Mi-séance Paris : le CAC 40 préserve les 5.400 points

Mi-séance Paris : le CAC 40 préserve les 5.400 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 20 juillet 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC 40 se stabilise à la mi-journée autour de 5.420 points après avoir brièvement reculé sous les 5.400 points en début de journée. La séance du jour est marquée par une première vague de publications d'entreprises qui vont s'accélérer la semaine prochaine. Des comptes diversement accueillis par les opérateurs. Boiron, Faurecia ou Plastic Omnium sont par exemple chahutés alors que Thalès, Remy Cointreau ou encore Aubay se distinguent. Dans un billet publié sur son site, la Banque de France cherche à évaluer les conséquences d'une guerre commerciale sur l'économie mondiale. Selon quatre de ses économistes, un relèvement généralisé de 10 points de pourcentage des droits de douane à l'importation pourrait réduire le PIB mondial de 1% après deux ans. Outre le choc direct résultant d'une hausse des droits de douane, plusieurs facteurs associés à une guerre commerciale peuvent accentuer la baisse du PIB mondial. Considérant ces facteurs d'amplification, les auteurs de cette étude estiment qu'une hausse généralisée et mondiale de 10 pp des droits de douane pourrait entraîner une réduction de 1,5% à 2,0% environ du PIB mondial la première année et de 2,2% à 2,9% la deuxième année, selon l'importance de la hausse de l'incertitude.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, Publicis rebondit de 2% à 54,2 euros après sa chute de la veille consécutive à une publication décevante. Le titre abandonne quand même près de 11% sur la semaine.

* Aubay grimpe de 4,5% à 40,4 euros. Le groupe a confirmé "sa très forte confiance" dans l'atteinte de ses objectifs pour 2018,après avoir enregistré une croissance de 18,2% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre.

* Thales (+1,2% à 114,6 euros) a réalisé un premier semestre record et confirme ses objectifs annuels. L'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité a enregistré sur les six premiers mois de l'année un bénéfice net ajusté en hausse de 39% à 539 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 7,45 milliards d'euros, en hausse de 4,7% (+6,9% en variation organique). L'Ebit bondit de 30% à 762 ME (+33% en variation organique) alors que la marge opérationnelle gagne 2 points, à 10,2%, un record à fin juin pour un groupe marqué par une saisonnalité de son activité plus favorable à la seconde moitié de l'année.

* Rémy Cointreau (+2% à 118 euros) a fait état d'une légère croissance en début d'exercice avec un chiffre d'affaires de 241,5 millions d'euros sur son 1er trimestre 2018-2019, en hausse de 0,5%. Celle-ci se décompose en une progression organique (à devises et périmètre constants) de 5,9% (contre 4,5% attendu par le marché) et des effets devises défavorables. Le consensus tablait sur des revenus de 242,5 ME. Fort de ce bon début d'année, Rémy Cointreau confirme son objectif d'une croissance de son résultat opérationnel courant annuel, à devises et périmètre constants.

* Airbus pointe en légère hausse (+0,1% à 107,2 euros). Au lendemain de la clôture du Salon de Farnborough, Citigroup est passé à l''achat' sur la valeur en visant 134 euros par titre. Le broker évoque les impacts positifs de la tarification et des mouvements de change plus favorables.

* Hermès (+0,2% à 543 euros) a fait à nouveau état d'une solide croissance. Au deuxième trimestre, le sellier a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,46 milliard d'euros, en hausse de 7% à taux de change courants et de 12% à taux de change constants. Le consensus Bloomberg anticipait des ventes de 1,44 MdE. Sur l'ensemble du semestre, les revenus ressortent à 2,85 MdsE, en progression de 11% à taux de change constants et de 5% à taux de change courants. La progression des ventes est solide et particulièrement saine dans les magasins du groupe (+11% à taux de change constants). La société souligne que la rentabilité opérationnelle courante à fin juin (hors éléments non récurrents) bénéficie d'une croissance particulièrement saine et de l'impact relutif du change sur la première partie de l'année. Celle-ci devrait être proche du niveau record atteint au premier semestre 2017 de 11% à taux de change constants et de 5% à taux de change courants. La société souligne que la rentabilité opérationnelle courante à fin juin (hors éléments non récurrents) bénéficie d'une croissance particulièrement saine et de l'impact relutif du change sur la première partie de l'année. Celle-ci devrait être proche du niveau record atteint au premier semestre 2017.

VALEURS EN BAISSE

* Faurecia perd 6,4% à 59,2 euros. Les chiffres de bonne facture délivrés par le groupe sur le premier semestre et le rehaussement concomitant des objectifs annuels semblent peser bien peu aux yeux des investisseurs, qui attendaient légèrement mieux. "Malgré son relèvement, la guidance du groupe reste inférieure aux projections du consensus", souligne un observateur. Un autre élément susceptible d'éclairer cet accès de faiblesse est à chercher du côté des interrogations concernant les conséquences de la guerre commerciale entre Washington et ses partenaires, alors que le secteur automobile apparaît particulièrement vulnérable à l'escalade des tensions.

* Boiron recule de 3,9% à 70 euros. Le groupe a vu son activité reculer au deuxième trimestre. Compte tenu de ce ralentissement, le résultat opérationnel du premier semestre 2018 devrait être inférieur à celui de 2017. En conséquence et dans l'éventualité d'une faible pathologie en fin d'année, "le résultat opérationnel 2018 pourrait être en recul par rapport à celui de 2017".

* Plastic Omnium (-2,8% à 37 euros). L'équipementier automobile est victime de prises de bénéfices après la confirmation de ses objectifs annuels. Il continue de croître plus vite que le marché automobile mondial et d'améliorer sa rentabilité. Au premier semestre 2018, le chiffre d'affaires économique de la compagnie s'établit à 3,82 MdsE. A périmètre et changes constants, la croissance s'établit à 4,8% dans une production automobile mondiale en hausse de 1,8%, soit une surperformance de 3 points.

* L'ensemble du secteur automobile recule avec Valeo et PSA Groupe en replis de 1,6%. Valeo publiera ses résultats semestriels mercredi prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.