les sociétés hôtelières 'asset light' telles que Hilton, Marriott, IHG et Accor ont des marges élevées, un potentiel d'économie de coûts important et seront donc résilientes dans le contexte actuel.

* Total (+1%) a annoncé la découverte "encourageante" d'un nouveau gisement de gaz sur le prospect Isabella 30/12d-11 de la licence P1820, situé en mer du Nord britannique, à environ 40 kilomètres au sud du champ d'Elgin-Franklin et à 170 kilomètres à l'est d'Aberdeen.

* Renault reprend 5%. Après avoir annoncé hier l'arrêt, jusqu'à nouvel ordre, de ses activités de production sur ses sites industriels en France, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire, le constructeur a également décidé d'arrêter son activité industrielle en Espagne à la suite de la mise en place de l'état d'urgence par le gouvernement espagnol. Cette décision a été communiquée hier aux syndicats. Le groupe au losange prévoit que l'activité commerciale sera réactivée rapidement après la crise, et qu'une fois celle-ci terminée, des mesures appropriées seront mises en oeuvre, "permettant de faire le nécessaire pour répondre à l'importante demande commerciale prévue".

VALEURS EN BAISSE

* Airbus (-5,5% à 65 euros) met ses usines françaises et espagnoles à l'arrêt. Le géant aéronautique explique continuer de suivre de près l'évolution du virus COVID-19 dans le monde et évalue en permanence la situation, l'impact sur les employés, les clients, les fournisseurs et l'entreprise.

* DBV Technologies (-44% à 5,5 euros ) a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avait informé cette dernière que, lors de l'examen de sa demande de licence de produit biologique (BLA) pour le médicament expérimental Viaskin Peanut, elle avait identifié des interrogations concernant l'efficacité, et notamment l'impact de l'adhésion locale du patch. Par conséquent, la réunion du Comité consultatif sur les produits allergènes (APAC) visant à examiner le BLA n'aura plus lieu comme précédemment prévue le 15 mai 2020.

* Hexaom (-6%) a publié des résultats 2019 en retrait mais vise une croissance organique à deux chiffres de sa production en 2020 pour l'activité de construction de maisons.

* CapGemini décroche de 10% à 56 euros, le secteur des services numériques étant fortement rattrapé par la crise avec le spectre d'un gel des investissements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.