Mi-séance Paris : le CAC40 confirme enfin son rattrapage

Mi-séance Paris : le CAC40 confirme enfin son rattrapage©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 02 septembre 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 accélère à nouveau et repasse même au-dessus des 5.050 points, en hausse de 2,3% en fin de matinée. La progression est générale sur toutes les valeurs de l'indice parisien avec aucune baisse à signaler. Les nouveaux records de Wall Street semblent donc faire leur effet cette fois en entraînant un vif rattrapage des bourses européennes. Il faut dire que lors des 4 séances précédentes, la hausse initiale ne s'était pas confirmée en clôture.

La bourse de New York a donc progressé mardi, les indices S&P 500 et Nasdaq inscrivant de nouveaux records, saluant la publication d'indicateurs économiques encourageants aux Etats-Unis et en Chine. Malgré les perturbations causées par l'épidémie de coronavirus, l'activité manufacturière a continué de se redresser en août, ce qui a soutenu les marchés d'actions ainsi que les cours du pétrole. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,76% à 28.645 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,75% à 3.526 pts et que le Nasdaq Composite a grimpé de 1,39% à 11.939 pts, signant son troisième record d'affilée.

VALEURS EN HAUSSE

* Pernod Ricard gagne 3% à 146 euros après la publication de ses comptes annuels. Le ROC de l'exercice 2019/20 s'élève à 2,26 MdsE, en décroissance interne de -13,7% et -12,4% en facial. Un chiffre dans les clous des attentes puisque le groupe avait relevé son objectif de décroissance interne en juillet, passant de -20% à -15%. Le résultat net courant part du Groupe s'élève à 1,439 MdsE, en décroissance de -13% par rapport à l'exercice 2018/19 et le résultat net part du Groupe s'élève à 329 ME, en baisse de -77% par rapport à l'exercice 2018/19, dû à des dépréciations d'actifs d'1 MdE déclenchées par le Covid-19, en particulier sur la marque Absolut (912 ME en montant brut, 702 ME net d'impôts).

* Saint-Gobain (+3,4% à 34,8 euros) a annoncée l'acquisition de Strikolith aux Pays-Bas, société spécialisée dans la production de systèmes d'isolation par l'extérieur, la finition d'intérieur et les produits et solutions de rénovation. En 2019, Strikolith a réalisé un chiffre d'affaires de près de 20 millions d'euros.

* Le luxe est bien orienté : Kering et LVMH remontent de 3 à 4%.

* Solutions30 gagne 5% alors que Unit-T, filiale à 70% du groupe et Fluvius, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité et de gaz flamand, ont entamé la dernière phase de négociations en vue du déploiement des compteurs intelligents en Flandre. A l'issue du processus de pré-sélection, Unit-T s'estime bien positionnée pour obtenir une large part de ce marché qui sera alloué de façon ferme au plus tard mi-novembre. Fluvius, gestionnaire de réseau pour la région flamande en Belgique, entend déployer un peu plus de 4,3 millions de compteurs intelligents, et ainsi procéder au remplacement de 80% de son parc installé dans les quatre années à venir. Ce projet concerne à la fois des compteurs d'électricité et de gaz. Unit-T entre donc dans l'étape finale de négociations qui, si elle aboutit favorablement, ouvrira la voie à la phase de réalisation.

* Eutelsat (+4,5% à 8,6 euros) a renouvelé son contrat avec Sky. Ce contrat pluriannuel représente un carnet de commandes sécurisé de l'ordre de 450 millions d'euros et garantit des revenus annuels "globalement stables" pour Eutelsat à moyen terme.

* Eurazeo gagne 8% à 48 euros. La société d'investissement est dopée par une note de Bank of America qui a rehaussé à l''achat' sa recommandation sur la valeur en visant 57 euros contre 51 euros précédemment. La banque a révisé à la hausse ses estimations de collecte de fonds pour les exercices 2020-2021, reflétant la collecte en 2020 malgré le contexte difficile et l'amélioration récente de la performance du portefeuille.

VALEURS EN BAISSE

* Aucune baisse sur le CAC40.

* Vallourec (-10% à 22,7 euros) a déclaré mardi vouloir élargir les discussions sur sa restructuration financière à l'ensemble de ses créanciers bancaires et obligataires en vue de la désignation éventuelle d'un mandataire ad hoc. Alors qu'il discute déjà depuis des semaines avec ses banques et ses actionnaires afin de trouver de nouvelles solutions de financement, le producteur de tubes sans soudure en acier, qui a creusé ses pertes au deuxième trimestre, "envisage d'étendre le dialogue à l'ensemble de ses créanciers bancaires et obligataires, et des autres parties prenantes, en vue de parvenir à une restructuration financière qui appréhende l'ensemble des emprunts contractés au niveau de Vallourec SA et qui permette de traiter ses échéances à venir et de rééquilibrer sa structure financière".

* bioMérieux (-0,8% à 124 euros) : le résultat net part du Groupe s'est établi au terme du premier semestre 2020 à 173 millions d'euros, en hausse de 23% rapport aux 141 millions d'euros enregistrés au cours de la même période en 2019. L'EBITDA atteint 345 millions d'euros au terme du premier semestre 2020, soit 23,4% du chiffre d'affaires, en hausse de 22% comparé aux 283 millions d'euros sur la même période de 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.