Mi-séance Paris : le CAC40 s'essouffle malgré les nouveaux records de Wall Street

Mi-séance Paris : le CAC40 s'essouffle malgré les nouveaux records de Wall Street
procès CJR décembre 2016

Boursier.com, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 a poursuivi sa progression ce matin jusqu'à 5.666 points mais repasse légèrement dans le rouge vers la mi-journée (-0,2% à 5.620 points).

Les nouveaux records de Wall Street hier soir ont pourtant de quoi encourager l'optimisme. A la clôture, les trois principaux indices ont fini sur des sommets : le Dow Jones a gagné 0,83% à 31.188 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 1,39% à 3.851 pts, et que l'indice Nasdaq Composite a bondi de 1,97% à 13.457 pts. Wall Street demeure d'ailleurs bien orienté avant bourse ce jeudi, en légère progression, au lendemain de l'investiture de Biden. Sa tâche s'annonce rude alors que l'Amérique est divisée politiquement et que la pandémie de Covid continue de faire rage. Le nouveau président américain a fait de la lutte contre l'épidémie de coronavirus sa priorité. Une nécessité face à une pandémie qui inquiète toujours autant, ayant causé plus de 400.000 morts dans le pays. Joe Biden a logiquement signé un tout premier décret : le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics.

En Europe, les investisseurs guettent les déclarations de Christine Lagarde pour la réunion monétaire de la BCE tout à l'heure.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, Renault gagne 1% à 35,2 euros. Les analystes continuent à revoir leur copie après la présentation du plan 'Renaulution'. Le dernier en date est Jefferies qui a rehaussé sa recommandation sur le constructeur à 'conserver' tout en remontant sa cible de 30 à 37 euros. Le plan de redressement fixe des objectifs qui sont sains et suffisamment bas pour être dépassés, mais qui font preuve d'un manque d'imagination, affirme le broker.

* Worldline gagne 0,8% à 74,2 euros. La SocGen a repris le suivi de Worldline avec une recommandation 'achat' et un objectif de 89 euros.

* Eutelsat s'adjuge 2,3% à 9,83 euros. Dans une note consacrée à l'opérateur satellites, Morgan Stanley ('surpondérer') note que le secteur des services fixes par satellites est "très défavorisé" étant donné que le marché estime que l'activité principale d'Eutelsat, la radiodiffusion, est confrontée à un déclin à long terme. Mais la banque met en avant plusieurs points positifs pour ETL, dont sont exposition aux marchés émergents qui devrait permettre une relative stabilité des revenus Broadcast ainsi que le renouvellement du contrat avec Sky Italia qui élimine un risque spécifique.

* Transgene (+20%) a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, l'immunothérapie individualisée innovante de la société, a été administrée à un patient atteint d'un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac, qui utilise une technologie d'Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

VALEURS EN BAISSE

* Pierre et Vacances (-2,6%) est logiquement sous pression alors que la pandémie continue à sérieusement affecter l'activité du 1er exploitant européen de résidences et de villages touristiques. Sur le premier trimestre de son exercice 2020-2021, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 167,2 ME, en recul de 55,4%. En raison des mesures sanitaires, les sites Pierre & Vacances et Center Parcs sont fermés en janvier, à l'exception des Domaines Center Parcs aux Pays Bas (avec une offre réduite d'activités), des résidences Pierre & Vacances à la mer et de la moitié des aparthotels Adagio.

* FDJ trébuche de 1,7% à 37,8 euros à la mi-journée et met ainsi fin à six séances consécutives dans le vert. Le flux vendeur sur l'opérateur de la loterie nationale est à relier à une note de Kepler Cheuvreux qui a abaissé sa recommandation sur le dossier à 'conserver' avec un objectif ajusté de 37 à 39 euros.

* Parmi les plus fortes baisses du CAC40, Danone cède 1,8% à 54,3 euros. Dans un entretien accordé à 'Challenges', Emmanuel Faber, le patron du géant de l'agroalimentaire, revient sur l'exercice compliqué de la société. Il explique que les variations de changes ont pesé à hauteur de 2 milliards d'euros sur le groupe en 2020. Les ventes de la division 'eau' ont par ailleurs diminué d'un milliard d'euros en raison de la fermeture des restaurants et de l'arrêt des déplacements en dus à la pandémie actuelle. Selon le PDG de Danone, le groupe n'a toutefois pas l'intention de quitter le segment.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.