Mi-séance Paris : le CAC40 peine à rebondir

Mi-séance Paris : le CAC40 peine à rebondir
Deux traders inquiets sur le floor du NYSE à New York.

Boursier.com, publié le mardi 20 juillet 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 modère fortement son rebond à l'approche de la mi-journée, en hausse de 0,4% autour de 6.320 points après être remonté jusqu'à 6.386 points ce matin. La séance d'hier (-2,54%) a rappelé celle du 8 juillet (-2,01%) qui avait déjà enregistré de forts dégagements sur fond de rebond épidémique et de craintes inflationnistes. Mais il faut remonter au 28 octobre dernier pour trouver trace d'une baisse aussi nette (-3,37%).

Le regain d'inquiétudes concernant la propagation du coronavirus via le variant Delta est vif. L'augmentation des cas aussi bien en Asie qu'aux Etats-Unis, à cause de ce variant très contagieux fait en effet craindre un ralentissement du rebond économique. La proportion importante de vaccinés à travers le monde occidental devrait toutefois limiter les hospitalisations et donc les mesures de restriction des gouvernements. C'est sur cela que parient aussi les investisseurs les plus optimistes.

En outre, les données de l'inflation inquiètent aussi évidemment les investisseurs, car la hausse généralisée des prix poursuit son accélération et pourrait bien conduire les banques centrales à agir pour empêcher une explosion de celle-ci. Ce jeudi, la Banque Centrale Européenne se prononcera. Christine Lagarde devra tenter de rassurer les marchés sur l'effet transitoire de la hausse de l'inflation.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Alstom (+2,8% à 36,15 euros) a enregistré au cours du premier trimestre 2021/22 (du 1er avril au 30 juin 2021), son premier résultat trimestriel combiné avec 6,4 milliards d'euros de commandes. Le chiffre d'affaires du groupe s'est élevé à 3,7 milliards d'euros. Le ratio "commandes sur chiffre d'affaires" est très haut à 1,74. Au global, le carnet de commandes au 30 juin 2021 a atteint 76,8 milliards d'euros et offre une forte visibilité sur le chiffre d'affaires à venir.

* Schneider (+1,5%) a annoncé son intention de déposer un projet d'offre publique d'achat simplifiée en numéraire via sa filiale Schneider Electric Industries SAS (SEISAS), actionnaire majoritaire détenant environ 67,7% du capital social et environ 78,3% des droits de vote de la société IGE+XAO sur les actions qu'elle ne détient pas directement ou indirectement, soit environ 31,9% du capital social de IGE+XAO, au prix de 260 euros par action. Le prix proposé fait notamment ressortir une prime de 15% par rapport au dernier cours coté de IGE+XAO et une prime de 17,4% sur la moyenne des 60 jours pondérée par les volumes.

* Interparfums progresse de 0,5% ce mardi, à 56,5 euros, alors que l'accélération de l'activité constatée au 1er trimestre 2021 s'est poursuivie au 2e trimestre : Le chiffre d'affaires dépasse ainsi à nouveau 130 ME, en très forte hausse par rapport au 2e trimestre 2020, mais surtout en progression de 19,5 % par rapport au 2e trimestre 2019.

* AB Science remonte encore de 9% à 15 euros après la publication d'un article présentant des données entièrement nouvelles sur l'analyse de la survie à long terme du masitinib en association au riluzole chez les patients atteints de sclérose latérale amyotrophique (SLA) dans le cadre de l'essai clinique randomisé AB10015.

VALEURS EN BAISSE

* OSE Immuno dégringole de 14% à 8,46 euros après l'annonce de la suspension volontaire temporaire du recrutement et de l'administration de CoVepiT, son candidat vaccin prophylactique contre la COVID-19, dans l'essai clinique de Phase 1 en cours.

* Stellantis (-0,7%) publiera le 3 août ses résultats du premier semestre 2021.

* TotalEnergies cède 0,5% à 34,7 euros. Le baril de pétrole se stabilise (66 dollars le WTI) après sa chute des derniers jours.

* LVMH (-0,1% à 639,6 euros) a conclu un accord définitif avec le créateur et DJ américain Virgil Abloh en vue du rachat de 60% de sa marque de streetwear Off-White. LVMH précise que Virgil Abloh conservera 40% des parts d'Off-White et demeurera directeur de création de la marque qu'il a fondée en 2013. Les termes financiers de l'accord, qui doit encore être approuvé par les régulateurs, n'ont pas été dévoilés...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.