Mi-séance Paris : le CAC40 au plus bas depuis un an et demi sous les 5.000 points

Mi-séance Paris : le CAC40 au plus bas depuis un an et demi sous les 5.000 points
bourse

Boursier.com, publié le mardi 23 octobre 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Séance difficile ce mardi avec un CAC40 qui a directement ouvert sous les 5.000 points, au plus bas depuis un an et demi. En fin de matinée, la correction s'accélère avec une baisse de 1,5% autour de 4.980 points. Depuis le début de l'année, le CAC40 abandonne désormais 6,5%. Le bras de fer entre Bruxelles et Rome sur le budget italien continue d'empoisonner l'atmosphère, tandis que les déceptions sur les comptes trimestriels ont tendance à se multiplier avec ce matin Renault et surtout Atos qui enfonce un peu plus le secteur des services informatiques... En revanche, Innate flambe grâce à un nouvel accord multi-termes signé avec AstraZeneca !

"Le marché boursier reste fébrile alors que la Commission Européenne doit débattre du budget italien aujourd'hui, suite à l'envoi de la missive de Rome hier expliquant plus en détail les choix budgétaires du gouvernement de coalition. Les investisseurs jouent à se faire peur car même si la Commission Européenne rétoque le projet de budget, une crise est peu probable. En effet, à l'heure du tapering de la BCE, tous les acteurs du psychodrame italien ont intérêt à ce que les conditions de marché restent bonnes ", estimait ce matin Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

VALEURS EN HAUSSE

* Innate Pharma bondit de 30% à 6,24 euros dans un volume très étoffé. Le groupe a annoncé la signature d'un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules biologiques. Cet accord élargit la collaboration existante, visant à accélérer le développement du portefeuille en oncologie de chacune des parties et à donner plus rapidement accès aux patients à de nouvelles options thérapeutiques. Cette collaboration étendue va permettre à Innate de se développer sur le plan commercial, renforcer sa capacité d'investissement pour développer son portefeuille en immuno-oncologie et sa plateforme R&D. De son côté, AstraZeneca va enrichir son portefeuille IO avec de nouveaux programmes cliniques et précliniques. Dans le cadre de cet accord, Innate Pharma prend en licence les droits commerciaux aux États-Unis et en Europe de Lumoxiti (moxetumomab pasudotox-tdfk), un traitement contre la leucémie à tricholeucocytes développé par AstraZeneca et récemment approuvé par la FDA. AstraZeneca obtiendra l'intégralité des droits en oncologie de l'anticorps humanisé 'first-in-class' anti-NKG2A, monalizumab, étendant le partenariat initialement annoncé en 2015. AstraZeneca acquiert également une option sur IPH5201, un anticorps ciblant CD39, ainsi que sur quatre actifs précliniques du portefeuille d'Innate. Étant donnée la relation de long-terme établie entre les deux partenaires, AstraZeneca acquerra 9,8% du capital d'Innate par le biais de l'émission de 6.260.500 actions nouvelles, émises au prix de 10 euros / action, soit plus de deux fois les cours de clôture d'hier ! L'émission des actions nouvelles devrait avoir lieu le ou autour du 25 octobre 2018. Bryan Garnier a confirmé sa recommandation achat fort avec un objectif de cours sous revue (précédemment 19,7 euros).

* Ingenico est en légère hausse de 0,6% malgré un nouvel avertissement sur ses résultat mais le groupe rappelle qu'il mène une revue de ses options stratégiques, ce qui entretient l'attrait spéculatif du titre. Le groupe n'attend plus qu'un Ebitda annuel de 510 ME au lieu d'au moins 545 ME précédemment. Le nouvel objectif intègre une performance décevante de Banks & Acquirers. La division est pénalisée par des effets de mix géographique qui impactent défavorablement sa profitabilité. La société a réalisé au troisième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 687 millions d'euros, en croissance de 15% à données publiées, incluant un effet de change négatif de 22 ME. A données comparables, la croissance ressort à 8%.

* Seule hausse sur le CAC40, EssilorLuxottica gagne 1,8% à 118,3 euros après sa publication trimestrielle. Au 3ème trimestre 2018, le chiffre d'affaires d'EssilorLuxottica ressort à 1.811 ME, en progression de 4,4%. Les objectifs annuels sont confirmés pour les activités d'Essilor.

VALEURS EN BAISSE

* Atos chute de 23% à 69 euros. Le groupe vise désormais une croissance organique du chiffre d'affaires de l'ordre de +1% (contre +2% à +3% précédemment) et une marge opérationnelle dans le bas de la fourchette comprise entre 10,5% et 11% du chiffre d'affaires.

* CapGemini décroche aussi de 4% à 98,5 euros.

* Bigben perd 10% à 7,75 euros. Le groupe revoit son objectif de fourchette de chiffre d'affaires annuel à 240-255 ME (entre 265 et 280 ME auparavant) tout en maintenant un objectif de résultat opérationnel courant annuel initialement établi à plus de 21 ME. Autrement dit, la marge serait bien supérieure à 8%.

* STMicroelectronics est une nouvelle fois victime des prévisions décevantes d'un de ses concurrents. Le titre du groupe franco-italien abandonne plus de 5% à 13,2 euros à Paris dans le sillage du fabricant autrichien de semi-conducteurs AMS qui s'effondre de 22% à Zurich. AMS a perdu jusqu'à 32% un peu plus tôt en séance, du jamais vu depuis une décennie.

* Renault (-2% à 64,45 euros) a confirmé mardi ses objectifs 2018 malgré un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au troisième trimestre, sous l'impact des changes et du ralentissement de plusieurs importants marchés émergents du constructeur. Le groupe au losange a réalisé sur les trois derniers mois un chiffre d'affaires de 11,484 milliards d'euros, en baisse de 6%. A taux de change et périmètre constants, la baisse ressort à 1,4%.

* Renault a cependant abaissé ses prévisions de croissance du marché automobile mondial, notamment en raison du ralentissement observé dans plusieurs pays émergents. Cela affecte encore les équipementiers, notamment Valeo en baisse de 2,5% à 29,4 euros.

* Danone cède 0,5%. Le groupe a confirmé tous ses objectifs fixés pour 2020, hormis celui de 12% de rendement des capitaux investis, reporté à 2022 en raison des évolutions des taux de change et du référentiel comptable. Il a également dit être "en bonne voie" dans la réalisation de son programme d'économies de 1,0 milliard d'euros à cet horizon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.