Mi-séance Paris : le CAC retombe sur les 5.400 pts

Mi-séance Paris : le CAC retombe sur les 5.400 pts
Un trader fatigué sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 12h00

La fin de semaine s'avère compliquée sur les marchés boursiers et notamment sur la place parisienne. L'indice phare CAC 40 perd ainsi 1,26% à 5.441 pts, sous pression en attendant une ouverture lourdement négative de Wall Street. La cote américaine est attendue en forte baisse avant bourse ce vendredi, après son léger sursaut de la veille (+0,99% sur le DJIA et +0,5% sur le Nasdaq). Le DJIA cède 0,9% et le S&P 500 1,1% en pré-séance, alors que le Nasdaq abandonne 1,5%. Le baril de brut WTI grappille 0,3% à 52,5$ sur le Nymex. L'once d'or avance de 0,9% et l'argent de 4,4%. L'indice dollar prend 0,2% face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro demeure pourtant assez stable face au billet vert. Le Bitcoin bondit de 16% sur les 36.000$ sur Bitfinex, après le changement de 'bio' d'Elon Musk sur Twitter à l'effigie de la reine des cryptomonnaies...

Les marchés sont nerveux, alors que les débats se poursuivent au sujet de l'incroyable phénomène des Wallstreetbets. Ainsi, des centaines de milliers d'actionnaires particuliers américains se sont regroupés sur des réseaux sociaux afin de faire décoller les valeurs les plus vendues à découvert de la cote et 'squeezer' ainsi les hedge fund jouant la baisse. Hier, ces valeurs étaient globalement retombées suite aux restrictions à l'achat de nombreux courtiers. Ce vendredi, la tendance s'inverse, alors que les autorités américaines vont se pencher sur le sujet. La plateforme Robinhood sur laquelle se négociaient bon nombre de transactions des petits porteurs américains a dû faire une mise au point et a bénéficié d'une injection de fonds d'un milliard de dollars selon le New York Times, face au très haut volume de trading des derniers jours. L'application de trading sans commission fait déjà l'objet de plusieurs actions collectives de petits porteurs, après avoir restreint les achats des valeurs les plus spéculatives du moment, en particulier GameStop et AMC. Plus généralement, les marchés craignent que cette histoire ne dégénère si un fonds venait à faillir face à l'enthousiasme débordant des nouveaux boursicoteurs acheteurs.

Sur le front économique ce vendredi à Wall Street, l'indice du coût de l'emploi pour le quatrième trimestre sera communiqué à 14h30 (consensus +0,5% en comparaison du trimestre antérieur et +2,4% sur un an). Les revenus et dépenses des ménages US pour décembre sont attendus à la même heure (consensus +0,1% pour les revenus, -0,5% pour les dépenses personnelles de consommation, +0,1% pour l'indice ajusté des prix 'core PCE' par rapport à novembre). L'indice manufacturier PMI de Chicago sera connu à 15h45 (consensus 58,5). L'indice final du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour janvier sera publié à 16 heures (consensus 79,2). L'indice des promesses de ventes de logements aux USA pour décembre mesuré par la National Association of Home Builders sera révélé à la même heure (consensus -0,3%).

Ailleurs dans le monde, les chiffres japonais sont contrastés, avec une chute de 9% des mises en chantier de logements, mais un indice de confiance un peu supérieur aux attentes. En France, le PIB flash du quatrième trimestre a affiché une baisse limitée à 1,3%. L'économie française a davantage résisté que prévu en fin d'année, grâce principalement au bond des dépenses de consommation des ménages pendant la période des fêtes. Le PIB espagnol a quant à lui progressé de 0,4% en lecture flash, alors qu'il était attendu en retrait. Les chiffres allemands de l'emploi sont ressorties meilleurs que prévu, alors que le PIB des trois derniers mois de 2020 a progressé de 0,1% par rapport aux trois précédents - contre un consensus stable.

Concernant la crise sanitaire cette fois, la bonne nouvelle provient du laboratoire Novavax, qui fait état de résultats concluants de son candidat vaccin, y compris contre le variant britannique. Ce vaccin ne serait pas de trop, alors que selon les derniers données de l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de la pandémie se chiffre désormais à 101,5 millions, dont près de 26 millions aux Etats-Unis, pays le plus touché, 10,7 millions en Inde et plus de 9 millions au Brésil. Le virus a fait 2,19 millions de morts dans le monde depuis son apparition, dont 433.195 aux USA.

Côté macroéconomie, en France, on a pris connaissance d'un PIB national qui a chuté de 8,3% en 2020 et de 1,3% au quatrième trimestre. Et les perspectives concernant le 1er trimestre 2021 ne s'annoncent pas idylliques puisque le Président de la République doit annoncer, dimanche ou lundi, un probable nouveau reconfinement. Le tout alors que la polémique sur la pénurie de vaccins contre le Covid-19 a débuté. Les perspectives de rebond de l'économie en 2021 se voient entravées...

WALL STREET

Après avoir subi mercredi, sa pire séance depuis fin octobre, la Bourse de New York a rebondi jeudi même si les gains ont en partie fondu en fin de séance. Les marchés ont réagi diversement aux résultats meilleurs que prévu pour Apple et Facebook, mais un peu décevants pour Tesla et McDonald's. La spéculation est un peu retombée autour des valeurs ciblées par les vendeurs à découvert, GameStop rechutant de 44% et AMC Entertainment perdant 56%! Les investisseurs ont en outre soupesé les commentaires prudents de Jerome Powell, le patron de la Fed, mercredi soir, sur la reprise économique, ainsi que l'annonce d'un rebond moins important que prévu de la croissance aux Etats-Unis au 4e trimestre, sur fond de résurgence du coronavirus. A la clôture, le Dow Jones a regagné 0,99% à 30.603 points (après -2,05% mercredi), alors que l'indice large S&P 500 a repris 0,98% à 3.787 pts (-2,57% mercredi), et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, rebondit de 0,5% à 13.337 pts (-2,6% mercredi) malgré un gain de 1,5% en séance.

VALEURS EN HAUSSE

Kaufman et Broad (+6,8%). Le résultat opérationnel courant s'établit à 80,1 ME (143,4 ME en 2019). Le taux d'EBIT s'élève à 6,9% (9,7% en 2019). Le résultat net de l'ensemble consolidé s'élève à 56,5ME sur l'ensemble de l'année (95,5 ME en 2019). Les participations ne donnant pas le contrôle s'élèvent à 16,4 ME (17,6 ME en 2019). Le résultat net - part du groupe ressort à 40,1 ME (77,9 ME en 2019).

M6 (+5,3%) grimpe sur des rumeurs d'évolution du tour de table. Reuters, qui cite des sources proches des discussions, affirme que le géant allemand des médias Bertelsmann aurait approché plusieurs candidats potentiels en vue de céder sa participation de contrôle dans le Groupe M6. L'agencé évoque notamment les noms de Vivendi et d'Altice Europe. TF1 et le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky auraient également été approchés. Bertelsmann, qui espèrerait conclure un accord d'une valeur potentielle d'environ 3 milliards d'euros, n'a pas encore engagé de banques pour un processus de vente formel et les pourparlers en sont encore à un stade préliminaire, précise l'agence.

Wavestone (+1,3%). Au 3ème trimestre de son exercice 2020/21, Wavestone a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 111,8 ME, supérieur à l'estimation formulée début décembre et quasi-stable par rapport au 3ème trimestre 2019/20 à -1%. L'activité du 3ème trimestre au-delà des attentes et la bonne orientation du début d'année 2021 conduisent Wavestone à relever son objectif de chiffre d'affaires annuel, désormais attendu aux alentours de 410 ME contre plus de 400 ME précédemment.

Mersen (+2%) annonce un chiffre d'affaires consolidé pour l'année 2020 de 847 millions d'euros, en retrait organique de 11,4% (vs -12 à -14% attendu).

JCDecaux (+3,2%). Le chiffre d'affaires ajusté pour l'année 2020 est en baisse de -40,6% à 2.311,8 ME, comparé à 3.890,2 ME en 2019. Le chiffre d'affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d'entretien de mobilier urbain et de supports publicitaires, est en baisse de -39,5% en 2020. Le chiffre d'affaires ajusté pour le quatrième trimestre 2020 est en baisse de -38% à 695,1 ME, comparé à 1.122 ME au quatrième trimestre 2019. En excluant l'impact négatif lié à la variation des taux de change et l'effet négatif des variations de périmètre, le chiffre d'affaires ajusté est en baisse de -33,9%.

Manitou (+2,2%). Au 4e trimestre 2020, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 432 millions d'euros, en repli de -13% par rapport au 4e trimestre 2019 (494 ME). Pour l'ensemble de l'année 2020, Manitou enregistre un chiffre d'affaires de 1,585 milliard d'euros. Il recule de -24 % par rapport à 2019 (2,094 MdsE).

Elis (+1,8%) fait état d'un chiffre d'affaires 2020 affecté par la pandémie, en baisse de 14,5% à 2,806 MdsE, dont -13,3% en organique, après un recul organique de 13,3% également pour le quatrième trimestre.

Valneva gagne encore 8%. Le groupe a initié la production de son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre le nouveau coronavirus, en parallèle des études cliniques actuellement en cours, en vue d'optimiser le calendrier des livraisons potentielles du vaccin.

VALEURS EN BAISSE

Novacyt rend près de 13%. Son CA annuel a pourtant été multiplié par plus de 20 pour atteindre 311,6 millions d'euros (277,0 millions de livres sterling) en 2020. Un chiffre d'affaires de 239,2 millions d'euros (213,7 millions de livres sterling) a été réalisé au second semestre 2020, contre 72,4 millions d'euros (63,3 millions de livres sterling) au premier semestre 2020. La marge brute en 2020 est supérieure à 80%, alors que l'EBITDA pour l'ensemble de l'exercice est supérieur à 210 millions d'euros (187 millions de livres sterling), avec un EBITDA de 161 millions d'euros (143 millions de livres sterling) au second semestre 2020, contre 49,4 millions d'euros (43 millions de livres sterling) au premier semestre 2020.

SMCP (-1%). Pour le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires consolidé a atteint 251,9 ME, en recul de -19,4% en organique, notamment impacté par de nouvelles fermetures de magasins en novembre et en décembre en Europe. En données publiées, le chiffre d'affaires a baissé de -20,5%.

Orange (-0,8%) met fin aux discussions sur un accord de partage de réseau mobile avec Free. A l'issue des enchères 5G qui se sont déroulées en octobre dernier, Orange et Free (Groupe Iliad) ont engagé des discussions dans la perspective de trouver un accord de partage de réseau mobile. Constatant "une divergence de stratégie de déploiement", Orange a décidé de mettre fin aux discussions.

Maisons du Monde (stable) fait état de ventes solides au second semestre à 693 ME, soit +4,8% par rapport à l'année précédente et +3% à périmètre comparable. Le chiffre d'affaires de l'année 2020 est supérieur aux attentes à 1.182 ME, -3,5% par rapport à l'exercice précédent et -6,6% à périmètre comparable. Grâce à la solide performance du troisième trimestre 2020, à la forte activité commerciale en octobre et décembre et à une gestion efficace des coûts tout au long de l'année, la baisse de l'EBITDA de l'année 2020 devrait être contenue à un peu moins de 10% par rapport à son niveau de 2019...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.