Mi-séance Paris : le CAC40 cherche toujours sa direction

Mi-séance Paris : le CAC40 cherche toujours sa direction©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 30 juin 2020 à 12h00

LA TENDANCE

A l'image de la séance d'hier, le CAC40 oscille autour de son point de clôture de la veille. Une ouverture dans le vert, puis un passage dans le rouge se sont succédés dans la matinée sans grandes amplitudes. Vers la mi-journée, une légère baisse l'emporte (-0,15% à 4.938 points). Les deux forces à l'oeuvre demeurent : recrudescence de la Covid-19 et reprise forte de l'économie mondiale...

On a appris ce matin l'accélération de l'activité manufacturière en Chine. De quoi soutenir les espoirs de reprise de l'économie mondiale après le coup d'arrêt lié aux mesures de confinement prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Côté sanitaire justement, Los Angeles a enregistré une flambée alarmante de nouveaux cas de contamination au coronavirus, avec près de 3.000 infections confirmées lundi...

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Worldline poursuit sa marche en avant avec une quatrième séance consécutive de nette progression. En hausse de 3% à 77,5 euros, le titre du spécialiste des paiements se négocie désormais sur un plus haut historique en Bourse. Les investisseurs continuent à miser sur le fait que le groupe puisse profiter des déboires de Wirecard, dont il pourrait récupérer une partie des actifs. Dans son édition de vendredi, le 'Fankfurter Allgemeine Zeitung' affirmait que Worldline pourrait être en concurrence avec des investisseurs privés et des fonds de capital-investissement, sans en dire davantage. Du côté des analystes, HSBC a porté son objectif de cours de de 75 à 85 euros tout en restant à 'acheter' sur le dossier.

* Trigano (+2,40% à 92,3 euros) a réalisé un chiffre d'affaires de 391,8 millions d'euros au 3e trimestre 2019-2020, en forte baisse de -45,7% par rapport à l'exercice précédent (721,6 ME). L'activité de Trigano au 3e trimestre a été fortement impactée par la crise sanitaire liée au COVID-19. Pendant de nombreuses semaines, l'entreprise a arrêté sa production et ses réseaux de distribution ont dû, dans leur grande majorité, cesser toute activité au plus fort de la saison. En dépit de la forte baisse du chiffre d'affaires, le résultat opérationnel du 3e trimestre est resté positif. L'activité sur 9 mois s'établit ainsi à 1,555 milliard d'euros (1,858 MdE un an plus tôt). Elle recule de -16,3%.

* bioMérieux (+2,4% à 121,8 euros) a émis avec succès une nouvelle obligation de 200 millions d'euros en format Euro PP auprès d'un investisseur européen de premier rang. Ce placement privé se décomposera en deux souches : l'une de 145 ME à 7 ans et l'autre de 55 ME à 10 ans, portant un coupon annuel global de 1,61%.

* Nexans (+1% à 41,6 euros) a annoncé ce mardi la signature d'un accord de vente à Mutares SE & Co. KGaA de Nexans Metallurgie Deutschland GmbH (NMD), une filiale de Nexans spécialisée dans la production de fil machine cuivre sans oxygène et tréfilés.

* JCDecaux (+1,5% à 16,45 euros) et sa joint-venture avec Beijing Metro Operation ont renouvelé et étendu le contrat d'exploitation publicitaire des 9 lignes centrales du Métro de Pékin pour 20 ans. Cette joint-venture gère depuis son acquisition en 2006, l'exploitation publicitaire des 9 lignes centrales du métro de Pékin.

* Peugeot grimpe de 1,8% à 14,4 euros, soutenu par deux recommandations de brokers. Ainsi, la firme de recherche UBS vient de relever son conseil sur la valeur de 'neutre' à 'achat', fixant un objectif de cours assez ambitieux de 20 euros représentant un potentiel en hausse de 40%. Exane BNP Paribas a pour sa part confirmé ce jour sa recommandation à 'surperformance' sur la valeur, assortie d'un cours-cible de 16,80 euros.

* On pourrait connaitre dès ce soir l'ampleur du plan de restructuration chez Airbus (+1,3% à 64,2 euros). Reuters, qui cite des sources syndicales, affirme que l'avionneur annoncera ses projets après la clôture de la Bourse. Selon les derniers bruits de couloir, Airbus pourrait supprimer plus de 10.000 emplois au sein de sa branche aviation civile et jusqu'à 20.000 dans l'ensemble du groupe. Confronté à une crise sans précédent, le géant aéronautique a déjà averti à plusieurs reprises qu'il devrait se restructurer pour 'survivre'. Après avoir réduit ses cadences de fabrication pour faire face à la chute de la demande des compagnies aériennes, le groupe européen doit désormais adapter son outil de production à ce nouvel environnement alors qu'il faudra attendre plusieurs années pour que le trafic retrouve son niveau d'avant crise.

VALEURS EN BAISSE

* Total recule de 1,7% sous les 34 euros. Le baril de Brent recule de 1,3% à 41,3 dollars et le WTI évolue sous les 40 dollars.

* Vallourec perd aussi 4% à 37,8 euros.

* Les bancaires font partie des plus fortes baisses du CAC40, en particulier Société Générale en repli de 2,4% à 14,57 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.