Mi-séance Paris : le CAC40 s'accroche aux 6.300 points

Mi-séance Paris : le CAC40 s'accroche aux 6.300 points
graphique bourse trader

Boursier.com, publié le vendredi 30 avril 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Ils tiennent le coup les 6.300 points ! Le CAC 40 se maintient 5 points au-dessus des 6.300 points ce vendredi midi, en très légère hausse de 0,05%. La tendance n'en demeure pas moins fragile au lendemain d'un nouveau record depuis plus de 20 ans pour l'indice parisien. Record aussi aux Etats-Unis et même historique pour le S&P 500. Le Nasdaq a aussi progressé, alors que les GAFAM qui ont publié des résultats exceptionnels, ont soutenu la tendance avec des performances remarquables de leurs titres respectifs.

La publication jeudi d'une croissance de 6,4% de l'économie américaine au premier trimestre a conforté les espoirs de vive reprise de l'économie mais alimenté dans le même temps la remontée des taux obligataire sur fond d'anticipations de reprise de l'inflation, un sujet de préoccupation pour les investisseurs. En France, le PIB a connu un léger rebond de 0,4% au premier trimestre, selon une première estimation, après sa contraction de 1,4% au quatrième trimestre 2020.

Les futures évoluent désormais dans le rouge à Wall Street : le marché américain a sans doute besoin de reprendre son souffle en cette fin de semaine.

VALEURS EN HAUSSE

* Vallourec (+8% à 28,5 euros) vise désormais un résultat brut d'exploitation compris entre 350 et 400 millions d'euros, et un flux de trésorerie disponible compris entre - 340 et - 260 millions d'euros. Ceci résulte de perspectives significativement meilleures sur certains des marchés sur lesquels Vallourec opère. C'est le cas en particulier des volumes et des prix de vente anticipés pour l'activité OCTG en Amérique du Nord, et de la mine de fer au Brésil.

* Saint-Gobain (+1% à 52,4 euros) a vu son chiffre d'affaires des 3 premiers mois de l'année s'inscrire en forte progression organique de +14,3% par rapport au premier trimestre 2020 sur une base de comparaison déjà affectée par le coronavirus. Saint-Gobain souligne que cette accélération de la croissance interne témoigne de gains de parts de marché et d'une bonne dynamique de l'ensemble de ses segments, tout particulièrement la rénovation en Europe, la construction en Amériques et en Asie-Pacifique.

* Safran (+2,3% à 123,3 euros) a confirmé ses objectifs annuels malgré un premier trimestre compliqué. Comme anticipé, l'équipementier aéronautique a souffert en début d'année avec un chiffre d'affaires en repli de 37,9% à 3,342 milliards d'euros (-34,6% en organique). Le groupe a livré 214 moteurs CFM56 et LEAP sur le trimestre contre 326 unités au T1 2020. Safran, qui avait averti que la reprise des services au marché des moteurs civils serait retardée, a vu le chiffre d'affaires tiré de ces activités chuter de 53,4% en dollars sur janvier-mars. Les activités de fabrication de sièges d'avions ont parallèlement "fortement souffert" de la baisse des livraisons.

* Euronext (+4,7% à 82 euros) a annoncé le lancement d'une augmentation de capital d'un montant de 1,8 milliard d'euros, alors qu'il vient de finaliser l'acquisition de Borsa Italiana. Les nouvelles actions seront émises au prix de 59,65 euros, a précisé le groupe dans un communiqué. Rappelons que l'opérateur boursier paneuropéen a obtenu le feu vert de la Consob, l'autorité italienne des marchés financiers, à ce projet d'acquisition de Borsa Italiana, la Bourse de Milan. Euronext finalise donc aujourd'hui l'acquisition du groupe pour un montant final de 4,444 MdE, suite à la satisfaction de toutes les conditions suspensives. De quoi donner naissance à la première infrastructure de marché paneuropéenne et à la première plateforme en Europe pour la cotation et les marchés secondaires pour le financement par emprunt et par actions.

VALEURS EN BAISSE

* BNP Paribas (-1% à 53,2 euros) a dévoilé de solides comptes trimestriels à la faveur d'une bonne performance de sa banque d'investissement et de la baisse de son coût du risque. Sur les trois premiers mois de l'année, l'établissement de la rue d'Antin enregistre ainsi un bénéfice net part du groupe de 1,768 milliard d'euros, en hausse de 37,9%, pour un produit net bancaire en progression de 8,6% à 11,829 milliards d'euros. Le résultat opérationnel bondit de 79% à 2,34 MdsE. Des résultats supérieurs aux attentes des analystes. Le coût du risque a été ramené à 896 ME, soit une baisse de 37% sur un an. A 42 points de base des encours de crédit à la clientèle, le coût du risque reste ainsi bas.

* Imerys (-0,5% à 43,6 euros) a réalisé un très bon début d'année, avec une croissance organique, un EBITDA courant et des marges supérieurs à leurs niveaux d'avant la crise sanitaire. L'EBITDA courant est en hausse de 10,9% à 182,7 ME pour un chiffre d'affaires en progression de 2,9% à 1,06 MdE (+6,3% en organique). Le résultat net, part du groupe, bondit de 63,6% à 72 ME.

* Danone cède 0,3% à 59 euros. Le dividende proposé de 1,94 euro par action en numéraire, en baisse de 8% par rapport au dividende versé au titre de l'exercice 2019, sera détaché le 10 mai et mis en paiement le 12 mai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.