Mi-séance Paris : le CAC40 poursuit sa consolidation

Mi-séance Paris : le CAC40 poursuit sa consolidation
brexit, parlement européen, ratification

Boursier.com, publié le mardi 08 décembre 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Après un début de séance attentiste, le CAC40 poursuit sa consolidation, en baisse de 0,6% en fin de matinée autour de 5.540 points. Alors que le compte à rebours vers le Brexit s'accélère (il sera effectif le 1er janvier), les conditions d'un accord entre Londres et l'Union européenne n'étaient toujours pas réunies lundi soir, malgré un nouvel (long) entretien téléphonique entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

De façon générale, les prises d'initiatives s'annoncent réduites d'ici jeudi et le rendez-vous de la BCE, dont les marchés attendent des nouvelles mesures de soutien face à la 2e vague du coronavirus qui a freiné la reprise économique cet automne. Les investisseurs attendent l'annonce d'une augmentation et prolongation de son programme de rachat d'actifs.

L 'indice ZEW allemand rebondit fortement en décembre. L'indice ressort à 55 points après 39 en novembre, et contre 45,5 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle recule en revanche sur un mois, passant de -64,3 à -66,5, contre -66 de consensus. L'indice ZEW est compilé chaque mois auprès d'environ 350 experts financiers. Il représente la différence entre la portion d'analystes optimistes et la portion d'analystes pessimistes pour le développement économique allemand à 6 mois.

VALEURS EN HAUSSE

* TF1 gagne 7% à 7,1 euros. Le groupe de médias est soutenu par plusieurs notes d'analystes, dont celle de JP Morgan qui a revalorisé le dossier de 10,4 à 12,7 euros tout en restant à 'surpondérer'. La SocGen a de son côté ajusté son objectif de 6,6 à 7,5 euros avec un avis 'achat'. Le consensus de place est toujours majoritairement favorable au dossier avec, sur 15 analystes qui suivent la valeur, 8 recommandations positives, pour 4 neutres et 3 négatives. L'objectif à douze mois est fixé à 7,07 euros (consensus 'Bloomberg').

VALEURS EN BAISSE

* Compagnie des Alpes recule de 2% à 19,6 euros après la publication de comptes annuels déficitaires, pandémie oblige. Sur les douze mois clos fin septembre, le groupe de loisirs essuie une perte nette de 104,3 millions d'euros contre un profit de 62,2 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires en baisse de 27,9% à 615,6 ME (-28,3% à périmètre comparable). L'Excédent Brut Opérationnel (EBO) ressort à 93,8 ME (soit 80,1 ME hors IFRS 16) contre 232,3 ME lors de l'exercice précédent. La marge d'EBO atteint 15,2% (soit 13,0% hors IFRS 16). Le Free Cash-Flow Opérationnel est négatif et s'établit à -66,8 ME (contre 27,5 ME pour l'exercice précédent) essentiellement en raison de la diminution de la capacité d'autofinancement liée à la crise sanitaire, et ce, malgré la baisse des investissements.

* Renault cède 1% à 35,3 euros. Bank of America a dégradé le constructeur automobile à " neutre " avec un objectif de 40 euros.

* Airbus (-0,4% à 94,8 euros) a livré 64 avions en novembre et semble sur la bonne voie pour expédier autour de 550 appareils sur l'exercice. Le géant européen a indiqué hier soir avoir livré le mois passé 7 gros porteurs A350 et 56 monocouloirs, dont 54 de la famille A320neo. Ce chiffre porte le nombre total d'avions livrés jusqu'à présent cette année à 477, soit une baisse de 34% par rapport aux 11 premiers mois de 2019. Airbus avait initialement un objectif de 880 livraisons sur 2020, mais la pandémie a contraint la firme toulousaine à abandonner cette guidance en mars dernier. Du côté des commandes, aucun nouveau contrat n'a été conclu en novembre alors que la pandémie de Covid-19 continue à plomber la reprise du trafic. Sur les onze premiers mois de l'année, Airbus a enregistré 381 commandes, soit un total net de 297 après les annulations, dont 11 fraîchement signalées.

* PSA Groupe (-0,6% à 20,4 euros) et FCA se sont déclarés confiants lundi de voir le Brésil confirmer son feu vert sans restriction à leur projet de fusion, malgré la demande d'analyse approfondie faite sur place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.