Mi-séance Paris : le CAC40 rechute de près de 2%

Mi-séance Paris : le CAC40 rechute de près de 2%©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 mars 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Donald Trump qui a tant tiré vers le haut les marchés financiers depuis son élection a provoqué leur baisse hier à Wall Street suite à ses propos concernant des surtaxes conséquentes sur l'importation d'acier et d'aluminium. De quoi faire craindre pour la croissance économique mondiale alors que le Président américain a choisi de taxer tous les partenaires commerciaux sans distinction, dont les producteurs du Canada ou de l'Union européenne. Le Dow Jones a dévissé de plus de 1,50% hier et entraîne ce matin les indices européens en forte baisse. Le CAC40 rechute de 1,9% autour de 5.160 points et recule désormais de près de 3% sur la semaine. Les publications du jour n'échappent à la règle avec souvent de fortes baisses à la clé.

VALEURS EN HAUSSE

* Gemalto (+0,3% à 49,65 euros) : depuis que Thales a annoncé son projet d'OPA à 51 euros, les actionnaires du spécialiste de la sécurité numérique sont moins tendus lors des annonces de résultats. Ce matin, ils ont pris connaissance d'un résultat des activités opérationnelles de 310 ME, au milieu de la fourchette d'objectifs, du moins la dernière après plusieurs avertissements.

* S'il fallait trouver sur la cote parisienne un dossier qui profite de l'annonce des mesures protectionnistes de Donald Trump en faveur de l'acier, ce serait Vallourec, qui s'adjuge 1,2% à 4,62 euros. En 2017, le groupe a réalisé 27,6% de ses revenus en Amérique du Nord, principalement aux Etats-Unis, où il possède 25% de ses capacités de laminage. Environ 19% de la masse salariale est employée outre-Atlantique, sur la base des données à fin 2016.

VALEURS EN BAISSE

* LafargeHolcim perd environ 5% à 45,5 euros) : le cimentier a publié une performance sous-jacente 2017 en amélioration, mais la publication est assombrie par 3,8 MdsCHF de dépréciations d'actifs, qui font basculer le résultat net dans le rouge vif, du moins du point de vue comptable. Le nouveau directeur général Jens Jenisch a déjà imprimé sa marque, en créant une nouvelle division et en dévoilant des objectifs à l'horizon 2022.

* Essilor (-0,5% à 112,5 euros) : après le feu vert sans condition de l'UE, c'est l'antitrust américain qui a autorisé le rapprochement entre le groupe et Luxottica, sans aucune contrainte là non plus. Il ne reste plus que deux juridictions nécessaires à la conclusion de l'accord, la Chine et le Brésil.

* ArcelorMittal (-4% à 26,6 euros) : le groupe et Nippon Steel & Sumitomo (NSSMC) se sont officiellement alliés pour la reprise de l'aciériste indien en difficultés Essar Steel, comme cela avait été précédemment évoqué.

* Airbus, qui avait frôlé les 100 euros en début de semaine, essuie de nouvelle prises de bénéfices, en baisse de 3,5% à 93,7 euros.

* Suez (-1,5% à 11,07 euros) : un rapprochement avec Veolia "détruirait beaucoup de valeur parce qu'il faudra vendre beaucoup d'actifs", a expliqué le patron de Suez, Jean-Louis Chaussade, dans un entretien accordé hier à Bloomberg TV. Le fantasme d'un mariage entre les deux géants français des services collectifs refait régulièrement surface.

* TF1 (-1% à 11,5 euros) : après Orange, Canal+ (Vivendi) a également décidé d'engager le bras de fer avec TF1, faute d'avoir pu s'entendre sur la somme exigée par la filiale de Bouygues pour laisser le diffuseur accéder à ses contenus gratuits. L'affaire a été portée en justice devant le tribunal de commerce de Paris.

* Pourtant en hausse ce matin, Technicolor rechute de 12% à 1,64 euro : le groupe négocie la vente de ses brevets à InterDigital, sur la base d'un paiement initial de 150 M$. S'y ajouteront une part variable liée aux flux de trésorerie futurs de l'activité, qui pourraient représenter une valeur actuelle nette d'environ 215 M$. Un paiement décalé qui provoque de nouvelle déceptions sur le dosiser...

* Emporté par le repli du marché et des cours du brut, Total cède 1,6% à 45,7 euros en fin de matinée sur la place parisienne. La major pétrolière a annoncé avoir pris une participation de 16,33% dans les concessions de Waha en Libye pour un montant s'élevant à 450 millions de dollars. La transaction va donner accès à une quote-part de production immédiate d'environ 50.000 barils équivalent pétrole par jour, mais aussi à des réserves de plus de 500 millions de barils équivalent pétrole et à un potentiel d'exploration important dans le bassin de Syrte

Vos réactions doivent respecter nos CGU.