Mi-séance Paris : le CAC40 reste en perte de vitesse

Mi-séance Paris : le CAC40 reste en perte de vitesse
Traders devant leurs écrans sur le floor du New York Stock Exchange américain.

Boursier.com, publié le mercredi 20 mai 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 reste dans le sillage des marchés américains qui ont nettement penché dans le rouge sur la fin de séance hier soir. L'indice de la bourse de Paris revient sur les 4.430 points, en baisse de 0,5% en fin de matinée.

L'espoir d'un vaccin qui a fait partie des incitations à la hausse lundi, se tasse quelque peu, en tout cas pour une solution de court terme... La publication médicale STAT News a en effet publié mardi un article questionnant la validité des résultats présentés lundi par le laboratoire Moderna au sujet de ses essais sur un vaccin contre le coronavirus.

En Europe, le projet franco-allemand de relance européenne pourrait être adapté par la Commission européenne en vue du Conseil européen des 18 et 19 juin. Il a eu pour principal effet une baisse marquée mardi des rendements des emprunts d'Etat des pays du sud de l'Europe, les plus directement concernés par la perspective d'une mutualisation même partielle de la dette.

VALEURS EN HAUSSE

* Renault (+0,5% à 17 euros) envisagerait de fermer trois sites en France dans le cadre de son plan d'économies, dont l'usine d'assemblage de Dieppe (Seine-Maritime), et d'arrêter la production de véhicules à Flins (Yvelines), rapporte le journal " Les Echos " dans son édition de mercredi. Renault a annoncé aujourd'hui se doter d'une ligne de fabrication de masques pour subvenir à ses besoins et garantir la santé et la sécurité de ses collaborateurs sur l'ensemble de ses sites et son réseau commercial en Europe. Cette unité de production sera implantée à l'usine Renault de Flins et démarrera sa production au mois de juillet prochain. Elle permettra de concevoir jusqu'à 1,5 million de masques de type chirurgical par semaine.

* bioMérieux (+2,3% à 130 euros) avait initialement proposé, lors de la communication des résultats annuels 2019, un dividende de 0,38 euro par action soit environ 45 millions d'euros. Pour répondre aux enjeux de solidarité et de responsabilité sans précédents qu'impose la situation actuelle, le Conseil d'administration propose de réduire exceptionnellement le dividende qui sera versé en date du 16 juillet 2020, à 0,19 euro par action. La différence, soit environ 22 millions d'euros, sera versée en mécénat dans le but de soutenir des actions solidaires.

* Orange gagne 1% à 10,26 euros. Le dividende de 0,50 euro par action au titre de l'exercice 2019 a été approuvé. Compte tenu de l'acompte de 0,30 euro par action déjà payé en décembre 2019, le solde du dividende à distribuer s'élève à 0,20 euro par action. La date de détachement du dividende est fixée au 2 juin et le solde du dividende à distribuer sera mis en paiement le 4 juin 2020.

* Ubisoft reprend 3,5% à 69,3 euros après 7 séances précédentes de baisse.

VALEURS EN BAISSE

* Michelin perd 2,6% à 85,9 euros. S&P a révisé à la baisse ses perspectives sur Michelin : "Nous confirmons notre notation de crédit à long terme 'A-' et notre notation d'émission 'A-' sur la dette non garantie. Nous avons également confirmé notre notation à court terme 'A-2' sur son programme de papier commercial", écrit l'agence de notation. Les perspectives négatives reflètent le risque à la baisse lié à l'incertitude quant au rythme de reprise de la demande à partir du second semestre 2020.

* Maisons du Monde retombe de 6% à 9 euros. Le titre, qui avait dernièrement profité des commentaires plutôt optimistes de la direction concernant la réouverture des magasins, a été porté hier par un article de 'L'Agefi' évoquant un possible rachat par un fonds de capital-investissement avant un éventuel retrait de la cote. Les noms de Bain Capital, PAI Partners, ou encore CVC ont notamment été évoqués. Selon 'L'Agefi', "les banques d'affaires Rothschild & Co et BNP Paribas ont été mandatées pour explorer toutes les options". Malgré ces bruits de couloir, qui ne sont d'ailleurs pas nouveaux sur le dossier, Bryan Garnier se veut prudent. Compte tenu de l'absence de visibilité, le broker a en effet du mal à voir des sociétés de capital-investissement se précipiter pour reprendre MdM, ainsi que les banques soutenir ces fonds dans le financement de ces opérations.

Vallourec chute de 9% à 0,8 euro. Le flux vendeur sur le spécialiste des tubes sans soudure est alimenté par deux dégradations d'analystes dans la mesure où Goldman Sachs a abaissé sa recommandation à 'vendre' avec un objectif ramené de 1,3 euros à 85 cents alors que BankofAmerica est désormais à 'sous-performer' avec une cible de 0,8 euro. La SocGen reste pour sa part à 'conserver' mais ne vise plus que 0,97 euro contre 2,74 euros précédemment.

* Total (-0,3%) a confirmé son engagement à finaliser la vente, annoncée en juillet 2019, d'actifs non-stratégiques situés en mer du Nord britannique à NEO Energy. Total et le fond d'investissement norvégien HitecVision ont renégocié avec succès les conditions financières de l'accord pour refléter les conditions actuelles du marché, Petrogas n'étant plus partie à la transaction pour sa part. Total et NEO Energy ont préparé des plans de transition détaillés afin d'assurer un transfert sans accroc des opérations dès la réalisation de la cession tout en permettant à NEO de mettre en oeuvre dès que possible ses plans d'efficacité opérationnelle et de croissance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.