Mi-séance Paris : le CAC40 poursuit sa hausse

Mi-séance Paris : le CAC40 poursuit sa hausse©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 13 février 2019 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui reste sur trois séances consécutives de hausse, revient quasiment sur son plus haut de 2019 inscrit à 5.083 points, à la faveur d'une nouvelle progression de 0,3% autour de 5.070 points vers la mi-journée. Et encore une fois, les marchés peuvent remercier Trump! Le Président a jugé improbable un nouveau "shutdown" de l'administration américaine et a laissé comprendre qu'il pourrait proposer de repousser la date limite du 1er mars fixée pour conclure les discussions en cours avec la Chine sur le commerce. Wall Street a apprécié hier soir en progressant d'environ 1,5% et Paris surfe donc encore sur cette tendance dans un palmarès animé par les nombreuses publications annuelles.

VALEURS EN HAUSSE

* Ingenico s'adjuge 9,5% à 52 euros. Après une série d'avertissements sur résultats au cours des derniers mois, Ingenico a fait état hier soir d'une baisse de sa rentabilité annuelle et a officiellement renoncé à son objectif d'Ebitda pour 2020. Le groupe spécialisé dans les solutions de paiements, qui a noté une amélioration de la tendance au second semestre, présentera un nouveau plan stratégique le 24 avril. La société a vu son Ebitda reculer de 7% l'an dernier, à 488 millions d'euros, malgré des ventes en hausse organique de 2% à 2,64 milliards d'euros. Le bénéfice net est ressorti à 188 ME, en repli de 26%. La division terminaux de paiements (Banks & Acquirers) a enregistré un recul de son activité de 4% tandis que son Ebitda a chuté de 25% à 277 ME, pénalisé par ce que le groupe a présenté comme des conditions de marché défavorables et "un manque d'exécution dans les pays matures". Pour 2019, Ingenico prévoit un Ebitda supérieur à 550 millions d'euros avec une croissance à données comparables de l'ordre de 4% à 6% de son chiffre d'affaires. Afin d'atteindre cet objectif, le mangement va mettre en oeuvre un plan baptisé "Fit for growth", qui prévoit 35 ME d'économies nettes ainsi qu'une refonte commerciale et industrielle de l'activité terminaux de paiements pour laquelle Ingenico voit toujours "beaucoup de possibilités".

* En tête du CAC40, Kering gagne 2,5% à 477 euros. Goldman Sachs reste à l'achat avec un cours cible ajusté en hausse à 580 euros.

* Orpea (+7,6% à 97,8 euros) affiche un chiffre d'affaires annuel de 3,42 milliards d'euros, supérieur à l'objectif annoncé début 2018. Il progresse de +9%, soit près de 300 ME de chiffre d'affaires additionnel. Plus de la moitié est réalisée par croissance organique. La stratégie de développement du Groupe, alliant création continue d'établissements et acquisitions ciblées, a permis, une nouvelle fois, à Orpea de doubler de taille en 5 ans (2013 à 2018), après l'avoir déjà doublé sur la période 2008-2013. Orpea confirme son objectif de marge d'Ebitda 2018 supérieure à celle de 2017.

* Natixis (+2% à 4,45 euros) a publié un produit net bancaire en recul de 10% au quatrième trimestre 2018 à 2,251 milliards d'euros. Le bénéfice net s'affiche à 252 millions d'euros au quatrième trimestre, en recul de plus de moitié en glissement annuel du fait des activités de marchés et d'une perte sur les dérivés actions, alors que le résultat net publié annuel totalise 1,58 MdE. Le ratio CET1 se situe à 10,8% en pleine application à fin 2018. Le PNB sous-jacent se monte à 9,5 MdsE en 2018 (+2% a change constant). Le groupe prévoit de verser un dividende en numéraire de 0,78 euro par action au titre de 2018, dont 0,30 euro à titre ordinaire et 0,48 euro par action à titre exceptionnel.

* Bénéteau gagne 3% à 9,95 euros après le détachement de son dividende de 0,26 euro. Des achats d'actions réalisés par la direction après la récente chute du titre portent aussi le groupe nautique.

* Michelin gagne encore 0,3% à 102,9 euros. Le Crédit Suisse a revalorisé Michelin de 103 à 107 euros tout en restant 'neutre' sur le pneumaticien. La Deutsch Bank réitère pour sa part son conseil 'acheter' et sa cible de 135 euros. Le broker est confiant dans le fait que le groupe clermontois puisse augmenter son résultat opérationnel de 300 ME cette année, atteindre un bpa de 1,10 euro et générer un free cash-flow de 1,6 MdE.

* Amundi (+4% à 53 euros) : Les résultats ressortent en ligne avec les objectifs annoncés, malgré un environnement défavorable, marqués par une hausse du Résultat net comptable à 855 ME, soit un gain de 25,5% vs 2017 et du BNPA comptable de +19,8%. Le résultat net ajusté est de 946 ME, +9% vs 2017 hors revenus financiers exceptionnels (vs un objectif de +7%3). Les Revenus nets de gestion sont quasi-stables (-0,7% vs 2017) en dépit du contexte de marché. Le coefficient d'exploitation ressort à 51,5%, en amélioration de 0,9 pt. La collecte nette est élevée (+42 MdsE), tirée principalement par les actifs MLT5 (+36 MdsE).

* Rexel (+1,7% à 10,68 euros) a fait état d'un résultat net et d'un Ebitda ajusté en hausse en 2018 et vise une nouvelle hausse de ses résultats cette année.

VALEURS EN BAISSE

* Bic (-3,6% à 87 euros) : Le fabricant de stylos, briquets et rasoirs jetables Bic a publié des résultats 2018 en retrait et inférieurs aux attentes des analystes, avec une rentabilité dégradée et des ventes pénalisées par des effets de change adverses. Le bénéfice net part du Groupe a ainsi fondu de près de 40% en données publiées, à 173,4 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 1,95 MdE, en progression de 1,5% à base comparable mais en recul de 4,5% en publié. Le taux de marge brute s'est établi à 52%, comparé à 52,4% en 2017.

* Haulotte Group perd 6,5% à 8,42 euros. En dépit d'un niveau d'activité pour le 4ème trimestre 2018 conforme aux attentes, le champion européen de la nacelle élévatrice a prévenu qu'il ne tiendra pas sa guidance de Résultat opérationnel courant (ROC) stable sur l'année écoulée... La faute en incombe aux effets défavorables des mix client et géographique ainsi qu'à la hausse des prix des composants et des coûts fixes, engendrés par la mise en oeuvre du nouveau plan stratégique, éléments qui n'ont pas été compensés par la bonne tenue des volumes. En matière de croissance, Haulotte Group a pourtant bénéficier en 2018 d'un marché toujours porteur en Europe et dans de nombreux débouchés (à l'exception du Moyen Orient et de l'Argentine), conduisant à un chiffre d'affaires de 555,9 ME sur l'exercice, en croissance de 14% en données réelles.

* Plus forte baisse du CAC40 et seule repli de l'indice supérieur à 1%, Sanofi perd 1,7% à 74,3 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.