Mi-séance Paris : l'heure de la correction a sonné !

Mi-séance Paris : l'heure de la correction a sonné !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 avril 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

C'est l'heure de la correction pour la bourse de Paris. Après une série de 5 séances positives pour le CAC40 et un niveau de 6.300 points brièvement dépassé hier pour la première fois depuis plus de 20 ans, l'indice parisien cède 1,3% ce mardi midi, de retour à 6.215 points. Les publications trimestrielles du jour sont mal accueillies avec Atos et Danone parmi les plus fortes baisses du CAC40.

La Bourse de New York a démarré la semaine en baisse, les investisseurs prenant quelques bénéfices après les records de vendredi sur le DJIA et le S&P 500.

En France, alors que les restrictions sanitaires renforcées doivent se terminer le 3 mai, avec notamment la réouverture progressive des écoles et la fin des limitations de déplacements, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est dit ce mardi favorable à un déconfinement territorialisé dans le cadre de l'assouplissement des mesures imposées pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Le ministre a noté une décroissance de l'épidémie depuis cinq jours, avec moins de nouveaux cas de contamination quotidiens. Mais cette diminution reste jugée fragile.

VALEURS EN HAUSSE

* Navya (+7% à 2,8 euros) et REE Automotive annoncent la signature d'un accord pour le développement d'un système autonome de niveau 4 intégrant la technologie REEcorner et les solutions de conduite autonome de Navya. Développé par REE et piloté par Navya, ce système autonome de niveau 4 nouvelle génération, développé conjointement, sera conçu comme une solution de mobilité autonome de pointe conforme aux plus hauts standards, avec des avantages concurrentiels clés en matière de qualité, de coût et de performance. REE apporte sa technologie automobile REEcorner intégrant les composants critiques du véhicule (direction, freinage, suspension, transmission et contrôle) dans le passage de roue.

* Erytech Pharma (+1,3%) a annoncé le lancement du processus de demande d'autorisation de mise sur le marché auprès de la FDA américaine pour son produit phare, eryaspase, chez les patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique qui ont développé des réactions d'hypersensibilité à la PEG-asparaginase, sur la base des résultats positifs de l'étude clinique de phase 2 conduite par NOPHO.

* MedinCell (+2% à 11,2 euros) a confirmé des résultats positifs de son étude d'innocuité de l'ivermectine en administration continue dans le cadre de son programme mdc-TTG dans le traitement de la Covid-19. Aucun effet indésirable n'a été observé avec les trois doses d'ivermectine testées allant jusqu'à 100 microgrammes/kg. MedinCell développe plusieurs formulations injectables à action prolongée d'ivermectine, la plus avancée vise à prévenir de l'infection par la Covid-19 et de ses mutants pendant plusieurs mois.

* Faurecia reprend 3% à 48,1 euros. Plusieurs analystes ont confirmé leur avis positif sur l'équipementier automobile ce matin à l'image de la SocGen qui a revalorisé le dossier de 51 à 56 euros tout en maintenant son avis 'achat'. A l''achat' sur la valeur, Oddo BHF explique que Faurecia a publié une activité trimestrielle très solide (+12% en organique) dans le contexte particulier du début d'année, marqué à la fois par les problématiques liées aux semiconducteurs et par un mix géographique défavorable aux équipementiers européens (impact négatif de 900 pb chez Faurecia). À la suite de cela, le management a, sans surprise, indiqué qu'il visait une accélération dès le T2 (bases de comparaison, démarrages de contrats) et confirmé l'ensemble de ses objectifs annuels (consensus en ligne).

* Aucune hausse significative sur les valeurs du CAC40.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, Atos perd 6,6% à 57 euros, les investisseurs sanctionnant des revenus un peu courts par rapport aux attentes. Sur les trois premiers mois de l'année, le leader international de la transformation digitale a enregistré un chiffre d'affaires de 2,69 milliards d'euros, en repli de 1,9% à taux de change constants et de -3,9% en organique, là où le consensus était positionné à -2,5%. Les prises de commandes ont atteint 2,56 MdsE, soit un ratio prise de commandes sur chiffre d'affaires de 96%, comparé à 101% (à taux de change constants) au cours de la même période l'an dernier.Le groupe, qui a également annoncé ce matin 3 acquisitions ciblées, a confirmé viser cette année un chiffre d'affaires en hausse de 3,5 à 4% à taux de change constants ; un taux de marge opérationnelle en amélioration de +40 à +80 points de base par rapport à 2020 et un flux de trésorerie disponible de 550 à 600 millions d'euros.

* Bénéficiant de son programme d'économies de coûts, M6 (-1,4%) est parvenu à améliorer son résultat opérationnel courant au premier trimestre malgré une activité globalement stable. L'Ebita consolidé a ainsi atteint 64,3 millions d'euros, contre 45,6 ME au 1er trimestre 2020, pour un chiffre d'affaires consolidé stable, hors effets périmètre liés aux déconsolidations de Home Shopping Service (-16,6 ME) et iGraal (-8,8 ME) à 296,6 ME. En publié, les revenus reculent de 7,7%. M6 a dégagé un niveau record de marge opérationnelle (21,7% contre 14,2% en 2020 et 18,6% en 2019 - plus haut niveau depuis 16 ans). L'Assemblée Générale Mixte convoquée ce jour sera notamment amenée à approuver le versement d'un dividende par action de 1,50 euro au titre de l'exercice 2020, offrant ainsi un rendement de 11,3%, calculé sur le dernier cours de bourse de l'année 2020.

* Crédit Agricole (-1,7%) a rehaussé son offre sur Creval mais le Conseil de la banque transalpine juge cette nouvelle proposition toujours insuffisante.

* Danone (-2,5% à 58,8 euros) a fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 5,7 milliards d'euros au premier trimestre, en retrait de 3,3%, en données comparables, soit un recul de -3,7% en volume et une hausse de +0,3% en valeur. En données publiées, le chiffre d'affaires diminue de -9,4%, essentiellement en raison d'effets de change négatifs (-7,0%) dus à la dépréciation de plusieurs devises face à l'euro, notamment aux États-Unis, en Amérique Latine, en Indonésie, en Turquie et en Russie. Le chiffre d'affaires publié présente également un effet périmètre légèrement favorable (+0,4%), ainsi qu'une contribution organique de +0,4% de pays en hyperinflation tels que l'Argentine. Le consensus fourni par la société tablait sur des revenus de 5,59 MdsE. Danone prévoit un retour de la croissance en données comparables dès le deuxième trimestre, ainsi qu'un retour à la croissance rentable dès le second semestre. La marge opérationnelle courante 2021 est attendue globalement en ligne avec celle de 2020.

* Quantum Genomics décroche de 12% sous les 4 euros. Le groupe a annoncé la fin de la collaboration relative au développement et à la commercialisation du firibastat en Chine avec le laboratoire chinois Qilu Pharmaceutical. Dans le cadre de leur collaboration, Quantum Genomics et Qilu Pharmaceutical "ne sont pas parvenus à aligner leurs positions sur le développement du firibastat". En conséquence, Quantum Genomics retrouve les droits pour le marché chinois et reprend les discussions qui étaient engagées avec des laboratoires internationaux pour ce marché.

* Mercialys perd 5% à 10 euros, au lendemain de sa publication trimestrielle, et alors que Kepler Cheuvreux vient d'abaisser sa recommandation sur le dossier à 'conserver'. L'activité s'est établie en baisse au premier trimestre 2021, avec un taux de croissance organique qui ressort à -6,0%, dont un effet positif de +0,5% au titre de l'indexation, plus que compensé par un impact cumulé des effets de la crise sanitaire de -6,5% portant sur la baisse des loyers du Commerce Éphémère, des loyers variables, des impacts embarqués, pour les périodes de fermeture, du soutien aux locataires accordé en 2020 et du report des actions de commercialisation ou de leurs effets dans un contexte de fermeture renouvelée des sites. Les loyers facturés s'établissent à 42 ME, en baisse de -9,8% par rapport au premier trimestre 2020 après prise en compte des effets de périmètre portant notamment sur les cessions d'actifs réalisées en décembre 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.