Mi-séance Paris : le CAC40 de retour sous les 5.700 points

Mi-séance Paris : le CAC40 de retour sous les 5.700 points
Trader sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mercredi 16 octobre 2019 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 tente de s'accrocher à la barre des 5.700 points refranchie hier. L'indice redonne 0,3% ce midi à 5.685 pts .
Le sort de l'indice devrait dépendre aujourd'hui de l'évolution des pourparlers entre Londres et Bruxelles sur le Brexit qui s'accélèrent... Les négociations continuent en coulisse et un éventuel "deal" pourrait bien être conclu aujourd'hui pour permettre aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE de l'étudier lors du Conseil européen de jeudi et vendredi. Le texte devrait parallèlement être soumis aux députés britanniques, toujours très divisés...

ECO ET DEVISES

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a été revu à 0,8% pour le mois de septembre, contre une estimation flash à 0,9% et 1,0% en août. Un an auparavant, il était de 2,1%. En séquentiel, les prix affichent une hausse de 0,2%. L'inflation annuelle 'core' est en revanche confirmée à +1% après +0,9% le mois précédent. Des données toujours très éloignées de l'objectif de la BCE.

A suivre ce mercredi aux Etats-Unis :
- Ventes de détail. (14h30)
- Indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta. (16h00)
- Stocks et ventes des entreprises. (16h00)
- Indice du marché immobilier américain. (16h00)
- Livre Beige de la Fed. (20h00)

La parité euro/dollar atteint 1,1030$ ce midi, stable. Le baril de Brent se négocie 58,55$.

VALEURS EN HAUSSE

DBV : +8%. DBV Technologies a annoncé ce jour le règlement-livraison intervenu le 11 octobre 2019, de son offre globale d'un total de 9.484.066 actions ordinaires réservée à certaines catégories d'investisseurs dans le cadre (i) d'une offre de 7.914.622 actions ordinaires sous la forme de 15.829.244 American Depositary Shares ("ADS") aux Etats-Unis, au Canada et dans certains autres pays en dehors de l'Europe, au prix de 6,59 dollars américains par ADS (sur la base d'un taux de change de 1,0945 dollars pour 1 euro), et (ii) d'un placement privé de 1.569.444 actions ordinaires en Europe (y compris en France), au prix de 12,04 euros par action ordinaire.
La Société annonce également le règlement-livraison ce jour de 1.368.667 actions ordinaires supplémentaires sous la forme de 2.737.334 ADS, au prix de 6,59 dollars américains par ADS, en lien avec l'exercice dans son intégralité, par les banques chefs de file et teneurs de livre associés, de l'option de surallocation leur permettant de souscrire à des actions ordinaires supplémentaires sous la forme d'ADS. Le montant total brut résultant de l'offre globale, après exercice de l'Option, s'élève à environ 143 millions de dollars (soit environ 130,7 millions d'euros), avant déduction des commissions et dépenses estimées. Chaque ADS donne droit à recevoir la moitié d'une action ordinaire. Les ADS de la Société sont admis aux négociations sur le Nasdaq Global Select Market sous le symbole "DBVT" et les actions ordinaires de la Société sont admises aux négociations sur Euronext Paris sous le symbole "DBV".
Goldman Sachs et Citigroup sont intervenus comme chefs de file et teneurs de livres associés dans le cadre de l'offre globale. JMP Securities, H.C. Wainwright & Co. et Bryan, Garnier & Co. sont intervenus en tant que co-chefs de file dans le cadre de l'offre globale.
La Société envisage d'utiliser le produit net de l'offre globale, ainsi que la trésorerie et les équivalents de trésorerie existants, principalement, en cas d'approbation, pour préparer la commercialisation de Viaskin Peanut et accessoirement pour financer le développement de ses autres produits candidats ainsi que plus généralement son fonds de roulement et ses besoins généraux. Compte tenu des plans actuels de développement de la Société, la Société estime que le produit net de l'offre globale, en ce compris le produit net de l'Option, ainsi que le montant de sa trésorerie disponible actuelle, permettrait la poursuite de ses activités pendant les douze prochains mois.

Pierre et Vacances (+6%) : le chiffre d'affaires s'élève à 1.365 ME en croissance de 7,2% par rapport à l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires de location est en progression de +7,6%, tirée à la fois par une hausse du prix moyen de vente net (+5,1%) et du nombre de nuitées vendues (+2,4%). A périmètre constant, l'activité progresse de +4,5%, croissance supérieure à l'objectif annuel de +4% fixé dans le cadre du plan stratégique Ambition 2022. Sur l'ensemble de l'exercice 2018/2019, le chiffre d'affaires s'élève à 307,7 ME dont 158,1 ME sur les opérations de rénovation Center Parcs à comparer à 196,6 ME en 2017/2018. La société anticipe un résultat opérationnel courant 2018/2019 en hausse par rapport à celui de l'exercice précédent.

Innate : +7% avec Valneva (+5%) et Onxeo

SIPH, dont le cours était suspendu hier à la demande de l'émetteur, dans l'attente de la publication d'un communiqué, a repris ce mercredi en progression de 4,94% à 85 euros, juché sur le prix du projet d'OPR. Sous réserve de la décision de conformité de l'AMF, à l'issue de l'offre publique de retrait, la Compagnie Financière Michelin SCmA, agissant de concert avec SIFCA, sollicitera dans les meilleurs délais la mise en oeuvre d'une procédure de retrait obligatoire afin de se voir transférer les actions SIPH qui n'auront pas été apportées à l'offre publique de retrait moyennant une indemnisation de 85 euros par action SIPH, nette de tous frais.
La Compagnie Financière Michelin SCmA, société en commandite par actions de droit suisse détenue à 100% par la Compagnie Générale des Etablissements Michelin, agissant de concert avec SIFCA, société anonyme de droit ivoirien, s'est engagée irrévocablement auprès de l'AMF à proposer aux actionnaires de la Société Internationale de Plantations d'Hévéas - SIPH - d'acheter, dans le cadre d'une offre publique de retrait, la totalité de leurs actions SIPH, dans le cadre d'une offre publique de retrait qui sera suivie d'une procédure de retrait obligatoire au prix unitaire de 85 euros payable exclusivement en numéraire.
Un protocole d'accord conclu le 14 octobre 2019 entre CFM et SIFCA, prévoyant les modalités du lancement d'un projet d'offre publique de retrait suivie d'un retrait obligatoire par CFM et les modalités de participation de chacune des parties à l'opération ainsi que l'adaptation du pacte d'actionnaires régissant leurs relations au sein de la Société, a conduit au dépôt du projet d'offre. L'initiateur détient actuellement, directement, 1.822.344 actions SIPH représentant, à sa connaissance, 36,01% du capital et 36,52% des droits de vote de la Société et SIFCA 2.813.410 actions SIPH représentant, à la connaissance de l'initiateur, 55,59% du capital et 58,31% des droits de vote. Le concert détient donc 4.635.754 actions SIPH représentant 91,60% du capital et 94,83% des droits de vote.
Le projet d'offre porte sur la totalité des actions SIPH existantes non détenues, directement ou indirectement, par l'initiateur et SIFCA (le concert), soit un nombre maximum de 425.036 actions représentant 8,40% du capital et 5,17% des droits de vote. Dans le cadre du retrait obligatoire, les actions SIPH non détenues par le concert seront transférées à l'initiateur moyennant une indemnisation égale au prix de l'offre, soit 85 euros par action, cette indemnité étant nette de tous frais. Cette offre et le projet de note d'information conjointe restent soumis à l'examen de l'AMF. Le calendrier de l'offre sera fixé par l'Autorité des marchés financiers conformément à son règlement général.

Ekinops : +3% suivi de Devoteam, Cegedim et Catana

IPSEN : +2,5%. Le groupe, via sa filiale Clementia Pharmaceuticals, et Blueprint Medicines Corporation, ont signé un accord de licence exclusif mondial pour le développement et la commercialisation de BLU-782. Ce médicament expérimental administré par voie orale est une molécule inhibitrice hautement sélective de l'ALK2, en développement pour le traitement de la fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP). Blueprint Medicines sera éligible à des paiements d'un montant maximum de 535 millions de dollars dont un paiement initial de 25 millions de dollars et jusqu'à 510 millions de dollars de paiements liés à l'atteinte d'étapes clés liées au développement, aux autorisations réglementaires et à la commercialisation des produits sous licence dans une à deux indications dont la FOP, et d'autres paiements. Ipsen versera également à Blueprint Medicines des redevances progressives comprises entre 10 et 20% ('low- to mid- teens') sur les ventes nettes annuelles cumulées dans le monde des produits sous licence, sous réserve d'ajustements effectués dans certaines circonstances, en vertu de l'accord de licence.
Bryan, Garnier & Co maintient ce jour un avis neutre sur Ipsen assorti d'un objectif de 142 euros. La firme évoque "un accord financièrement intéressant" et pense qu'Ipsen deviendra "un leader indiscutable dans le traitement de la FOP". Cet accord permettra d'enrichir le portefeuille de Maladies Rares d'Ipsen et de soutenir l'objectif de Blueprint Medicines de développer rapidement et efficacement BLU-782 dans le traitement des patients atteints de FOP. Ipsen a démontré son engagement dans cette pathologie génétique complexe et ultra-rare par le développement clinique avancé du palovarotene, un agoniste du récepteur gamma de l'acide rétinoïque. Ipsen a la possibilité d'offrir une offre de traitements élargie aux patients atteints de FOP, avec BLU-782, dont la posologie a récemment été établie lors d'un essai de Phase I chez les volontaires sains.

Soitec (+2%) a fait état ce mardi d'un chiffre d'affaires consolidé de 139 millions d'euros pour le 2ème trimestre de l'exercice 2019-2020 (clos le 30 septembre 2019), en hausse de 46,4% par rapport aux 95 millions d'euros réalisés au 2ème trimestre 2018-2019. Cette performance résulte d'une croissance de 40% à périmètre et taux de change constants ainsi que d'un effet de change positif de +4,6% et d'un effet périmètre de +1,8%. Soitec continue d'anticiper pour l'exercice 2019-2020 une croissance de son chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants autour 30%. Soitec confirme également attendre une marge d'EBITDA de l'activité Électronique autour de 30% sur la base d'un taux de change euro / dollar de 1,13 (la sensibilité de l'EBITDA à une variation de 10 centimes du taux euro / dollar étant estimée à 23 millions d'euros).

Atos : +2% avec Boiron, Interparfum et Ingenico

SoiTec : +2%, prolongeant sa série haussière à 6 séances. Le groupe a fait état, hier soir, d'un bond de 46,4% de son chiffre d'affaires consolidé au 2ème trimestre de l'exercice 2019-2020, à 139 millions d'euros. Le management a confirmé anticiper pour l'ensemble de l'exercice 2019-2020 une croissance de son chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants autour 30% ainsi qu'une marge d'EBITDA de l'activité Électronique autour de 30% sur la base d'un taux de change euro / dollar de 1,13 (la sensibilité de l'EBITDA à une variation de 10 centimes du taux euro / dollar étant estimée à 23 millions d'euros).
Bien que la publication soit conforme à ses estimations, Bryan Garnier s'attendait à une réaction positive de l'action. En effet, après seulement 20 % de croissance organique au 1er trimestre, les investisseurs étaient nerveux à l'idée que l'entreprise puisse ne pas atteindre ses objectifs annuels. Le titre a d'ailleurs sous-performé au troisième trimestre avec une baisse de 6% contre +19% en moyenne pour les entreprises couvertes par le courtier dans le secteur. Les chiffres rapportés doivent donc rassurer le marché. Au second semestre 2020, la dynamique du RF-SOI devrait se poursuivre avec le déploiement de la 5G. FD-SOI devrait bénéficier d'une augmentation significative au second semestre car Samsung et GlobalFoundries ont récemment présenté des offres de fonderie élargies basé sur FD-SOI pour les applications automobiles et IoT. Les premières ventes de plaquettes POI sont également attendues au 4e trimestre 2020. De quoi rester 'acheteur' du dossier avec une 'fair value' de 120 euros.
Berenberg ('acheter') évoque des perspectives encourageantes étant donné que les bases de comparaison seront plus difficiles sur la seconde partie de l'exercice. La valorisation demeure trop faible pour une société qui offre une histoire de croissance soutenue du BPA, souligne l'analyste.

Covivio : +1,5%. La Société Générale est passée à acheter en ciblant un cours de 110 euros.

L'Oreal : +1,5%. Berenberg reprend le suivi à 'conserver' du dossier avec un cours cible de 237 euros.

Genfit : +1% avec Bonduelle et Infotel

Nicox (stable). Au 30 septembre, 2019, le groupe disposait d'une trésorerie et d'équivalents de trésorerie de 17,4 millions d'euros contre 17,3 millions d'euros au 30 juin 2019 et 22,1 millions d'euros au 31 décembre 2018. En incluant la trésorerie issue du récent emprunt obligataire et le remboursement du crédit d'impôt recherche relatif aux années 2017 et 2018 reçus en octobre, la trésorerie disponible s'élève à 22,6 millions d'euros. Le chiffre d'affaire net pour le troisième trimestre 2019 était de 0,5 millions d'euros contre 0,4 million d'euros au troisième trimestre 2018.

VALEURS EN BAISSE

2CRSI : -8% suivi de Haulotte Group (-6%) qui ne devrait plus être en mesure de tenir ses objectifs annuels de croissance des ventes et du résultat opérationnel courant voisine de +10% (hors gains et pertes de change). Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 135,3 millions d'euros, en hausse de +4% par rapport à la même période de l'exercice précédent, dans un marché dont les signes de ralentissement s'accumulent depuis la dernière communication financière. A fin septembre 2019, les ventes s'élèvent à 477,9 ME (413,9 ME l'année dernière), soit une hausse de +14% entre les deux périodes. Dans un marché européen dorénavant en recul, les ventes du Groupe s'essoufflent mais restent en progression de +13% à fin septembre, tirées par la majorité des pays.

Verimatrix (-4%). Le chiffre d'affaires pro forma ajusté de s'est établi à 23,7 millions de dollars, en baisse de 1% par rapport au 3e trimestre de 2018, conformément à la saisonnalité historique de la nouvelle société, mais amplifié par le décalage de 3 commandes significatives. Les revenus récurrents tirés des redevances, des contrats de maintenance et d'abonnement ont représenté 62% du chiffre d'affaires (50% au 3e trimestre 2018), grâce à la forte fidélité de la clientèle. Le chiffre d'affaires pro forma ajusté des 9 premiers mois de 2019 ressort à 74,1 M$, en croissance de +5% par rapport aux 9 premiers mois de 2018. Le chiffre d'affaires consolidé est de 65,5 M$ (14 M$ sur les 9 premiers mois de 2018), grâce au revenu incrémental de Verimatrix Inc. représentant 48,9 M$ sur la période.

Casino : -3% suivi de GTT, Eramet et Mersen (-2%)

Manitou : -2% suivi de Getlink, Bouygues, Amundi et TechnipFMC et Wendel

Vilmorin (-1%). Le résultat opérationnel consolidé s'élève à 111 ME, en croissance par rapport à l'exercice précédent et fait ressortir une marge opérationnelle comptable de 8%, en hausse de 0,8 point par rapport à l'exercice précédent. Enfin, le résultat net total s'élève à 77,9 ME, en hausse de 1 ME par rapport à l'exercice précédent, la part du Groupe ressort à 73,9 ME.

Air France KLM : -1% avec Rallye, AXA, Beneteau

Axa (stable). L'assureur envisagerait de vendre ses activités en Europe centrale dans le cadre d'une réorganisation destinée à quitter les marchés où l'assureur français ne dispose pas d'une taille critique, selon l'Agence Reuters qui rapporte plusieurs sources proches du dossier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.